CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Madge Kennedy
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Margarete Haagen



Date et Lieu de naissance : 29 novembre 1889 (Nuremberg, Empire Allemand)
Date et Lieu de décès : 9 novembre 1966 (Munich, Allemagne)
Nom Réel : Margarete Haagen

ACTRICE
Image
1942 La maîtresse du monde (geliebte welt) de Emil Burri avec Brigitte Horney, Willy Fritsch & Paul Dahlke
Image
1949 Le cas du docteur Jordan (mordprozeß Dr. Jordan) de Erich Engels avec Rudolf Fernau & Maria Holst
Image
1952 Echange de femmes (der weitertausch) de Karl Anton avec Karlheinz Böhm, Viktor Staal & Carola Höhn
Image
1958 L’affaire diabolique (herz ohne gnade) de Victor Tourjansky avec Barbara Rütting & Hansjörg Felmy

Fille de Leonhard Haagen, serrurier-mécanicien, et de sa femme Babette (née Sperber), Margarete Haagen voit le jour le 29 novembre 1889 à Nuremberg dans l’Empire Allemand. À l’âge de six ans, elle est attirée par le théâtre. Adolescente, et malgré l’opposition de ses parents elle suit des cours de théâtre. En 1907, elle débute en amateur à l’Intimen Theater de Nuremberg. En 1912, elle est engagée au Stadttheater. L’année suivante, elle se produit dans les théâtres de Brême et de Stuttgart. Au cours la Première Guerre mondiale, elle joue au Deutsche Theater de Lodz en Pologne. Plus tard, de 1930 à 1939, elle est membre de la troupe du Volkstheater de Munich. Après avoir incarné pendant une trentaine d’années des femmes volontaires dans des pièces classiques et modernes, elle entame, à presque cinquante ans, une carrière cinématographique.

De petite taille, d’apparence fragile mais étonnamment vivante, Margarete Haagen façonne avec brio des personnages de vieilles dames excentriques et espiègles, des mères et grand-mères dévouées, des ménagères grincheuses, ou de charmantes tantes comme cette Rosa dans «Links der Isar: Rechts der spree» (1940) de Paul May. Elle est aussi Sophie la gouvernante, dans «Kohlhiesels töchter» (1942) de Kurt Hoffmann, la grand-mère rétrograde qui vit dans un monde illusoire dans «Le salon vert» (1944) de Boleslaw Barlog, la grand-mère du diable dans une parodie de l’histoire d’Adam et Eve «Le péché originel» (1948) de Helmut Käutner avec Bobby Todd dans le rôle d’Adam et Bettina Moissi celui de Eve. Erich Engels met en scène un fait réel de 1912 basé sur l’histoire de l’avocat Carl Hau sous le titre «Le cas du docteur Jordan» (1949) une affaire criminelle dans lequel le Dr Jordan, incarné par Rudolf Fernau, est accusé d’avoir tuer sa belle-mère interprétée par notre actrice.

Dans les années cinquante, Margarete Haagen mène sa carrière avec brio en jouant des personnages liés à son âge. Elle gagne en popularité avec son rôle de la grand-mère Jantzen qui possède un haras de poneys dans la trilogie des «Immenhof». Dans le premier volet, «Les filles de l’Immenhof» (1955) de Wolfgang Schleif, des soucis financiers viennent ternir la vie de la ferme. Volker von Collande signe le deuxième «Mariage à Immenhof» (1956), tandis que Hermann Leitnerenhof clôt la trilogie avec «Vacances à Immenhof» (1957) où l’on assiste à l’ouverture du Pony-Hotel Immenhof. Heidi Brühl, Angelika Meissner et Paul Klinger sont les principaux protagonistes de ces trois comédies. Toujours avec la même ardeur, elle poursuit son aventure en costume d’époque, elle campe avec noblesse la coquette Comtesse Voss dans «La Reine Louise» (1956) de Wolfgang Liebeneiner aux cotés de Ruth Leuwerik dans le rôle titre et de René Deltgen en Napoléon. Elle est ensuite la Baronne von Auerstein, dans «Printemps au Zillertal» (1957) de Harald Reinl et la Baronne Apollonia von Löwenherz dans «J’y suis… j’y reste!» (1958) de Werner Jacobs avec Caterina Valente. Notons aussi la matriarche Cäcilie à la tête d’une dynastie qui célèbre son 106è anniversaire dans «Le secret de la famille» (1958) de Günther Lüders.

