CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Charles Buddy Rogers
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Teddy Vrignault



Date et Lieu de naissance : 22 novembre 1928 (Paris, France)►
Date et Lieu de décès : disparu le 1er novembre 1984 (Paris, France), déclaré mort le 1er novembre 2004
Nom Réel : Pierre Edouard Georges Vrignault

ACTEUR
Image
1971 Elle court, elle court la banlieue – de Gérard Pirès avec Marthe Keller, Jacques Higelin & Claude Piéplu
Image
1972 Moi y’en a vouloir des sous – de Jean Yanne avec Michel Serrault, Jean Yanne & Bernard Blier
Image
1973 Les quatre Charlots mousquetaires – de André Hunebelle avec Gérard Rinaldi & Paul Préboist
Image
1974 Les Chinois à Paris – de Jean Yanne avec Macha Méril, Jean Yanne, Michel Serrault & Jacques François

Né le 22 novembre 1928 à Paris, Teddy Vrignault rencontre André Gaillard alors qu’il effectue son service militaire en Allemagne mais ils se perdent de vue. De retour à Paris en 1949, il suit des cours de théâtre. Les deux hommes se retrouvent sur les Champs-Elysées alors que Teddy Vrignault déguisé en indien distribue des prospectus pour le film «Les tuniques rouges» (1953).

Dès 1954, Teddy Vrignault et André Gaillard débutent sur la scène de l’Ecluse où ils parodient des chansons dramatiques des années 1900, cabaret fréquenté également par Giani Esposito, le Mime Marcel Marceau ou Philippe Noiret et Jean-Pierre Darras. Ils intègrent différentes compagnies, celles de Jacques Fabbri au Théâtre Antoine en 1956, du Mime Marceau au Théâtre de l’Ambigu en 1958 et de Grenier-Hussenot au Théâtre Fontaine. À cette époque, ils apparaissent dans quelques pièces de théâtre, dont «Péricles, prince de Tyr» (1957) de William Shakespeare, à l’Ambigu, ou «La cathédrale» de René Aubert, au théâtre Hébertot. Repérés par Marc Chevalier qui dirige l’Ecluse, ils s’orientent vers un humour anglo-saxon qu’ils délaissent au profit des calembours dans l’esprit de «L’almanach Vermot». Après s’être appelés Gismon et Gisbée, ils prennent le nom des «Frères ennemis» en s’inspirant du livre «La chronique des frères ennemis» des Frères Tharaud. C’est le début d’une carrière de près de 750 sketches, récompensée à deux reprises par l’obtention du Grand prix de l’humour de la SACEM, et popularisée par la télévision. Le succès arrive dans les années 60 et le cinéma leur ouvre ses portes. Ils interprètent leurs propres rôles dans «Cherchez l’idole» (1963) de Michel Boisrond, avec Dany Saval, Mylène Demongeot et toute une pléiade de jeunes chanteurs de l’époque. À trois reprises, ils sont sollicités par Jean Yanne dans «Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil» (1972), «Moi y’en a vouloir des sous!» (1973) et «Les chinois à Paris» (1974). Ils apparaissent également dans «Elle court, elle court la banlieue» (1972) de Gérard Pirès, «Je sais rien, mais je dirais tout» (1973) de et avec Pierre Richard et «Les quatre Charlots Mousquetaires» (1973) de André Hunebelle.

Mais le 1er novembre 1984, jour de la Toussaint, Teddy Vrignault quitte son domicile parisien et ne donne plus de nouvelles, ni à sa famille ni à son partenaire artistique. Sa femme signale sa disparition aux services des recherches dans l’intérêt des familles. Son véhicule ne sera jamais retrouvé et aucun retrait bancaire ne sera effectué. En dépit de recherches importantes et des appels à témoins à la télévision dans «Au nom de l’amour» de Pierre Bellemare ou «Perdu de vue» de Jacques Pradel, sa disparition reste inexpliquée. Comme le prévoit la loi en cas de disparition non élucidée, il est déclaré décédé le 1er novembre 2004 tandis que son épouse met fin à ses jours après deux tentatives de défénestration.

Après la disparition de Teddy Vrignault, André Gaillard reconstitue un duo comique avec leur régisseuse Colette Duval qui s’interrompt brutalement quatre ans plus tard lorsqu’elle décède d’un cancer. André Gaillard abandonne la scène et devient pensionnaire de l’émission «Les grosses têtes» de Philippe Bouvard sur RTL. Silvia et Valérie Gaillard, les filles de André Gaillard, reprennent les textes des «Frères ennemis» sous le nom des «Sœurs z’ennemies» au Café d’Edgard en 2010. André Gaillard décède le 30 septembre 2019 à la Maison de retraite des artistes de Nogent-sur-Marne à l’âge de 91 ans.

© Olivier SINQSOUS

copyright
1963Cherchez l’idole – de Michel Boisrond avec Dany Saval
1971Elle court, elle court la banlieue – de Gérard Pirès avec Marthe Keller
1972Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil – de Jean Yanne avec Marina Vlady
Moi y’en a vouloir des sous – de Jean Yanne avec Michel Serrault
1973Je sais rien, mais je dirai tout – de Pierre Richard avec Bernard Blier
Les quatre Charlots mousquetaires – de André Hunebelle avec Gérard Rinaldi
1974Les Chinois à Paris – de Jean Yanne avec Macha Méril
Fiche créée le 11 février 2020 | Modifiée le 23 février 2020 | Cette fiche a été vue 2464 fois
PREVIOUSAndréas Voutsinas || Teddy Vrignault || Elsa WagnerNEXT