CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de María Elena Marqués
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Georges Bréhat



Date et Lieu de naissance : 14 octobre 1923 (Île-de-Bréhat, France)►
Date et Lieu de décès : 1er mars 1992 (Marcilly-sur-Eure, France)►
Nom Réel : Georges Edouard Roulet

ACTEUR
Image
1946 Non coupable – de Henri Decoin avec Michel Simon, Jany Holt, Jean Wall, Jean Debucourt & Robert Dalban
Image
1953 La pensionnaire (la spiaggia) de Alberto Lattuada avec Martine Carol, Raf Vallone & Carlo Romano
Image
1953 Le voiturier du Mont Cenis (il vetturale del Moncenicio) de Guido Brignone avec Virna Lisi
Image
1957 L’adieu aux armes (a farewell to arms) de Charles Vidor avec Jennifer Jones, Rock Hudson & José Nieto

Georges Bréhat, de son véritable nom Georges Roulet, est né dans l’île de Bréhat le 14 octobre 1923. Il est le fils d’un ophtalmologue suisse, Edouard Roulet, et de la romancière, Georgette Gaulis (dont la mère, Berthe Gaulis, était une célèbre journaliste spécialiste du Moyen-Orient, et la grand-mère, Angèle Dussaud, une écrivain connue sous le nom de Jacques-Vincent). Georges abandonne vite ses études de médecine pour devenir comédien sous le pseudonyme de Georges Bréhat.

Avec son allure de jeune premier un peu falot, Georges Bréhat débute au cinéma l’année de ses 21 ans. Il joue les faire-valoir dans une poignée de films en France, parmi lesquels «Le Café du Cadran» (1946) de Jean Gehret et Henri Decoin, «Le diable boiteux» (1948) de et avec Sacha Guitry, «Rendez-vous de juillet» (1949) de Jacques Becker, ou «Millionnaires d’un jour» (1949) de André Hunebelle. Il décroche un role plus important, celui d’un journaliste, dans «Non coupable» (1946) de Henri Decoin, une sombre histoire d’homicide maquillé en accident, avec en tête d’affiche Michel Simon et Jany Holt. Entre 1949 et 1951, sur scène, il est le partenaire de Michel Simon et Jacqueline Porel dans «Fric frac», une pièce de Edouard Bourdet, mise en scène par Simone Berriau au Théâtre Antoine de Paris, puis aux Célestins de Lyon. En 1952, il tourne en anglais le temps d’un épisode de la série américaine d’espionnage «Foreign intrigue» dont le héros Mark Cannon est interprété par Jerome Thor.

Au milieu des années 1950, Georges Bréhat poursuit sa carrière en Italie, avec des rôles plus étoffés. Dans «Attila, fléau de Dieu» (1954) de Pietro Francisci, il interprète l’historien Priscus, ami d’Attila incarné par Anthony Quinn, Sophia Loren y est Honoria la sœur de l’empereur romain d’Occident Valentinien III, Henri Vidal, le général des armées et consul romain Aetius. Il incarne un comédien français auprès de Linda Darnell et Sophie Desmarets dans «Les cinq dernières minutes» (1955) de Giuseppe Amato ou le docteur anglais dans «Piccola posta» (1955) de Steno avec Alberto Sordi. Pour terminer son parcours cinématographique, l’acteur enfile l’habit militaire pour trois productions américaines tournées dans les studios de Cinecittà: «Guerre et paix» (1956) de King Vidor, «L’adieu aux armes» (1957) de Charles Vidor et «Un américain bien tranquille» (1957) de Joseph L. Mankiewicz.

Côté vie privée, Georges Bréhat se marie une première fois avec Michèle Blot, dont il divorce dix ans plus tard en 1954. Pendant son mariage, il entretient une liaison avec la célèbre violoniste Michèle Auclair (1924/2005), dont il a un fils, Sébastien Roulet, scénariste du film «Les granges brûlées», mort en 2007. Son divorce prononcé, il épouse dans la foulée, en juin 1954, la princesse Giovanna Pignatelli Aragona Cortes, âgée de vingt ans, née à Naples en 1933, surnommée la «Princesse de la Dolce Vita». Il se fait adopter, en avril 1959, à l’âge de trente-neuf ans, par Don Marc-Antonio Doria d’Angri, un vieux cousin de son épouse, sans descendance, devenant ainsi Georges Doria d’Angri. Avec la princesse il a deux fils, François et Olivier. Georges Bréhat met un terme à sa carrière artistique après un douloureux divorce en 1960, sa belle aristocrate l’ayant abandonné pour vivre ailleurs un grand amour. En décembre 1962, il récidive et épouse en troisième noce Michelle Jeantet, un mannequin de chez Dior. Il meurt le 1er mars 1992, à Marcilly-sur-Eure en Normandie, âgé de soixante-huit ans.

© Pascal DONALD

copyright
1944Falbalas – de Jacques Becker avec Micheline Presle
1946Le Café du Cadran – de Jean Gehret & Henri Decoin avec Blanchette Brunoy
Non coupable – de Henri Decoin avec Jany Holt
1948Le diable boiteux – de Sacha Guitry avec Lana Marconi
1949Rendez-vous de juillet – de Jacques Becker avec Brigitte Auber
Millionnaires d’un jour – de André Hunebelle avec Gaby Morlay
Quai de Grenelle – de Emil Edwin Reinert avec Françoise Arnoul
1951L’agonie des aigles – de Jean Alden-Delos avec Roger Pigaut
1953La pensionnaire ( la spiaggia ) de Alberto Lattuada avec Martine Carol
Le voiturier du Mont Cenis ( il vetturale del Moncenicio ) de Guido Brignone avec Virna Lisi
1954La belle Romaine ( la Romana ) de Luigi Zampa avec Gina Lollobrigida
La maison du souvenir ( Casa Ricordi ) de Carmine Gallone avec Myriam Bru
Attila, fléau de dieu / Invasion barbare ( Attila / Attila, il flagello di dio ) de Pietro Francisci avec Sophia Loren
Les amours de Manon Lescaut ( gli amori di Manon Lescaut ) de Mario Costa avec Marisa Merlini
1955Les cinq dernières minutes ( gli ultimi cinque minuti ) de Giuseppe Amato avec Linda Darnell
Reviens ma petite ( torna piccina mia ! ) de Carlo Campogalliani avec Milly Vitale
Piccola posta – de Steno avec Alberto Sordi
1956Guerre et paix ( war and peace ) de King Vidor avec Audrey Hepburn
1957L’adieu aux armes ( a farewell to arms ) de Charles Vidor avec Jennifer Jones
Un américain bien tranquille ( the quiet american ) de Joseph L. Mankiewicz avec Audie Murphy
Fiche créée le 2 décembre 2018 | Modifiée le 11 décembre 2018 | Cette fiche a été vue 133 fois
PREVIOUSRossano Brazzi || Georges Bréhat || Jacques BrelNEXT