CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Jack Hulbert
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Jeanne Bérangère



Date et Lieu de naissance : 9 juin 1864 (Ainay-le-Château, France)►
Date et Lieu de décès : 19 novembre 1928 (Paris, France)►
Nom Réel : Françoise Marie Charlotte Béraud

ACTRICE
Image
1920 L’homme du large – de Marcel L’Herbier avec Jaque-Catelain, Charles Boyer & Marcelle Pradot
Image
1921 La mort du soleil – de Germaine Dulac avec André Nox, Denise Lorys, Jeanne Brindeau & Louis Vonelly
Image
1922 Les mystères de Paris – de Charles Burguet avec Huguette Duflos, Georges Lannes & Andrée Lionel
Image
1926 Belphégor – de Henri Desfontaines avec René Navarre, Lucien Dalsace, Elmire Vautier & Alice Tissot

Fille de Pierre Béraud et de son épouse Appoline née Dumont, Françoise naît le 9 juin 1864, à Ainay-le-Château, en Auvergne. Ses parents sont de riches propriétaires terriens au lieu-dit La Chaume à l’Est de ce petit village médiéval, berceau des plus anciens seigneurs de Bourbon. Dès son plus jeune âge, dans sa famille, on prend l’habitude d’appeler l’enfant Jeanne. Jusqu’en 1875, elle passe son enfance au domaine familial, avec sa sœur aînée prénommée Appoline. Cette année-là, les deux jeunes filles suivent leur mère qui part s’installer à Paris.

En 1893, année de la naissance de sa fille Marie Apolline, la jeune femme est déjà citée en tant qu’artiste dramatique, sous le nom de Jeanne Bérangère. Ces noms et prénoms sont alors très en vogue dans le milieu artistique de la Belle Époque. D’autres actrices portent ou porteront à la scène comme à l’écran ce pseudonyme. Ce phénomène de mode contribue donc à brouiller les pistes pour les historiens qui tentent de retracer leurs carrières respectives. En 1896, «notre» Jeanne Bérangère est engagée aux Bouffes Parisiens. Elle mène une vie discrète en compagnie de sa fille dans le quartier des théâtres où elle loge avant de déménager dans le 17ème arrondissement. Elle joue sans interruption à partir de ce moment. Elle conquit, à force de travail et de patience la réputation d’une artiste consciencieuse et de talent. Elle serait donc montée sur les planches dès 1876, un an à peine après son arrivée à Paris. Conditionnel de rigueur.

À l’avènement du cinéma, Jeanne Bérangère a presque 40 ans. Son âge et son physique éloigné des critères de beauté de l’époque, l’écartent d’emblée de tous les rôles de jeunes premières si prisées au cinéma. Elle aurait tourné dans des films dés 1914, mais à ce jour, il ne reste que peu, voire aucune trace de son activité cinématographique. En 1920, elle apparaît, avec Henri Bosc, dans «L’essor» un sérial en dix épisodes réalisé par Charles Burguet. La même année, on la retrouve au côté de l’acteur Jaque-Catelain dans «L’homme du large» de Marcel L’Herbier, cinéaste qui l’emploie à nouveau pour incarner la vieille aveugle dans «Eldorado» (1921). Les rôles s’enchaînent. En 1921, son nom est inscrit aux génériques d’une demi-douzaine de films. Elle est dirigée tour à tour par Germaine Dulac, Victor Tourjansky, Raymond Bernard, André Hugon, Gaston Ravel ou Louis Mercanton. En 1922, après «Triplepatte» de Raymond Bernard, elle joue le rôle de La Chouette dans «Les mystères de Paris» mis en scène par Charles Burguet. Le film est présenté en douze épisodes et elle apparaît en particulier dans le dixième, intitulé «Le maître d’école et la Chouette».

Jusqu’en 1928, le cinéma fait appel à elle encore une vingtaine de fois. Jeanne Bérangère est ainsi une vieille commère dans «Belphégor» (1926) de Henri Desfontaines, avec Lucien Dalsace. Pour ses ultimes apparitions à l’écran, elle joue dans «Le perroquet vert» (1928) de Jean Milva, avec Pierre Batcheff, et dans «La dame de bronze et le monsieur de cristal» de Marcel Manchez, avec Marcel Vallée. Un dernier film qui ne sortira sur les écrans que quelques mois après sa disparition. Elle décède le 19 novembre 1928, à son domicile parisien de la rue du Sergent-Hoff. Comme beaucoup d’actrices des temps du cinéma muet, son nom, son visage et ses films ont sombré dans l’oubli le plus total.

