CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Claude Nollier
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Carl Möhner



Date et Lieu de naissance : 11 août 1921 (Vienne, Autriche)
Date et Lieu de décès : 14 janvier 2005 (McAllen, Texas, USA)
Nom Réel : Carl Martin Rudolf Möhner

ACTEUR

Carl Martin Rudolf Möhner naît le 11 août 1921, à Vienne, capitale de la toute nouvelle République Autrichienne (depuis 1918). En 1937, après ses études, le jeune homme, épris de beaux textes, décide de suivre une formation théâtrale et prend donc des cours d’art dramatique. Par la suite, il décroche un contrat au sein d’une troupe et interprète quelques pièces sur les scènes autrichiennes et allemandes, jusqu’à ce que la seconde guerre mondiale éclate, interrompant ainsi sa jeune carrière.

Après le conflit, Carl Möhner reprend le chemin des scènes germaniques et se produit notamment au Stadttheater de Saaz, aux théâtres de Graz et de Gmunden. En 1949, il fait une première apparition au cinéma dans «Vagabunden der liebe» aux côtés de la grande vedette Paula Wessely. Mais, au début des années cinquante, les propositions tardant à venir, il est contraint de travailler comme assistant de production pour la compagnie Austro-Film.

La chance lui sourit enfin en 1952, lorsque Helmut Käutner lui propose d’interpréter le jeune Martin Berger dans «Le dernier pont» aux côtés de Maria Schell et Barbara Rütting. Cette production est un succès international et remporte plusieurs prix au Festival de Cannes. L’année suivante, Jules Dassin l’engage pour incarner auprès de Jean Servais, le gangster blond Jo le suédois, dans «Du rififi chez les hommes». Une nouvelle fois, Carl Möhner se retrouve sur les marches du palais à Cannes et Dassin décroche le prix de la mise en scène. Les critiques encensent le film et lui attribuent le titre du plus grand film noir de tous les temps. La carrière de Carl est enfin lancée et il enchaîne les rôles. En 1956, il retrouve Barbara Rütting pour «Der geierwally» et en 1957, Jules Dassin pour «Celui qui doit mourir» toujours avec Jean Servais, mais aussi : Melina Mercouri, Maurice Ronet et Gert Froebe. Après une participation dans «La clé» (1958) de Carol Reed avec Sophia Loren et William Holden (rôle qui sera finalement coupé au montage), il campe le Capitaine allemand Lindemann dans «Coulez le Bismark !» de Lewis Gilbert.

Par la suite, Carl Möhner se lance dans la réalisation avec «Razzia sur le Bosphore» (1961) mais cette expérience restera sans suite. Il tourne une vingtaine de films à travers l’Europe. Cependant, sa carrière s’essouffle dès la fin des années soixante, très certainement dû à la mauvaise qualité de ces productions de série B ou Z. Après une ultime apparition aux côtés de Romy Schneider dans «Une femme à sa fenêtre» (1976), il s’exile au Texas et se consacre exclusivement à la peinture.

Au fil des années, Carl Möhner se révèle être un peintre de première importance. Son œuvre expressionniste, teintée de sentiments et d’émotions personnelles, dévoile un artiste à la personnalité espiègle, d’une grande simplicité et doté d’une âme d’enfant. Ses toiles connaissent un énorme succès et son travail est exposé dans de prestigieuses galeries à travers les Etats-Unis, mais également en Italie, en Allemagne et en Autriche.

Atteint de la maladie de Parkinson depuis la fin des années quatre-vingt, Carl Möhner décède le 14 janvier 2005, à son domicile de McAllen, au Texas (USA).

