CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Wenche Foss
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Melina Mercouri



Date et Lieu de naissance : 18 octobre 1920 (Athènes, Grèce)
Date et Lieu de décès : 6 mars 1994 (New York, New York, USA)
Nom Réel : Maria Amalia Mercouris (Μελίνα Μερκούρη)

ACTRICE
Image
1955 Stella, femme libre (Stella / Στέλλα) de Michael Cacoyannis avec Giorgos Foundas & Tasso Kavadia
Image
1960 Jamais le dimanche (pote tin kyriaki / Ποτέ την Κυριακή) de Jules Dassin avec Giorgos Foundas & Jules Dassin
Image
1963 Topkapi – de Jules Dassin avec Peter Ustinov, Maximilian Schell, Robert Morley & Akim Tamiroff
Image
1969 La promesse de l’aube (promise at dawn) de Jules Dassin avec Assi Dayan & Fernand Gravey

Issue d’une grande famille bourgeoise, Maria Amalia Mercouris voit le jour le 18 octobre 1920, à Athènes. Petite-fille et fille d’hommes politiques importants (son grand-père fut Maire d’Athènes plus de vingt ans et son père, ancien militaire et député et représentant de la Grèce au Conseil Européen). Elle grandit au milieu de domestiques, de gouvernantes et d’institutrices privées qui lui apprennent le français et l’anglais. Elle se marie à 15 ans avec Panos Harokopos, un aristocrate, pour fuir le joug familial. Aussitôt, elle entre à l’Institut Dramatique du Théâtre National d’Athènes et suit les cours de Demitris Rondiris. Elle Divorce à 18 ans.

Dans les années quarante, Melina Mercouri joue, sur les planches de la capitale grecque, les adaptations d’«Un tramway nommé Désir» de Tennessee Williams et «Sept ans de réflexion» de George Axelrod. En 1949, en visite à Paris, elle rencontre Marcel Achard pour qui elle interprète «Le moulin de la Galette» avec le couple Pierre Fresnay et Yvonne Printemps. Les années suivantes, elle joue, entre autres: «Il était une gare…» de Jacques Deval et «Les compagnons de la Marjolaine» toujours d’Achard.

En 1955, de retour au pays, Michael Cacoyannis lui offre le premier rôle dans «Stella», le parcours d’une femme insoumise qui préférera mourir plutôt que de perdre sa liberté. Cette première prestation, pour le grand écran, lui vaut une reconnaissance internationale. Le film est présenté au Festival de Cannes, où Melina rencontre Jules Dassin, cinéaste de la liste noire hollywoodienne. Ainsi, naît une des plus belles histoires d’amour cinématographique, Melina Mercouri va devenir son inspiratrice. Sous sa direction, elle interprète des rôles secondaires dans «Celui qui doit mourir» (1957) avec Jean Servais et Charles Vanel, puis dans «La loi» (1958) avec Gina Lollobrigida. En 1966, elle épouse Jules Dassin. En 1960, c’est la consécration avec «Jamais le dimanche», le film est un énorme succès et le couple connaît une gloire planétaire. Pour sa performance de prostituée libre et indépendante, Melina Mercouri gagne haut la main le prix d’interprétation féminine au Festival de Cannes. Par la suite, elle tournera six autres fois sous la direction de son mentor: «Phèdre» (1961), «Topkapi» (1963), «10 heures 30 du soir en été» (1965), «La promesse de l’aube» (1969), «The rehearsal» (1973) et «Cri de femmes» (1977). Star internationale, elle offre son talent à d’autres grands cinéastes internationaux tels que Vittorio De Sica, Juan Antonio Bardem et Norman Jewison, pour ne citer que les plus importants.

Melina Mercouri, qui en 1967, était rentrée en résistance contre la prise de pouvoir des Colonels en Grèce, revient au pays en 1974 après plusieurs années d’exil. Elle arrête sa carrière cinématographique et s’oriente vers la politique. Elle est successivement Députée socialiste du Pirée en 1978 et Ministre de la Culture de 1981 à 1989. Son principal cheval de bataille est de récupérer des frises du Parthénon, alors possession du British Museum de Londres, sans succès. Entre-temps, elle renoue avec le théâtre et interprète «Médée» et «L’opéra de quat’sous». En 1993, Melina Mercouri est réélue Ministre de la Culture. Un an plus tard, après une lutte désespérée contre un cancer du poumon, elle dépose les armes le 6 mars 1994, à New York. La Grèce décrète alors une semaine de deuil national. La Fondation Melina-Mercouri poursuit aujourd’hui sa lutte pour la préservation des monuments grecs antiques.

© Philippe PELLETIER

copyright
1955Stella, femme libre ( Stella / Στέλλα ) de Michael Cacoyannis avec Aleco Alexandrakis
1957Celui qui doit mourir – de Jules Dassin avec Jean Servais
Gipsy ( the gypsy and the gentleman ) de Joseph Losey avec Patrick McGoohan
1958La loi ( la legge / the law / where the hot wind blow ! ) de Jules Dassin avec Yves Montand
1960Jamais le dimanche ( pote tin kyriaki / Ποτέ την Κυριακή / never on Sunday ) de Jules Dassin avec Georges Foundas
    Prix d’interprétation féminine au festival du cinéma de Cannes, France
1961Le jugement dernier ( il giudizio universale / the last judgement ) de Vittorio De Sica avec Jack Palance
Phèdre ( Phaedra / Faidra / Φαίδρα ) de Jules Dassin avec Anthony Perkins
Vive Henri IV… vive l’amour ! – de Claude Autant-Lara avec Pierre Brasseur
1962Les vainqueurs ( the victors ) de Carl Foreman avec George Peppard
1963Topkapi – de Jules Dassin avec Peter Ustinov
Toute la chanson du monde ( canzoni nel mondo ) de Vittorio Sala avec Gilbert Bécaud
    Seulement apparition & chansons
1964Les pianos mécaniques ( los pianos mecánicos ) de Juan Antonio Bardem avec James Mason
1965D pour danger ( a man could get killed / welcome, Mr. Beddoes ) de Ronald Neame & Cliff Owen avec James Garner
10 heures 30 du soir en été ( 10 :30 P.M. summer ) de Jules Dassin avec Peter Finch
1968Chicago, Chicago ( gaily, gaily ) de Norman Jewison avec Brian Keith
1969La promesse de l’aube ( promise at dawn ) de Jules Dassin avec Fernand Gravey
1973The rehearsal / I dokimi – de Jules Dassin avec Laurence Olivier
1974Une fois ne suffit pas ( one is not enough / Jacqueline Susann’s once is not enough ) de Guy Green avec George Hamilton
1975 DO Les chants du feu ( tragoudia tis fotias / Τραγούδια της φωτιάς ) de Nikos Koundouros avec Christos Reklitis
    Seulement apparition
1976Drôles de manières ( nasty habits / the abbess ) de Michael Lindsay-Hogg avec Eli Wallach
1977Cri de femmes ( a dream of passion / kravyi yinekon / Κραυγή γυναικών ) de Jules Dassin avec Ellen Burstyn
AUTRES PRIX :
      
    Plaque d’Or aux prix David di Donatello, Italie ( 1965 )
Fiche créée le 12 octobre 2005 | Modifiée le 30 juin 2019 | Cette fiche a été vue 11314 fois
PREVIOUSMichèle Mercier || Melina Mercouri || Claude MercutioNEXT