© Pascal DONALD – source Nathalie PASQUIER, responsable de la médiathèque d’Ainay-le-Château.

copyright
1914L’oiseau de proie – de ? avec René Rocher
1916 CM Français !... n’oubliez jamais – de Robert Boudrioz & Roger Lion avec Lucien Prad
1918La chimère – de Lucien Lehmann avec Edmond Van Daële
1920L’essor – de Charles Burguet avec Henri Bosc
    Sérial en 10 épisodes
    1 : La joie d’aimer
    2 : Le trimardeur
    3 : Le regard de l’aigle
    4 : Le Rhin
    5 : Le cirque
    6 : Les ramoneurs
    7 : Dans le sac
    8 : Les romanichels
    9 : Les loups se mangent entre eux
    10 : L’espérance
L’homme du large – de Marcel L’Herbier avec Jaque-Catelain
Justice d’abord – de Yakov Protazanov avec Ivan Mosjoukine
1921L’assomoir – de Charles Maudru & Maurice de Marsan avec Henri Baudin
    Film en 4 parties
    1 : Vers la destinée
    2 : La pente fatale
    3 : Le poison de Paris
    4 : Sa majesté l’alcool
Fromont jeune et Risler aîné – de Henry Krauss avec Jean Angelo
    Film en 2 parties
    1 : 1ère époque
    2 : 2ème époque
Le cœur magnifique – de Séverin-Mars & Jean Legrand avec Léon Bernard
    Film en 2 parties
    1 : 1ère époque
    2 : 2ème époque
Eldorado / El Dorado – de Marcel L’Herbier avec Eve Francis
Le sens de la mort – de Yakov Protazanov avec Sandra Milovanoff
La mort du soleil / Le fléau – de Germaine Dulac avec André Nox
1922Les mystères de Paris – de Charles Burguet avec Camille Bardou
    Sérial en 12 épisodes
    1 : Le tapis blanc
    2 : La ferme de Bouqueval
    3 : Les justiciers
    4 : Le ménage Pipelet
    5 : Les suites d’un bal à l’ambassade
    6 : Misère
    7 : Le martyre de Louise Morel
    8 : L’étude de maître Ferrand
    9 : L’île du ravageur
    10 : Le maître d’école et la chouette
    11 : Celle qui venge
    12 : Son altesse Fleur de Marie
Triplepatte – de Raymond Bernard avec Edith Jehanne
Le carillonneur / Le son de la cloche – de René Coiffard avec Edouard de Max
1923Aux jardins de Murcie – de Louis Mercanton & René Hervil avec Pierre Blanchar
Calvaire d’amour – de Victor Tourjansky avec Nathalie Lissenko
La Gitanilla – de André Hugon avec Ginette Maddie
Le cousin Pons – de Jacques Robert avec Maurice de Féraudy
Le petit chose – de André Hugon avec Max de Rieux
On ne badine pas avec l’amour – de Gaston Ravel & Tony Lekain avec Jacques Christiany
Un bon petit diable – de René Leprince avec Charles Lamy
1924Faubourg-Montmartre – de Charles Burguet avec René Blancard
Nantas – de E.B. Donatien avec Maurice Escande
    Film en 4 parties
    1 : 1ère époque
    2 : 2ème époque
    3 : 3ème époque
    4 : 4ème époque
Paul et Virginie – de Robert Péguy avec Gaston Norès
La princesse Lulu – de Donatien & René Leprince avec Camille Bert
CM Âme d’artiste / Rêve et réalité – de Germaine Dulac avec Iván Petrovich
1925Jean Chouan – de Luitz-Morat avec René Navarre
    Sérial en 8 épisodes
    1 : La patrie en danger
    2 : La bataille des cœurs
    3 : Sur le pont de Pyrmil
    4 : L’otage
    5 : La citoyenne Maryse Fleurus
    6 : Le comité de Salut Public
    7 : La grotte aux fées
    8 : Les soldats de France
1926La tournée Farigoule – de Marcel Manchez avec Charles Martinelli
Belphégor – de Henri Desfontaines avec Lucien Dalsace
    Film en 4 parties
    1 : Le mystère du Louvre
    2 : De mystère en mystère
    3 : Le fantôme noir
    4 : Les deux polices
1928Le perroquet vert – de Jean Milva avec Pierre Batcheff
La dame de bronze et le monsieur de cristal – de Marcel Manchez avec Marcel Vallée
    Filmographie établie avec l’aimable collaboration de Jean-Pascal CONSTANTIN
Fiche créée le 13 octobre 2013 | Modifiée le 2 mars 2019 | Cette fiche a été vue 4112 fois
PREVIOUSMacha Béranger || Jeanne Bérangère || Jeanne BérangèreNEXT