CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Rellys
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Zbigniew Cybulski



Date et Lieu de naissance : 3 novembre 1927 (Kniaze, Pologne)
Date et Lieu de décès : 8 janvier 1967 (Wroclaw, Pologne)
Nom Réel : Zbigniew Cybulski

ACTEUR
Image
1958 Cendres et diamant (popiól i diament) de Andrzej Wajda avec Ewa Krzyzewska & Waclaw Zastrzezynski
Image
1960 Les innocents charmeurs (niewinni ozardzieje) de Andrzej Wajda avec Kalina Jedrusik & Roman Polanski
Image
1961 La poupée – de Jacques Baratier avec Jacques Dufilho, Sacha Pitoëff & Daniel Emilfork
Image
1964 Le manuscrit trouvé à Saragosse (rekopis znaleziony w Saragossie) de Wojciech Has avec Beata Tyskiewicz

Zbigniew Cybulski naît le 3 novembre 1927 à Kniaze, petit village polonais de la Voïvodie de Stanisławów reprise par les Soviétiques en 1940 (aujourd’hui Ivano-Frankivsk en Ukraine). Tandis que Staline et Hitler alors alliés se partagent la Pologne, Zbigniew qui n’a que douze ans trouve refuge à Cracovie, où, après la guerre, dans une Pologne devenue république populaire, il entame des études commerciales et de journalisme. Il s’inscrit également au conservatoire d’art dramatique de cette même ville et fait quelques figurations au théâtre pour payer ses cours. En 1953 il s’installe à Gdańsk où il interprète ses premiers rôles professionnels. Il rencontre Bogumil Kobiela, une amitié se tisse, et le duo crée le théâtre «Bim-Bom» dans la petite station balnéaire de Sopot, puis plus tard le théâtre Rozmów.

En 1954 Zbigniew Cybulski apparaît au cinéma dans un rôle secondaire pour «Une fille a parlé» de Andrzej Wajda. Le cinéaste, impressionné par le talent du jeune acteur, en fait la vedette en 1958 de «Cendres et diamant», l’histoire de Maciek, chargé de supprimer un dirigeant communiste dans la Pologne de l’immédiat après guerre. Ce drame symbole d’une jeunesse sacrifiée, exprime les déchirements de la société polonaise après la guerre. Zbigniew Cybulski décroche une nomination pour le meilleur acteur aux BAFTA (Academie du Cinéma Britanique) devient l’emblème de toute une génération de jeunes gens de l’Europe de l’Est. La même année, il tourne pour Aleksander Ford dans «Le huitième jour de la semaine» avec l’actrice allemande Sonia Ziemann, puis pour Jerzy Kawalerowicz, «Train de nuit» (1959), Kazimierz Kutz, «Croix de guerre» (1959) et Wojciech Has, «Adieu jeunesse» (1961).

Représentant du nouveau cinéma polonais, beau et désinvolte, Zbigniew Cybulski est désormais l’égal, de l’autre côté du rideau de fer, d’un James Dean, Gérard Philipe ou Marlon Brando. Artiste prolifique, il est aussi membre de l’«Ateneum teatr» de Varsovie de 1960 à 1967, où il joue, met en scène et écrit de nombreuses pièces, dans un pays qui semble retrouver une certaine liberté créatrice. En 1961, il fait un incursion dans le cinéma français, sous la direction de Jacques Baratier, dans «La poupée», un conte satirique et fantastique avec Sonne Teal dans le rôle titre, mais aussi Daniel Emilfork, Jacques Dufilho, Darling Légitimus et Sacha Pitoëff. Il tourne aussi un court métrage de Pierre Kafian avec Amidou. En 1962, il interprète un sketch de Andrzej Wajda intégré au film «L’amour à vingt an», coréalisé par François Truffaut, Shintarô Ishihara et Renzo Rossellini. De retour en Pologne, Zbigniew Cybulski va être la tête d’affiche d’une quinzaine de productions qui vont faire de lui la plus grande vedette de son pays. Parmi ses succès, citons notamment: «L’assassin et la demoiselle» (1963) de Janusz Nasfeter, «Le silence» (1963) de Kazimierz Kutz, «Un italien à Varsovie» (1964) de Stanislaw Lenartowicz, «Aimer» (1964) de Jörn Donner tourné en Suède avec Harriet Andersson, et «Le pingouin» (1965) de Jerzy Stefan Stawinski. En 1964, il est Alphonse Van Worden, le héros du «Manuscrit trouvé à Saragosse», film culte de la Nouvelle Vague polonaise adapté du roman de Jan Potocki par Wojciech Has.