© Philippe PELLETIER

copyright
1949Vagabonds / Les passionnés ( vagabunden der liebe / vagabunden ) de Rolf Hansen avec Paula Wessely
1953Pünktchen und Anton – de Thomas Engel avec Heidemarie Hatheyer
Le dernier pont (die letzte brücke ) de Helmut Käutner avec Maria Schell
1954Du rififi chez les hommes – de Jules Dassin avec Jean Servais
1955Wo die alten wälder rauschen – de Alfons Stummer avec Josefin Kipper
1956La fille au vautour ( der geierwally ) de Frantisek Cáp avec Willy Fritsch
1957Celui qui doit mourir – de Jules Dassin avec Melina Mercouri
Weißer holunder – de Paul May avec Carla Hagen
1958L’île du camp sans retour ( the camp on Blood Island ) de Val Guest avec André Morell
La clé ( the key ) de Carol Reed avec Sophia Loren
    Scènes coupées au montage
Passionate summer / Storm over Jamaica – de Rudolph Cartier avec Virginia McKenna
Behind the mask – de Brian Desmond Hurst avec Vanessa Redgrave
1959Une fusée vers l’amour ( zurück aus dem Weltall / und immer ruft das herz ) de Georges Friedland avec Ingrid Lutz
Coulez le Bismarck ! ( sink the Bismarck ! ) de Lewis Gilbert avec Dana Wynter
1960Un compte à régler / Je défie ( the challenge / it takes a thief ) de John Gilling avec Jayne Mansfield
The kitchen – de James Hill avec Tom Bell
1961Razzia sur le Bosphore ( Istanbul macerasi / inshalla / razzia am Bosporus ) de Carl Möhner avec Bianca Bern
    + scénario
Les derniers jours d’un empire ( il crollo di Roma / the fall of Rome ) de Antonio Margheriti avec Ida Galli
1964La grotte aux filles / La grotte des filles mortes-vivantes ( der fluch der grünen augen / cave of the living dead / the curse of the green eyes / die grotte der lebenden toten / night of the vampires ) de Ákos Ráthonyi avec Adrian Hoven
Le dernier pistolet ( Jim il primo / killer’s canyon / last gun / lonely gunslinger ) de Sergio Bergonzelli avec Cameron Mitchell
196530 Winchester per El Diablo / 30 Winchester for El Diablo / Gold train – de Gianfranco Baldanello avec Alessandra Panaro
Der mörder mit dem seidenschal – de Adrian Hoven avec Susanne Uhlen
Un colt pour McGregor ( l’uomo dalla pistola d’oro / Doc, manos de plata / Doc, hands of steel / man with the golden pistol / The man who came to kill – de Alfonso Balcázar avec Gloria Milland
L’homme de Tolède ( la muerte se llama Myriam / l’uomo di Toledo / el hombre di Toledo / captain from Toledo ) de Eugenio Martín avec Norma Bengell
1966L’enfer est vide ( lascia passare per l’inferno / hell is empty ) de John Ainsworth & Bernard Knowles avec Martine Carol
1967Carmen, baby – de Radley Metzger avec Uta Levka
Mort et diamants / Dynamite en soie verte ( dynamit in grüner seide / il più grande colpo della malavita americana ) de Harald Reinl avec Käthe Haack
Services spéciaux, division K / Services spéciaux ( assignment K ) de Val Guest avec Camilla Sparv
Radhapura : Endstation der verdammten / Fluch der diamanten – de Hans Albin avec George Nader
1968Les mercenaires de la violence ( die große treibjagd / el mercenario / the last mercenary / l’ultimo mercenario ) de Dieter Müller avec Pascale Petit
1970Tne neue heiße sex-report: Was männer nicht für möglich halten / Maßlose teenager – de Ernst Hofbauer avec Eva Garden
Zu dumm zum... / Der großmaul-Casanova – de Henry van Lyck avec Brigitte Skay
1972Gretchen sans uniforme ( eine armee Gretchen / fräuleins in uniforms / fraulein without a uniform ) de Erwin C. Dietrich avec Renate Kasché
1973La coccinelle et les cascadeurs / Une coccinelle en tournée extraordinaire ( ein käfer auf extratour ) de Rudolf Zehetgruber avec Kathrin Orginski
1974Callan ( this is Callan ) de Don Sharp avec Edward Woodward
1975Jeune fille libre le soir / La baby-sitter ( the babysitter / L.A. babysitter / the raw edge / wanted : Babysitter ) de René Clément avec Maria Schneider
1976Une femme à sa fenêtre – de Pierre Granier-Deferre avec Romy Schneider
Fiche créée le 22 juin 2005 | Modifiée le 31 mai 2017 | Cette fiche a été vue 6431 fois
PREVIOUSLéonide Moguy || Carl Möhner || Alexander MoissiNEXT