CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Roberto Risso
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Pauline Starke



Date et Lieu de naissance : 10 janvier 1901 (Joplin, Missouri, USA)
Date et Lieu de décès : 3 février 1977 (Santa Monica, Californie, USA)
Nom Réel : Pauline Starke

ACTRICE
Image
1921 The flower of the North – de David Smith avec Henry B. Walthall, Harry Northrup, Joe Rickson & Jack Curtis
Image
1924 Le cargo infernal (the devil’s cargo) de Victor Fleming avec Wallace Beery & William Collier Jr.
Image
1927 Dance magic – de Victor Halperin avec Ben Lyon, Louis John Bartels, Isobel Elsom & Harlan Knight
Image
1928 Les vikings (the viking) de Roy William Neill avec Donald Crisp, LeRoy Mason, Anders Randolf & Claire McDowell

C’est à Joplin, le Missouri aux Etats-Unis, que Pauline Starke naît le 10 janvier 1901. C’est en accompagnant un ami sur un studio de tournage que David Wark Griffith repère cette jolie fille aux yeux bleus, sans hésiter il l’engage comme danseuse de Harem dans son film «Intolérence» (1916). Après avoir enchaîné quelques petits rôles, Frank Borzage la sélectionne pour son western «Le piège» (1917), elle y est Margy, une servante de ferme qui cherche a fuir cette vie de servitude. Elle devient vendeuse amoureuse du leader d’un gang new-yorkais, dans «Le premier pas» (1918) du même réalisateur. Dans le drame romantique «Irish eyes» (1918) de William C. Dowlan, elle vit en Irlande, dans un village de pêcheurs avec son père alcoolique et une belle-mère acariâtre, elle finit par trouver l’amour dans les bras d’un noble anglais.

La maturité grandissante lui permet de jouer en tête d’affiche. Dans «Le papillon brisé» (1919), drame larmoyant de Maurice Tourneur, elle incarne une femme au destin tragique, naïve elle trouve l’amour auprès d’un compositeur de musique mais son rêve glisse vers une fin dramatique. Dans le mélodrame «La femme oubliée» (1921) de Park Frame, elle est Dixie, une enfant accueillie dans la famille Maloney, en épousant le fils de la famille sa vie va devenir un enfer. En 1924, John Ford signe un très beau drame sentimental, «Les cœurs de chênes», où un capitaine à la retraite, Hobart Bosworth, se sacrifie au bonheur de ses deux enfants adoptifs Chrystal et Ned, respectivement interprétés par Pauline Starke et Théodore von Eltz, mais le capitaine tombe sous le charme de Chrystal alors qu’elle est amoureuse de son frère d’adoption. On la voit dans le thriller haletant «Arizona Express» (1924) de Tom Buckingham, ou son frère est condamné à mort pour un meurtre qu’il n’a pas commit, elle prouvera son innocence.

Habituée à jouer dans le registre dramatique, John S. Robertson lui offre un rôle difficile dans «Captain Salavation» (1927), Bess une fille de joie refoulée par les villageois s’enfuit avec Anson, un jeune étudiant sur un navire d’esclaves, mais le capitaine du bateau a de sordides manières envers Bess, pour lui échapper, elle se blesse mortellement et meurt dans les bras d’Anson qui de rage tue le capitaine. Pauline Starke est ensuite Helga une beauté nordique dans «Les Vikings» (1928) de Roy William Neill aux cotés de Donald Crisp en cruel chef Viking. Elle aborde le cinéma parlant avec «A royale romance» (1929) de Earle C. Kenton, où un jeune écrivain, William Collier Jr., hérite d’un château présumé hanté, il découvre cachée dans une chambre secrète, Pauline Starke alias la comtesse von Baden. Comme beaucoup d’actrices de cette époque l’avènement du parlant lui est fatal. Elle apparaît encore deux fois dans des rôles mineurs en 1934 et 1941 puis se retire après une soixantaine de films dont certains sont perdus.

Pauline Starke s’est mariée deux fois. En 1927, avec le producteur Jack White, une union qui se termine par un divorce en 1931. En 1935 elle épouse l’acteur George Sherwood qu’elle laissera veuf le 3 février 1977, des suites d’un accident vasculaire cérébrale. Elle n’avait pas d’enfant. Sélectionné parmi les «Wampas Baby Stars» en 1922, Pauline Starke fut une pionnière du cinéma muet, grande tragédienne, elle eut son heure de gloire dans les années 20 et obtient à ce titre une étoile sur le Walk of Fame à Hollywood, au 6125 Hollywood Boulevard, pour ses contributions souvent de grande qualité.