Le 8 janvier 1967, alors qu’il vient de terminer le tournage de «L’assassin laisse des traces» de Aleksander Scibor-Rylski, Zbigniew Cybulski est victime d’un tragique accident, broyé entre deux wagons, en voulant prendre un train dans la gare de Wroclaw. Il n’avait pas quarante ans.

© Philippe PELLETIER

copyright
1954Une fille a parlé / Génération / La lumière dans les ténèbres ( pokolenie ) de Andrzej Wajda avec Tadecisz Lomnicky
1955La carrière ( kariera ) de Jan Koecher avec Bogumil Kobiela
    Seulement apparition
Les trois départs ( trzy starty ) de Stanislaw Lenartowicz, Ewa Petelska & Czeslaw Petelski avec Antoni Bohdziewicz
1956Le secret du vieux puits ( tajemnica dzikiego szibu ) de Wadim Berestowski avec Ludwik Benoit
1957La fin de la nuit (Koniec nocy / koniec wojny ) de Julian Dziedzina, Walentyna Uszycka & Pawel Komorowski vec Adam Fiut
Les épaves ( wraki ) de Czeslaw Petelski & Ewa Petelska avec Roman Polanski
1958Cendres et diamant ( popiól i diament ) de Andrzej Wajda avec Ewa Krzyzewska
Le huitième jour de la semaine ( ósmy dzien tygodnia / der achte wochentag ) de Aleksander Ford avec Sonja Ziemann
1959Croix de guerre ( krzyz walecznych ) de Kazimierz Kutz avec Adolf Chronicki
Train de nuit ( pociag ) de Jerzy Kawalerowicz avec Michal Gazda
Zamach – de Jerzy Passendorfer avec Roman Klosowski
    Non confirmé
1960Les innocents charmeurs ( niewinni ozardzieje ) de Andrzej Wajda avec Kalina Jedrusik
Au revoir et à demain ( do widzenia do jutra ) de Janusz Morgenstern avec Barbara Baranowska
    + scénario
1961Adieu jeunesse / La séparation ( rozstanie ) de Wojciech Has avec Bogumil Kobiela
La poupée – de Jacques Baratier avec Jacques Dufilho
Les rencontres manquées ( spoznieni przechodnie ) de Jan Ryblowski, Gustaw Holoubek, Andrzej Lapicki, Jerzy Antczak & Adam Hanuszkiewicz avec Bogumil Kobiela
CM Le thé à la menthe – de Pierre Kafian avec Amidou
1962L’art d’être aimée ( jak byc kochana ) de Wojciech Has avec Wieslaw Glinski
L’amour à vingt ans – de François Truffaut, Shintarô Ishihara, Renzo Rossellini & Andrzej Wajda avec Wladyslaw Kowalski
    Segment « Milosc dwudziestolatkow / Warsaw » de Andrzej Wajda
1963Leur vie quotidienne ( ich dzien powszedni ) de Aleksander Scibor-Rylski avec Pola Raska
L’assassin et la demoiselle ( zbrodniarz i panna ) de Janusz Nasfeter avec Ewa Krzylewska
Le silence ( milczenie ) de Kazimierz Kutz avec Kazimierz Fabisiak
Un italien à Varsovie ( Giuseppe w Warszawie ) de Stanislaw Lenartowicz avec Antonio Cifariello
Pas de divorce ( rozwodów nie bedzie ) de Jerzy Stawinski avec Marta Lipinska
1964Aimer ( att älska ) de Jörn Donner avec Harriet Andersson
Salto – de Tadeusz Konwicki avec Marta Lipinska
Le manuscrit trouvé à Saragosse ( rekopis znaleziony w Saragossie ) de Wojciech Has avec Beata Tyskiewicz
1965Le pingouin ( pingwin ) de Jerzy Stefan Stawinski avec Irena Karel
Seul dans la ville ( sam posród miasta ) de Halina Bielinska avec Ewa Wisniewska
1966Veillée de fête ( przedswiateczny wieczor ) de Helena Amiradzli & Jerzy Stefan Stawinski avec Jadwiga Andrzejewska
Demain le Mexique ( jutro Meksyk ) de Aleksander Scibor-Rylski avec Jacek Domanski
Les codes / Les chiffres ( szyfry ) de Wojciech Has avec Irena Horecka
En avant toute ( cala naprzód ) de Stanislaw Lenartowicz avec Jerzy Litwin
1967Jowita – de Janusz Morgenstern avec Barbara Lass
L’assassin laisse des traces ( mordeca zostawia slad ) de Aleksander Scibor-Rylski avec Krystyna Mikolajewska
Fiche créée le 2 mars 2008 | Modifiée le 11 juin 2018 | Cette fiche a été vue 5693 fois
PREVIOUSMarcel Cuvelier || Zbigniew Cybulski || Howard Da SilvaNEXT