CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Amelia Bence
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Brigitte Mira



Date et Lieu de naissance : 20 avril 1910 (Hambourg, Empire Allemand)
Date et Lieu de décès : 8 mars 2005 (Berlin, Allemagne)
Nom Réel : Brigitte Mira

ACTRICE

Fille du pianiste d’origines russes, Siegfried Mira, Brigitte voit le jour le 20 avril 1910, à Hambourg, ville portuaire de l’Empire Allemand. Elle grandit à Dusseldörff et reçoit une formation de piano, de chant et de danse. Contrairement à la volonté de ses parents qui souhaitent qu’elle devienne pianiste, la jeune fille se tourne vers la chanson et débute à seize ans dans «Giuditta», une opérette à succès de Franz Lehar.

À la fin des années vingt, Brigitte Mira interprète Esmeralda dans la pièce «Die verkaufte braut», à Cologne, puis campe les soubrettes dans plusieurs productions au Stadttheater de Bremerhaven (théâtre qu’elle quittera en 1941) avant de s’affirmer dans les premiers rôles. Au cours de la décennie suivante, elle devient une artiste très populaire et se produit dans des comédies musicales sur les scènes du Théâtre Urbain de Gast, au Stadttheater de Kiel et au Mellini-Theater de Hanovre. En 1942, Brigitte s’installe définitivement à Berlin et joue au Rosen-Theater, au Théâtre Schiffbauerdamm et au Cabaret Comique où le public peut apprécier son talent, notamment dans «La vie parisienne» et «La chauve-souris».

En 1943, Brigitte Mira effectue ses premiers pas devant les caméras, notamment dans quelques courts métrages publicitaires de propagande sous la direction de Eugen York. Après la guerre, elle renoue avec les scènes allemandes et retrouve les rôles chantants qui ont fait sa notoriété. En 1948, à la demande de Robert A. Stemmle, elle fait une apparition dans «Ballade berlinoise» aux côtés de O.E. Hasse. La carrière cinématographique de Brigitte Mira débute vraiment à la fin des années cinquante avec des rôles secondaires dans des comédies familiales ou musicales, parmi lesquelles: «...Und abends in die Scala» (1958) avec Gerhard Riedmann, «Soucis de millionnaire» (1958) avec Peter Alexander et «Der stern von Santa Clara» (1958) avec Vico Torriani.

Par la suite, Brigitte Mira oriente sa carrière vers le petit écran et apparaît dans une cinquantaine de productions télévisées qui accroissent considérablement sa célébrité. Mais c’est Rainer Werner Fassbinder qui va révéler la grande actrice en 1973, dans «Tous les garçons s’appellent Ali». Sa formidable prestation lui vaut un prix d’interprétation décerné par l’Académie du Cinéma Germanique et une reconnaissance internationnale. La collaboration des deux artistes se poursuit avec: «Le droit du plus fort» (1974), «Maman Kusters s’en va au ciel» (1975), «Le roti de Satan» (1976), «Roulette chinoise» (1976) et «Lilli Marlene» (1980). Devenue une artiste incontournable de la nouvelle vague allemande, Brigitte tourne également sous la direction de Ulli Lommel, Monica Trauber et Wolf Gremm.

En 1983, après la mort de son cinquième mari, Brigitte Mira s’éloigne des plateaux de cinéma et se consacre principalement au petit écran. Légende vivante de la vie culturelle allemande, elle reçoit en 1989, un prix d’honneur par le cinéma allemand qui récompense sa prolifique carrière. En 2000, la télévision allemande lui décerne un prix caméra d’or pour la même raison. Brigitte Mira décède dans sa quatre-vingt-quinzième année, le 8 mars 2005, à Berlin (Allemagne), des suites d’une infection lors d’une hospitalisation.