© Gary RICHARDSON

copyright
1914 CM The claws of green – de ? avec Stuart Holmes
1916Intolérance ( intolerance / intolerance : Love’s struggle throughout the ages ) de David Wark Griffith avec Robert Harron
Rummy ( the rummy ) de Paul Powell avec Wilfred Lucas
The wharf rat – de Chester Withey avec Spottiswoode Aitken
CM Puppets – de Tod Browning avec Max Davidson
1917Cheerful givers – de Paul Powell avec Kenneth Harlan
Madame Bo-Peep – de Chester Withey avec Allan Sears
Renaissance ( the regenerates ) de E. Mason Hopper avec Louis Durham
Le piège ( until they get me ) de Frank Borzage avec Jack Curtis
Evidence ( the argument ) de Walter Edwards avec J. Barney Sherry
1918Le premier pas ( the shoes that danced ) de Frank Borzage avec Wallace MacDonald
Innocent’s progress – de Frank Borzage avec Jack Livingston
The man who woke up – de James McLaughlin avec William V. Mong
Alias Mary Brown – de Henri D’Elba & William C. Dowlan avec Casson Ferguson
Daughter Angele – de William C. Dowlan avec Walt Whitman
The atom – de Frank Borzage avec Harry Mestayer
Irish eyes – de William C. Dowlan avec Ward Caulfield
1919Ceux que les dieux détruisent ( whom the gods would destroy / whom the gods destroy ) de Frank Borzage avec Jack Marshall
La ligne de vie ( the life line ) de Maurice Tourneur avec Wallace Beery
Les yeux de la jeunesse ( eyes of youth ) de Albert Parker avec Rudolph Valentino
Le papillon brisé ( the broken butterfly ) de Maurice Tourneur avec Lew Cody
Le dictateur ( soldiers of fortune ) de Allan Dwan avec Ward Crane
La chute de Babylone ( the fall of Babylon ) de David Wark Griffith avec Tully Marshall
Dangerous days – de Reginald Barker avec Rowland V. Lee
1920The little shepherd of Kingdom Come – de Wallace Worsley avec Jack Pickford
Le courage de Marge ( the courage of Marge O’Doone ) de David Smith avec Niles Welch
Seeds of vengeance – de Oliver L. Sellers avec Charles Edler
The untamed – de Emmett J. Flynn avec Tom Mix
1921Un américain à la cour du roi Arthur ( a Connecticut Yankee in king’s Arthur court ) de Emmett J. Flynn avec Harry Myers
Snowblind – de Reginald Barker avec Cullen Landis
Salvation Nell – de Kenneth S. Webb avec Joe King
La femme oubliée ( the forgotten woman ) de Park Frame avec Allan Forrest
Wife against wife – de Whitman Bennett avec Percy Marmont
The flower of the North – de David Smith avec Henry B. Walthall
1922My wild irish rose – de David Smith avec Pat O’Malley
Le retour à la terre ( if you believe it, it’s so ) de Tom Forman avec Thomas Meighan
The kingdom within – de Victor Schertzinger avec Ernest Torrence
Drame en Polynésie ( lost and found on a South Seas Island / captain Blackbird / passion of the sea / lost and found ) de Raoul Walsh avec House Peters
CM Screen snapshots, series 3, No. 5 – de ? avec Lila Lee
    Seulement apparition
1923Après la tempête ( little church around the corner ) de William A. Seiter avec Kenneth Harlan
The little girl next door / You are in danger – de W.S. Van Dyke avec James Morrison
His last race – de B. Reeves Eason & Howard M. Mitchell avec Noah Beery
In the palace of the king – de Emmett J. Flynn avec Edmund Lowe
Eyes of the forest – de Lambert Hillyer avec Tom Mix
1924Arizona Express – de Tom Buckingham avec David Butler
Missing daughters – de William H. Clifford avec Rockliffe Fellowes
Dante’s inferno – de Henry Otto avec Ralph Lewis
Les cœurs de chênes ( hearts of oak ) de John Ford avec Hobart Bosworth
Paradis défendu ( forbidden paradise ) de Ernst Lubitsch avec Rod La Rocque
Le cargo infernal ( the devil’s cargo ) de Victor Fleming avec Wallace Beery
The man without a country / As no man has loved – de Rowland V. Lee avec Edward Hearn
1925Aventure ( adventure ) de Victor Fleming avec Raymond Hatton
Sun-up – de Edmund Goulding avec Conrad Nagel
Bright lights – de Robert Z. Leonard avec Charles Ray
Dance madness – de Robert Z. Leonard avec Douglas Gilmore
DO 1925 studio tour – de ? avec Tod Browning
    Seulement apparition
1926Honesty : The best policy – de Chester Bennett & Albert Ray avec Johnnie Walker
Œil de faucon ( war paint ) de W.S. Van Dyke avec Tim McCoy
Love’s blindness – de John Francis Dillon avec Antonio Moreno
La femme aux diamants ( women love diamonds ) de Edmund Goulding avec Lionel Barrymore
CM Camille ( the fate of a coquette ) de Ralph Barton avec Paul Robeson
DO Screen snapshots – de ? avec George K. Arthur
    Seulement apparition
1927Captain Salavation – de John S. Robertson avec Lars Hanson
Dance magic – de Victor Halperin avec Ben Lyon
Streets of Shanghai – de Louis J. Gasnier avec Kenneth Harlan
1928Les vikings ( the viking ) de Roy William Neill avec Donald Crisp
Cœurs déchus ( man, woman and wife / fallen angels ) de Edward Laemmle avec Norman Kerry
1929L’île mystérieuse ( the mysterious island ) de Lucien Hubbard avec John Barrymore
A royale romance – de Erle C. Kenton avec William Collier Jr
1930Ce que les hommes désirent ( what men want ) de Ernst Laemmle avec Robert Ellis
1934Twenty dollars a week / The man maker – de Wesley Ford avec James Murray
1940She knew all the answers – de Richard Wallace avec Franchot Tone
1943L’ange perdu ( lost angel ) de Roy Rowland avec Margaret O’Brien
Fiche créée le 17 janvier 2010 | Modifiée le 22 septembre 2019 | Cette fiche a été vue 4656 fois
PREVIOUSGraham Stark || Pauline Starke || Charles StarrettNEXT