CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de James Whale
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Denise Provence



Date et Lieu de naissance : 17 février 1921 (Paris, France)►
Date et Lieu de décès : 14 novembre 2011 (Tours, France)►
Nom Réel : Denise Marie Levy

ACTRICE
Image
1950 Le dindon – de Claude Barma avec Jacques Charon, Robert Hirsch, Jacques Morel & Pierre Larquey
Image
1955 Chantage – de Guy Lefranc avec Leo Genn, Raymond Pellegrin, Magali Noël & Noël Roquevert
Image
1964 Jaloux comme un tigre – de Darry Cowl avec Michel Serrault, Darry Cowl, Francis Blanche & Jean Poiret
Image
1974 Le mâle du siècle – de Claude Berri avec Juliet Berto, Claude Berri, Jacques Debary & Roland Dubillard

De son vrai nom Denise Marie Lévy, Denise Provence est né le 17 février 1921, à Paris. Son père est employé de commerce, sa mère est femme au foyer. Dans l’immédiate après-guerre, elle débute dans «Pas un mot à la reine» (1946) de Maurice Cloche. Rapidement, sa carrière se dirige vers la comédie en intégrant la troupe des «Branquignols» (1949) de Robert Dhéry, au cinéma, et en étant la partenaire sur scène de Jimmy Gaillard dans la comédie musicale «Plume au vent» (1948) de Jean Nohain. Dans le même registre, elle compose une commère dans «Miquette et sa mère» (1949) de Henri-Georges Clouzot ou une soubrette dans «La valse de Paris» de Marcel Achard. Peu à peu, elle se spécialise dans des rôles de femme du monde. On la retrouve en comtesse dans «Un caprice de Caroline Chérie» (1952) de Jean Devaivre ou en bourgeoise britannique dans «Une ravissante idiote» (1963) de Edouard Molinaro. Elle participe à deux volets des «Angélique» de Bernard Borderie avec Michèle Mercier, «Angélique, marquise des anges» en sage-femme et «Merveilleuse Angélique» en servante d’auberge. Au théâtre, elle joue aux côtés des vedettes comiques comme Fernand Raynaud dans le rôle de Monsieur Jourdain dans «Le bourgeois gentilhomme» (1962) de Molière et Jacqueline Maillan dans «La facture» (1968) de Françoise Dorin.

La carrière de Denise Provence va être associée à celle de Louis de Funès. Ils se retrouvent au générique de la comédie de Georges Feydeau «Le dindon» (1951) de Claude Barma avec Jacques Charon. Indirectement, ils collaborent à la pièce «Oscar» (1958) de Claude Magnier, avec Pierre Mondy et Jean-Pierre Cassel, où elle reprend le rôle de Madame Barnier créé par Maria Pacôme. En 1961, lorsque Louis de Funès succède à Pierre Mondy dans la composition du promoteur immobilier Bertrand Barnier, elle incarne de nouveau le rôle de l’épouse. Au cinéma, elle est la Comtesse de Saint-André-d’en-Ville, une mère d’élève dans «Les grandes vacances» (1967) de Jean Girault où le duo Louis de Funès et Claude Gensac joue le couple Bosquier. Mais son rôle le plus marquant auprès de Louis de Funès demeure celui de Esther Schmoll épouse de Popeck dans «Les aventures de Rabbi Jacob» (1973) de Gérard Oury. Par la suite, ses apparitions au cinéma sont épisodiques. S’il convient d’oublier la Reine d’Angleterre dans «Gross Paris» (1973) de Gilles Grangier et Jean-Marc Thibault, on se souvient de sa composition de la mère de Juliet Berto dans «Le mâle du siècle» (1975) de et avec Claude Berri. Elle obtient des rôles similaires de patronnes dans des comédies franchouillardes «Le beaujolais nouveau est arrivé» (1978) de Jean-Luc Voulfow et «Pourquoi pas nous ?» (1980) de Michel Berny. En 1986, elle apparaît une dernière fois sur scène dans «Clérambard» de Marcel Aymé avec Jean-Pierre Marielle.

