CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Aurore Broutin
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Dewey Martin



Date et Lieu de naissance : 8 décembre 1923 (Katemcy, Texas, USA)
Date et Lieu de décès : 9 avril 2018 (San Pedro, Californie, USA)
Nom Réel : Dewey Martin

ACTEUR
Image
1949 The Golden Gloves story – de Felix E. Feist avec James Dunn, Gregg Sherwood, Kevin O’Morrison & Arch Ward
Image
1952 La captive aux yeux clairs (the big sky) de Howard Hawks avec Elizabeth Threatt, Kirk Douglas & Jim Davis
Image
1954 La terre des pharaons (land of the pharaohs) de Howard Hawks avec Joan Collins & Jack Hawkins
Image
1974 Seven alone – de Earl Bellamy avec Aldo Ray, Anne Collings, Stewart Petersen, James Griffith & Dean Smith

Dewey Martin est né le 8 décembre 1923, à Katemcy, une petite ville du Texas. Pendant son adolescence, il a vécu à Florence, en Alabama. Adolescent amoureux du cinéma, il passe des heures dans la seule salle de cinéma de la ville, en regardant des films, encore et encore des films, ce qui oblige sa mère à venir le chercher. En 1940, il rejoint l’US Navy comme pilote de chasse dans le Pacifique pendant de la Seconde Guerre mondiale. Lors d’une mission, son avion est abattu, il est détenu comme prisonnier de guerre jusqu’à la capitulation du Japon. Dès son retour à la vie civile, il fait des apparitions au théâtre.

Repéré par Nicholas Ray, Dewey Martin fait ses premiers pas dans le drame social «Les ruelles du malheur» (1948), il campe un adolescent perturbé et révolté dans un quartier pauvre de New-York. On le voit ensuite en GI dans le film de guerre «Bastogne» (1949) de William A. Wellman. Pour Felix E. Feist dans «The Golden Gloves story» (1949), il est Nick Martel un boxeur qui participe au tournoi des Golden Gloves, ou durant la compétition, il tombe amoureux de Patti, Kay Westfall, la fille de l’arbitre de boxe. Dans le film fantastique «La chose d’un autre monde» (1951), Christian Nyby lui donne le premier rôle, celui du chef d’équipage Bob, un des officiers et scientifiques d’une base américaine en Alaska ou un extra-terrestre végétal congelé dans un bloc de glace est recueilli afin d’y être étudié, mais bientôt l’équipage se retrouve à lutter pour sa vie. Howard Hawks le choisit pour être le coéquipier de Kirk Douglas dans son western «La captive aux yeux clairs» (1952), les aventures de deux trappeurs, Kirk Douglas et Dewey Martin, qui se joignent à une expédition française faisant route vers le Montana pour des échanges commerciaux avec les indiens Pieds Noirs, une princesse indienne, Elizabeth Threatt, les accompagne, une rivalité amoureuse s’installe entre les deux hommes. Fred M. Wilcox lui confie un rôle étonnant dans «Tennessee Champ» (1953), il est Danny, un boxeur analphabète, naïf et très religieux, doté d’un puissant coup de poing, lors d’un combat il retrouve l’homme qu’il pensait avoir tuer lors d’une bagarre de rue. (Un vrai régal pour le cinéphiles quand Martin se lance sur le ring et que son adversaire qu’il met KO n’est autre que Charles Bronson). Dans «Escadrille Panthère» (1954) de Andrew Marton, il est pilote de bombardiers, lors d’une mission, il est touché par le feu de l’ennemi et aveuglé, la scène ou guidé par radio par le lieutenant Thayer, Van Johnson, pour un retour à la base est assez spectaculaire. Howard Hawks en fait un esclave de l’Egypte antique dans son film historique «La terre des Pharaons» (1954), le Pharaon Chéops, Jack Hawkins, charge son père architecte, James Robertson Justice, de construire une pyramide, en échange de la liberté pour lui et son peuple. Il termine la décennie avec une comédie romantique «Dix mille chambres à coucher» (1956) de Richard Thorpe, il est le pilote privé de Ray Hunter, Dean Martin, un millionnaire play-boy qui se rend à Rome afin d’acquérir un hôtel.

Dans les années 60, sa carrière semble en retrait, son rôle de sergent Wilder dans le film de guerre «Le jour le plus long» (1962), est à peine visible. On peut retenir «Flight to fury» (1964) de Monte Hellman où il participe à une expédition à la recherche d’un trésor caché dans une île des Philippines, une opération qui tourne au drame. C’est la télévision qui apporte un second souffle à sa carrière, il participe à plusieurs séries ou téléfilms jusqu’en 1978. Après son retrait, il travaille dans un gymnase californien, jusqu’au début des années 80. Dewey Martin décède à l’âge vénérable de 94 ans, le 9 avril 2018.

© Gary RICHARDSON

copyright
1948Les ruelles du malheur / Les bas-fonds de San Francisco ( knock at any door ) de Nicholas Ray avec Humphrey Bogart
1949Bastogne ( battleground ) de William A. Wellman avec Van Johnson
The Golden Gloves story – de Felix E. Feist avec James Dunn
1950Le Kansas en feu ( Kansas raiders ) de Ray Enright avec Audie Murphy
1951La chose d’un autre monde ( the thing from another world / the thing ) de Christian Nyby avec Margaret Sheridan
Les frères Barberousse / Le cheikh d’Arabie ( flame of Araby ) de Charles Lamont avec Maureen O’Hara
1952La captive aux yeux clairs / La grande aventure ( the big sky ) de Howard Hawks avec Kirk Douglas
1953Tennessee champ – de Fred M. Wilcox avec Shelley Winters
1954Prisonnier de guerre ( prisoner of war ) de Andrew Marton avec Ronald Reagan
Escadrille Panthère ( men of the fighting lady / panther squadron ) de Andrew Marton avec Walter Pidgeon
La terre des pharaons ( land of the pharaohs ) de Howard Hawks avec Joan Collins
1955La maison des otages ( the desperate hours ) de William Wyler avec Fredric March
Viva Las Vegas ! ( meet me in Las Vegas ) de Roy Rowland avec Cyd Charisse
    Seulement apparition
Un magnifique salaud ( the pround and profane ) de George Seaton avec Deborah Kerr
1956Dix mille chambres à coucher ( ten thousand bedrooms ) de Richard Thorpe avec Dean Martin
1962Le jour le plus long ( the longest day ) de Bernhard Wicki, Ken Annakin, Andrew Marton & Gerd Oswald avec John Wayne
1963Sam l’intrépide ( savage Sam ) de Norman Tokar avec Brian Keith
1964Flight to fury – de Monte Hellman avec Fay Spain
1974Seven alone – de Earl Bellamy avec Aldo Ray
Fiche créée le 24 août 2018 | Modifiée le 31 août 2018 | Cette fiche a été vue 601 fois
PREVIOUSDean Martin || Dewey Martin || Jacques MartinNEXT