Margarete Haagen apparaît dans plus de 110 films, sa filmographie, jalonnée sur une trentaine d’années, où il lui incombe souvent de maîtriser les conflits familiaux, se termine la même année de son décès survenu le 9 novembre 1966 dans sa soixante dix septième année à Munich.

© Gary RICHARDSON

copyright
1935Grève de femme / Grève conjugale ( ehestreik ) de Georg Jacoby avec Paul Richter
1939Le joyeux village ( das sündige dorf ) de Joe Stöckel avec Josef Eichheim
CM Der briefträger – de Toni Huppertz avec Beppo Brem
1940Der rettende engel – de Ferdinand Dörfler avec Sepp Rist
Links der Isar : Rechts der spree – de Paul May avec Fritz Kampers
La femme de Barnhelm ( das fräulein von Barnhelm ) de Hans Schweikart avec Käthe Gold
Herz geht vor Anker – de Joe Stöckel avec Gustav Fröhlich
1941Suis-je un criminel ? / Suis-je un assassin ? ( ich klage an ) de Wolfgang Liebeneiner avec Paul Hartmann
La double vie de Lena Menzel ( das andere ich ) de Wolfgang Liebeneiner avec Hilde Krahl
Alerte incendie / La grande alarme ( alarmstufe V ) de Alois Johannes Lippl avec Heli Finkenzeller
1942Kleine residenz – de Hans H. Zerlett avec Johannes Riemann
La maîtresse du monde ( geliebte welt ) de Emil Burri avec Brigitte Horney
Kohlhiesels töchter – de Kurt Hoffmann avec Oskar Sima
Gefährtin meines sommers – de Fritz Peter Buch avec Anna Dammann
Liebe, leidenschaft und leid / Anna, die magd – de Josef A. Holmann avec Adolf Fischer
1943Tragique destin ( pagliacci / bajazzo / i pagliacci ) de Giuseppe Fatigati avec Alida Valli
Man rede mir nicht von liebe – de Erich Engel avec Mathias Wieman
Madame Butterfly ( das lied der nachtigall ) de Theo Lingen avec Elfie Mayerhofer
Die keusche Sünderin – de Joe Stöckel avec Elise Aulinger
Le coupable est parmi nous ( der täter ist unter uns ) de Herbert B. Fredersdorf avec O.E. Hasse
1944Le violon magique ( die zaubergeige ) de Hubert Maisch avec Eugen Klöpfer
Komm zu mir zurück – de Heinz Paul avec Albert Matterstock
C’était ma vie ( das war mein leben ) de Paul Martin avec Carl Raddatz
Le salon vert ( der grüne salon ) de Boleslaw Barlog avec Paul Klinger
La fausse fiancée ( die falsche braut ) de Joe Stöckel avec Albert Janschek
Münchnerinnen / Über alles die liebe / Ja, ja die männer – de Philipp Lothar Mayring avec Ellen Hille
1945Où est monsieur Belling ? ( wo ist herr Belling ? ) Erich Engel avec Karl Ludwig Diehl
    Inachevé
Sous les ponts ( unter den brücken ) de Helmut Käutner avec Ursula Grabley
Dreimal komödie / 3 x komödie / Liebeswirbel – de Victor Tourjansky avec Ferdinand Marian
1947De nos jours ( in jenen tagen ) de Helmut Käutner avec Werner Hinz
Film sans titre ( film ohne titel ) de Rudolf Jugert avec Hildegard Knef
1948Im tempel der Venus / Mit meinen augen – de Hans H. Zerlett avec Olga Tschechowa
Finale – de Ulrich Erfurth avec Leopold von Ledebur
Le péché originel ( der apfel ist ab ) de Helmut Käutner avec Irene von Meyendorf
Die kupferne hochzeit – de Heinz Rühmann avec Hans Nielsen
Die letzte nacht – de Eugen York avec Sybille Schmitz
1949Amico – de Gerhard T. Buchholz avec Otto Wernicke
Simple Coïncidence / Rien que des coïncidences ( nichts als zufälle ) de E.W. Emo avec Sonja Ziemann
Le cas du docteur Jordan ( mordprozeß Dr. Jordan ) de Erich Engels avec Rudolf Fernau
Ich mach dich glücklich – de Alexander von Szlatinay avec Heinz Rühmann