© Philippe PELLETIER

copyright
1948Ballade berlinoise ( berliner ballade ) de Robert A. Stemmle avec O.E. Hasse
1958...Und abends in die Scala – de Erik Ode avec Gerhard Riedmann
La joyeuse débandade ( wehe, wenn sie losgelassen ) de Géza von Cziffra avec Joseph Egger
L’étoile de Santa Clara ( der stern von Santa Clara ) de Werner Jacobs avec Vico Torriani
Soucis de millionnaire ( so ein millionär hat’s schwer ) de Géza von Cziffa avec Peter Alexander
Coup sur coup ( schlag aud schlag ) de Géza von Cziffra avec Ingrid Andree
1959Tu es formidable ! / Tu es merveilleux ( du bist wunderbar ) de Paul Martin avec Rudolf Prack
1960Au nom d’une mère ( in namen einer mutter ) de Erich Engels avec Claus Holm
1961Je ne peux pas garder le silence plus longtemps / Je ne peux plus me taire ( ich kann nicht länger schweigen ) de Hans-Jochen Wiedermann avec Charles Regnier
1962L’étudiant pauvre 63 ( so toll wie anno dazumal ) de Franz Marischka avec Hans Nielsen
1964 DO Paul Klinger erzählt abenteuerliche geschichten – de avec Paul Klinger
    Seulement apparition
1968Der partyphotograph – de Hans D. Bove avec Werner Finck
1970Hôtel de passe à Hambourg ( das studenthotel von St. Pauli ) de Rolf Olsen avec Curd Jürgens
Zwanzig mädchen und ein pauker : Heute steht die penne kopf – de Werner Jacobs avec Rolf Olsen
1971Wir hau’n den hauswirt in die pfanne – de Franz Josef Gottlieb avec Fritz Tillmann
1972La tendresse des loups ( zärtlichkeit der wölfe ) de Ulli Lommel avec Kurt Raab
1973Tous les garçons s’appellent Ali ( angst essen seele auf ) de Rainer Werner Fassbinder avec El Hedi ben Salem
    Prix d’Or du cinéma d’interprétation féminine aux prix du cinéma germanique, Allemagne

1 Berlin-Harlem – de Lothar Lambert & Wolfram Zobus avec Conrad Jennings
1974L’énigme de Kaspar Hauser ( jeder für sich und gott gegen alle ) de Werner Herzog avec Walter Ladengast
Le droit du plus fort ( faustrecht der freiheit ) de Rainer Werner Fassbinder avec Peter Chatel
1975Der geheimnisträger – de Franz Josef Gottlieb avec Theo Lingen
Jeder stirbt für sich allein – de Alfred Vohrer avec Carl Raddatz
Maman Kusters s’en va au ciel ( mutter Küsters fahrt zum himmel ) de Rainer Werner Fassbinder avec Karlheinz Böhm
1976Le rôti de Satan ( satanbraden ) de Rainer Werner Fassbinder avec Ulli Lommel
Anita Droegemoeller und die ruhe an der ruhr / Jet-Set-Girl und spionage – de Alfred Vohrer avec Harald Leipnitz
Roulette chinoise ( chinesisches roulette ) de Rainer Werner Fassbinder avec Anna Karina
1977Adolf und Marlene – de Ulli Lommel avec Hark Bohm
Liebe das leben, lebe das lieben – de Lutz Eisholz avec Erhard Dhein
1978La femme d’en face ( die frau gegenüber ) de Hans Noever avec Jirí Menzel
1979Kein reihenhaus für Robin Hood – de Wolf Gremm avec Manfred Günther
Fabian – de Wolf Gremm avec Ivan Desny
Primel macht ihr haus verrückt – de Monica Trauber avec Reinhard Kolldehoff
1980Lili Marleen – de Rainer Werner Fassbinder avec Mel Ferrer
1981Nach Mitternacht – de Wolf Gremm avec Wolfgang Jörg
1982Kamikaze 1989 – de Wolf Gremm avec Günther Kaufmann
Die wilden fünfziger – de Peter Zadeck avec Freddy Quinn
1983Sigi, der straßenfeger – de Wolf Gremm avec Harald Juhnke
1984Schwarzer lohn und weiße weste – de Marco Serafini avec Karl Walter Diess
Einmal ku’damm und zurück – de Herbert Ballmann avec Volker Brandt
1986 CM La forêt noire – de Béatrice Jalbert avec Lambert Wilson
1989Rosamunde – de Egon Günther avec Matthieu Carrière
1996Der süße der fremden – de Michael Kobs avec Hannes Adam
1997 DO Zu gast bei Christiane Herzog – de
    Seulement apparition
1999 DO Fassbinder et les femmes ( für mich gab’s nur noch Fassbinder ) de Rosa von Praunheim avec Jeanne Moreau
    Seulement apparition
2000 DO Seul Fassbinder comptait encore pour moi ( für mich gab’s nur noch Fassbinder ) de Rosa von Praunheim avec Michael Balhaus
    Seulement apparition
2002Angst isst seele auf – de Shahbaz Noshir avec Pierre Sanoussi-Bliss
AUTRES PRIX :
      
    Prix d’honneur aux Prix du cinéma Germanique, Allemagne ( 1989 )

    Caméra d’Or Prix d’Honneur de Berlin, Allemagne ( 2000 )
Fiche créée le 22 mai 2005 | Modifiée le 16 avril 2017 | Cette fiche a été vue 8156 fois
PREVIOUSMiou-Miou || Brigitte Mira || Carmen MirandaNEXT