CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Edward G. Robinson
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

María Dolores Pradera



Date et Lieu de naissance : 29 août 1924 (Madrid, Espagne)
Date et Lieu de décès : 28 mai 2018 (Madrid, Espagne)
Nom Réel : María Dolores Fernández Pradera

ACTRICE
Image
1946 Los habitantes de la casa deshabitada – de Gonzalo Delgrás avec Fernando Fernán Gómez & María Isbert
Image
1948 Vida en sombras – de Lorenzo Llobet Gracia avec Fernando Fernán Gómez & Fernando Sancho
Image
1954 Zalacaín el aventurero – de Juan de Orduña avec Virgilio Teixeira, Elena Espejo & Margarita Andrey
Image
1970 La orilla – de Luis Lucia avec Julián Mateos, Dyanik Zurakowska, Yelena Samarina & María Isbert

María Dolores Fernández Pradera, la future María Dolores Pradera, naît à Madrid le 29 août 1924. Elle est la troisième d’une fratrie de quatre enfants, elle a des origines asturiennes côté paternel et franco-basques côté maternel. Au début des années trente, la famille s’installe dans la zone septentrionale du Chili riche en salpêtre, pour les besoins du négoce du père qui décède en 1935. Sa veuve et ses enfants reviennent en Espagne en proie à la guerre civile. Puis alors que María Dolores prépare son baccalauréat, elle participe comme figurante à un film qui relate justement la terrible période qui vient de s’écouler, «Porque te ví llorar» (1941) de Juan de Orduña, avec Pastora Peña et son frère à la ville, Luis Peña.

La jeune fille préfère alors abandonner ses études pour gagner sa vie au sein de la compagnie théâtrale de Carmen Carbonell et Antonio Vico puis celle de Guadalupe Muñoz Sampedro, tout en faisant de la figuration pour le grand écran avant d’avoir des rôles moins secondaires comme dans «Mi vida en tus manos» (1943) de Antonio de Obregón, avec Julio Peña, ou dans «Altar Mayor» (1943) de Gonzalo Delgrás avec Maruchi Fresno et Luis Peña; puis dans le film historique «La reine morte» (1944) du réalisateur portugais José Leitão de Barros, où elle interprète l’épouse du futur roi du Portugal joué par Antonio Vilar, avec Alicia Palacios dans le rôle-titre. Dans la décennie, vont suivre une quinzaine d’autres rôles pour le grand écran puis quelques-uns encore jusqu’au début des années soixante, avec également des rôles à la télévision. Dans la même période María Dolores Pradera est très active sur les planches en Espagne comme à l’étranger. Dans sa filmographie nous citerons encore: «Espronceda» (1945) de Fernando Alonso Casares, avec Armando Calvo dans le rôle du célèbre poète romantique espagnol, et «Una vida en sombras» (1948) de Lorenzo Llobet Gracia, les deux films ayant également dans la distribution un certain Fernando Fernán Gómez. Enfin dans pour sa dernière apparition au cinéma, «La orilla» (1970) réalisée par Luis Lucía, et qui a encore pour cadre la Guerre Civile espagnole, la comédienne interprètera la mère supérieure d’un couvent où est soigné un jeune officier du camp adverse.

Mais María Dolores Pradera est surtout connue comme la Grande Dame de la Chanson, avec sa voix grave et si pleine de vibrantes émotions. C’est en 1952 dans un cabaret madrilène qu’elle a commencé cette autre carrière qui lui fera parcourir l’Amérique Latine dans des tournées triomphales où elle se fera l’interprète originale de chansons typiquement espagnoles ou hispano-américaines, fascinant ses publics pendant plus d’un demi-siècle. De très nombreuses récompenses dont une trentaine de disques d’or lui seront octroyées, tandis qu’en 2016 elle sera décorée de la Grande Croix de l’Ordre Civile d’Alphonse X.

Côté ville, María Dolores Pradera, fait la connaissance en 1942 de Fernando Fernán Gómez, alors que tous deux sont des comédiens désargentés de la troupe du théâtre de la Comédie de Madrid. Après trois ans de fiançailles (selon les habitudes de l’époque et les difficultés économiques du moment) ont lieu enfin les noces puis la naissance de deux enfants, Fernando, futur éditeur et Helena, future actrice et mère de Helena de Llanos, future réalisatrice. Le couple se séparera en 1957. Restée toujours très entourée par ses enfants, Doña María Dolores Pradera, est décédée à Madrid, sa ville natale, le 28 mai 2018, dans sa quatre-vingt quatorzième année.

© Caroline HANOTTE

copyright
1941Porque te vi llorar – de Juan de Orduña avec Pastora Peña
1943Mi vida en tus manos – de Antonio de Obregón avec Julio Peña
Antes de entrar, dejen salir – de Julio de Fleischner avec Pedro Calderón
Yo no me caso – de Juan de Orduña avec Mary Cruz
Altar mayor – de Gonzalo Delgrás avec Luis Peña
1944La reine morte ( Inês de Castro ) de José Leitão de Barros & Manuel Augusto García Viñolas avec Alicia Palacios
La nuit décisive ( noche decisiva ) de Julio de Fleischner avec Antonio Riquelme
1945Espronceda / Espronceda Alonso – de Fernando Alonso Casares avec Armando Calvo
Es peligroso asomarse al exterior / É perigoso debruçar-se... – de Alejandro Ulloa & Arthur Duarte avec Alejandro Ulloa
1946Los habitantes de la casa deshabitada – de Gonzalo Delgrás avec Fernando Fernán Gómez
Embrujo – de Carlos Serrano de Osma avec Manolo Caracol
1948Vida en sombras – de Lorenzo Llobet Gracia avec Fernando Sancho
1949Tiempos felices – de Enrique Gómez avec Rafael Bardem
1950María Antonia «La Caramba» / La duquesa Cayetana y Goya – de Arturo Ruiz Castillo avec Antoñita Colomé
1951Niebla y sol – de José María Forqué avec Antonio el Bailarín
1953Le feu dans le sang ( fuego en la sangre ) de Ignacio F. Iquino avec Antonio Vilar
Fantasía española – de Javier Setó avec Antonio Casal
Vuelo 971 – de Rafael J. Salvia avec José Nieto
1954La danza de los deseos – de Florián Rey avec José Suárez
Murió hace quince años – de Rafael Gil avec Francisco Rabal
Zalacaín el aventurero – de Juan de Orduña avec Virgilio Teixeira
Terroristi a Madrid – de Margarita Alexandre & Rafael Maria Torrecilla avec Fausto Tozzi
1957Carlotta – de Enrique Cahen Salaberry avec Georges Rigaud
1958Hay alguien detrás de la puerta – de Tulio Demicheli avec Arturo de Córdova
1962Cena de matrimonios / ¿Qué hace su mujer mientras usted trabaja? – de Alfonso Balcázar avec Susana Campos
1966 DO Lección de Toledo / Conozca usted España : Lección de Toledo – de José Luis Borau
    Seulement interprétation
1970La orilla – de Luis Lucia avec Julián Mateos
2013 DO María Dolores Pradera: Gracias a vosotros – de Hoffa M.M. avec Ana Belén
2015 DO 13. Miguel Poveda – de Paco Ortiz avec Marcelo Mercadante
    Seulement apparition
2016 DO Manolo Tena, un extraño en el paraíso – de Matías de la Rubia & Rafa Tena avec Rosario Flores
    Seulement apparition
Fiche créée le 4 août 2018 | Modifiée le 4 août 2018 | Cette fiche a été vue 486 fois
PREVIOUSManuel Pradal || María Dolores Pradera || Perrette PradierNEXT