Le secret du grand faucon ( das geheimnis des hohen falken / die steinerne göttin ) de Christian Hallig avec Richard Häussler
1950Geliebter lügner – de Hans Schweikart avec Charlott Daudert
La belle Galathée / Le modèle récalcitrant ( die wunderschöne Galathee ) de Rolf Meyer avec Viktor de Kowa
Die tat des Anderen – de Helmut Weiss avec Hans Nielsen
Professeur papillon de nuit ( professor Nachtfalter / so was tun die herren immer wieder gerne ) de Rolf Meyer avec Johannes Heesters
1951Das ewige spiel – de Frantisek Cáp avec Willy Birgel
Au secours, je suis invisible ( Hilfe, ich bin unsichtbar ) de E.W. Emo avec Hubert von Meyerinck
Un cow-boy en Bavière ( wildwest in oberbayern / das Texas-dirndl ) de Ferdinand Dörfler avec Volker von Collande
Verte vallée / Ma verte bruyère ( grün ist die heide ) de Hans Deppe avec Otto Gebühr
Drei kavaliere / Die drei dorfkavaliere – de Joe Stöckel avec Willy Reichert
Romance d’Heidelberg ( Heidelberger romanze ) de Paul Verhoeven avec O.W. Fischer
1952À l’abri du cloître ( hinter klostermauern / das entweihte haus ) de Harald Reinl avec Philip Dorn
Mille roses rouges fleurissent / Mille roses rouges en fleur ( tausend rote rosen blüh’n ) de Alfred Braun avec Rudolf Prack
Un garçon manqué ( Fritz und Friederike ) de Géza von Bolváry avec Liselotte Pulver
Au revoir mon amour ( bis wir uns wiedersehen ) de Gustav Ucicky avec Maria Schell
Deux êtres ( zwei menschen ) de Paul May avec Helmuth Schneider
Echange de femmes ( der weitertausch ) de Karl Anton avec Karlheinz Böhm
Wenn abends die Heide träumt – de Paul Martin avec Viktor Staal
Le vicaire de San Lorenzo ( der kaplan von San Lorenzo ) de Gustav Ucicky avec Charles Regnier
Rote rosen, rote lippen, rote wein – de Paul Martin avec Siegfried Breuer
1953Le chasseur du couvent / Le chasseur du cloître ( der klosterjäger ) de Harald Reinl avec Marianne Koch
Les fanfares du mariage / Mariage en fanfare ( fanfaren der ehe ) de Hans Grimm avec Ilse Petri
Journal d’une amoureuse ( tagebuch einer verliebten ) de Josef von Báky avec O.W. Fischer
La vie commence à dix-sept ans ( mit 17 beginnt das leben ) de Paul Martin avec Paul Hubschmid
Feu d’artifice ( feuerwerk ) de Kurt Hoffmann avec Lilli Palmer
L’école du bonheur conjugal ( schule für eheglück ) de Toni Schelkopf & Rainer Geis avec Cornell Borchers
1954Consul Strotthoff / Réunion à Salzbourg ( konsul Strotthoff ) de Erich Engel avec Willy Birgel
Annette de Tharau ( Ännchen von Tharau / so schlägt ein Mutterherz ) de Wolfgang Schleif avec Heinz Engelmann
La belle meunière ( die schöne müllerin / mädel, ich bin dir so gut ) de Wolfgang Liebeneiner avec Gerhard Riedmann
Emile et les détectives ( Emil und die detektiv ) de Robert A. Stemmle avec Peter Finkbeiner
Une fille de Paris ( ein mädchen aus Paris ) Franz Seitz avec Etchika Choureau
Bon voyage ( glückliche reise ) de Thomas Engel avec Inge Egger
Le roman d’un jongleur ( griff nach den sternen ) de Carl-Heinz Schroth avec Paul Bildt
1955Trois hommes dans la neige ( drei männer im schnee ) de Kurt Hoffmann avec Günther Lüders
Der himmel ist nie ausverkauft – de Alfred Weidenmann avec Hardy Kruger
Jeunes amours ( die mädels vom Immenhof ) de Wolfgang Schleif avec Heidi Brühl
Der frontgockel – de Ferdinand Dörfler avec Nadja Regin
Les yeux bleus / Deux yeux bleus / Deux beaux yeus bleus ( zwei blaue augen ) de Gustav Ucicky avec Claus Holm