Amie fidèle de Danielle Darrieux, elles se croisent régulièrement sur scène, sur le grand et petit écran. Au théâtre, elles sont partenaires dans «Evangeline» (1952) de Henri Bernstein et «Lucienne et le boucher» (1976) de Jean Anouilh. Au cinéma, elles intègrent la distribution de «Les lions sont lâchés» (1961) de Henri Verneuil ou de «Landru» (1963) de Claude Chabrol. À la télévision, Denise joue dans un épisode de la série policière «Miss» (1979) de Roger Pigaut. Pour son dernier rôle, elle compose la sœur de Danielle Darrieux dans le téléfilm «Belle comme Crésus» (1996) de Jean-François Villemer. Cette amitié sera ternie lorsque Denise Provence évoque la maladie d’Alzheimer dont souffre Danielle Darrieux sur le plateau de «Vivement dimanche» de Michel Drucker. Denise Provence décède le 14 novembre 2011.

© Olivier SINQSOUS

copyright
1946Pas un mot à la reine mère – de Maurice Cloche avec Pierre Bertin
1949Branquignols / Les Branquignols – de Robert Dhéry avec Julien Carette
Miquette et sa mère / Miquette – de Henri-Georges Clouzot avec Louis Jouvet
La valse de Paris – de Marcel Achard avec Pierre Fresnay
1950Et moi j’te dis qu’elle t’as fait de l’œil – de Maurice Gleize avec Jean Parédès
Le dindon / La nuit des cocus – de Claude Barma avec Jacques Charon
1951Les deux monsieur de madame – de Robert Bibal avec Jacques Berthier
CM Un amour de parapluie – de Jean Laviron avec Noël Roquevert
1952Un caprice de Caroline chérie – de Jean Devaivre avec Jean-Claude Pascal
1953Le chasseur de chez Maxim’s – de Henri Diamant-Berger avec Yves Deniaud
1955Chantage – de Guy Lefranc avec Leo Genn
1956Les truands – de Carlo Rim avec Eddie Constantine
1959Brèves amours / Vacances d’hiver ( vacanze d’inverno ) de Camillo Mastrocinque avec Georges Marchal
1960Les lions sont lâchés – de Henri Verneuil avec Lino Ventura
1961Les nouveaux aristocrates – de Francis Rigaud avec Paul Meurisse
1962Landru – de Claude Chabrol avec Charles Denner
1963Une ravissante idiote – de Edouard Molinaro avec Anthony Perkins
1964Angélique, marquise des anges / Angélique – de Bernard Borderie avec Robert Hossein
Merveilleuse Angélique – de Bernard Borderie avec Jean-Louis Trintignant
Jaloux comme un tigre – de Darry Cowl avec Michel Serrault
1967Les grandes vacances – de Jean Girault avec Louis de Funès
1970Les vieux loups bénissent la mort – de Pierre Kalfon avec Jean Valmont
1971Les pétroleuses – de Christian-Jaque avec Brigitte Bardot
1973Gross Paris – de Gilles Grangier avec Roger Pierre
Les aventures de Rabbi Jacob – de Gérard Oury avec Louis de Funès
1974Le mâle du siècle – de Claude Berri avec Roland Dubillard
1977Le beaujolais nouveau est arrivé – de Jean-Luc Voulfow avec Jean Carmet
1981Pourquoi pas nous ? – de Michel Berny avec Aldo Maccione
    Remerciements à Jean-Pierre Magny (Les Gens du Cinéma), pour les informations d’état-civil.
Fiche créée le 27 novembre 2011 | Modifiée le 1 mars 2019 | Cette fiche a été vue 4683 fois
PREVIOUSJed Prouty || Denise Provence || Guy ProvostNEXT