Lola Montès – de Max Ophüls avec Martine Carol
L’emprise de la forêt ( waldwinter / glocken der heimat : Waldwinter ) de Wolfgang Liebeneiner avec Sabine Bethmann
Le joyeux pèlerinage ( die fröhliche wallfahrt ) de Ferdinand Dörfler avec Richard Romanowsky
1956Le pantalon volé ( die gestohlene hose ) de Géza von Cziffra avec Susanne Cramer
Vergiß wenn du kannst / Sag nicht addio – de Hans H. König avec Georges Guétary
Santa Lucia – de Werner Jacobs avec Eva Kerbler
Mon mari se marie aujourd’hui ( heute heiratet mein mann ) de Kurt Hoffmann avec Johannes Heesters
Mariage à Immenhof ( hochzeit auf Immenhof ) de Volker von Collande avec Paul Henckels
Robby ( kleiner mann, ganz gross ) de Hans Grimm avec Karin Dor
La reine Louise ( königin Luise ) de Wolfgang Liebeneiner avec Ruth Leuwerik
1957Vacances à Immenhof ( ferien auf Immenhof ) de Hermann Leitner avec Paul Klinger
On demande une bonne pour papa ( kindermädchen für Papa gesucht ) de Hans Quest avec Gunther Philipp
Le bonheur est dans la rue ( das glück liegt auf der straße ) de Fanz Antel avec Walter Giller
Printemps au Zillertal ( die zwillinge vom Zillertal / Zillertal, du bist mei freud ) de Harald Reinl avec Hans Moser
Kein auskommen mit dem einkommen – de Herbert B. Fredersdorf avec Renate Holm
Un coin au paradis / Un coin du paradis ( ein stück vom himmel ) de Rudolf Jugert avec Toni Sailer
Eva küßt nur direktoren / Keine zeit für schwache stunden – de Rudolf Jugert avec Erik Frey
1958L’affaire diabolique ( herz ohne gnade ) de Victor Tourjansky avec Barbara Rütting
Le secret de la famille ( ihr 106. geburtstag / der Stolz der familie ) de Günther Lüders avec Paul Hubschmid
L’éclair noir ( der schwarze blitz ) de Hans Grimm avec Maria Perschy
Die landärztin vom Tegernsee / Die landärztin – de Paul May avec Rudolf Prack
J’y suis… j’y reste ! ( hier bin ich, hier bleib’ ich ) de Werner Jacobs avec Caterina Valente
Paprika – de Kurt Wilhelm avec Willy Hagara
Courrier du cœur ( liebe auf krummen beinen ) de Thomas Engel avec Doris Kirchner
1959Mademoiselle Ange ( ein engel auf Erden ) de Géza von Radványi avec Henri Vidal
Melodie und rhythmus – de John Olden avec Margit Saad
Ein student ging vorbei – de Werner Klinger avec Luise Ullrich
Le trac ( lampenfieber ) de Kurt Hoffmann avec Bernhard Wicki
1960Kriminaltango – de Géza von Cziffra avec Peter Alexander
Sooo nicht, meine herren – de Michael Burk avec Hans-Joachim Kulenkampff
1961Robert et Bertrand ( Robert und Bertram / Willy auf sondermission ) de Hans Deppe avec Victor Torriani
Liebe, krach und himmelbett – de Johannes Kai avec Georg Thomas
1962Tête à tête sur l’oreiller / Bataille de polochons / L’aspirant soupirant ( das schwarz-weiß- rote himmelbett ) de Rolf Thiele avec Thomas Fritsch
L’apprentissage de l’amour ( liebe will gelernt sein ) de Kurt Hoffmann avec Martin Held
1964Lausbubengeschichten / Ludwig Thomas Lausbubengeschichten – de Helmut Käutner avec Georg Thomalla
1965Heidi – de Werner Jacobs avec Eva Maria Singhammer
Tante Frieda ( Tante Frieda, neue lausbubengeschichten ) de Werner Jacobs avec Friedrich von Thun
1966Onkel Filser : Allerneueste lausbubengeschichten – de Werner Jacobs avec Michl Lang
Fiche créée le 9 avril 2014 | Modifiée le 31 mars 2019 | Cette fiche a été vue 3877 fois
PREVIOUSKäthe Haack || Margarete Haagen || Dolly HaasNEXT