CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Léo Marjane
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Henri Crémieux



Date et Lieu de naissance : 19 juillet 1896 (Marseille, France)►
Date et Lieu de décès : 10 mai 1980 (Aubagne, France)
Nom Réel : Henri Gustave Elie Crémieux

ACTEUR
Image
1945 Jeux de femmes – de Maurice Cloche avec Hélène Perdrière, Jacques Dumesnil, Mila Parély & Saturnin Fabre
Image
1951 Deux sous de violettes – de Jean Anouilh avec Dany Robin, Michel Bouquet & Georges Chamarat
Image
1960 Le président – de Henri Verneuil avec Jean Gabin, Bernard Blier, Renée Faure, Louis Seigner & Alfred Adam
Image
1978 Au bout du bout du banc – de Peter Kassovitz avec Jane Birkin, Victor Lanoux & Georges Wilson

C’est à Vieille Chapelle, un quartier de Marseille que naît dans une famille juive, le 19 juillet 1896, Henri Crémieux, deuxième d’une fratrie de trois garçons. Son père est un artiste peintre. Il grandit dans la cité phocéenne. Pendant la Grande Guerre, alors qu’Albert son frère aîné est mobilisé, il se rend utile dans les hôpitaux accueillant des blessés. Un jour, une partie de la Comédie Française est en tournée pour distraire les gueules cassées et il a l’opportunité de réciter un passage de Racine devant Eugène Sylvain qui l’encourage dans cette voie. Il monte à Paris, devient l’élève de Paul Mounet, décroche un engagement à l’Odéon, puis fait partie du Grand Guignol, et enchaîne avec la Compagnie Gaston Baty. Comme on peut en juger, il se façonne une solide formation dans l’art dramatique. Hélas, la Seconde Guerre mondiale est déclarée et va apporter pour lui le pire des drames. Ses parents et Albert sont arrêtés par la gestapo et déportés à Auschwitz. Seul Albert en reviendra pour devenir un éminent psychiatre.

Henri Crémieux, avait déjà goûté au cinéma et on le voit 18 fois sur les écrans entre 1930 et 1940. Retenons son rôle d’avocat de André Luguet dans «Les amants terribles» (1936) de Marc Allégret, celui de secrétaire dans «Courrier Sud» (1936) de Pierre Billon. Dans «Hercule» (1937) de Alexandre Esway, il est le rédacteur en chef du journal dont Fernandel est l’héritier. Dans cette période, par deux fois, il est l’interprète de Sacha Guitry, qui le fait commissaire-priseur dans «Les perles de la couronne» (1937); dans «Ils étaient neuf célibataires» (1939), il n’en est pas un, mais est tout de même sur le générique. Les événements douloureux de cette période éloigneront les deux hommes et Henri Crémieux ne figurera pas au générique des grands films historiques de l’après-guerre, réalisés par le Maître. Après la Guerre, Henri Crémieux devient un de nos seconds rôles les plus fiables dans plus de 70 films. Il joue juste et se glisse aussi bien dans la peau de redresseurs de tort que de scélérats. Son physique quelque peu austère et classique lui fait endosser des emplois de notables, dans le bon comme dans le mauvais chemin. On le retrouve plusieurs fois aux côtés de Fernandel, il devient aussi un partenaire très présent sans faire d’ombre à Jean Gabin, et cela à sept reprises. Son côté parfois énigmatique fait que Jean Cocteau l’emploie dans «Orphée» (1950) et le «Testament d’Orphée» (1960). De la même façon, en 1966, Jacques Demy en fait son Subtil Dutrouz, le seul personnage bien sombre des «Demoiselles de Rochefort», si colorées, puis le transforme en médecin dans «Peau d’âne» (1970). Comme il n’aura pas eu peur de le dire, à l’inverse de Louis Jouvet et de bien d’autres, Henri Crémieux n’aura eu aucun mal à aimer notre 7ème Art même s’il l’aura qualifié de cruel parfois.

Par la suite, il vient tout naturellement sur nos petits écrans, notamment dans les «Cinq dernières minutes» où on le croise tantôt en sordide assassin, tantôt en témoin, son naturel et son air mystérieux laissant planer le suspens. Il est au générique de séries populaires comme «Vidocq» ou dans le cadre de «La caméra explore le temps». Homme très pudique, extrêmement intelligent et cultivé, comme on le voit en lisant sa biographie, Henri Crémieux est toujours resté très discret sur son couple. Il passe sa retraite à lire et à peindre avec son ami Henri Guisol. Il s’en va le 10 mai 1980, en donnant une conférence sur Mistral à Aubagne. Transporté à Cassis, une cité qu’il affectionnait, il y est officiellement décédé. Ne croyant qu’en un Dieu s’il est amour, généreux, il aura choisi de donner son corps à la science.

© Donatienne ROBY

copyright
1929Prix de beauté – de Augusto Genina avec Louise Brooks
1931 CM On opère sans douleur – de Jean Tarride avec Simone Simon
1932 CM Photos – de Abel Jacquin avec Claire Gérard
1933Âme de clown – de Marc Didier & Yvan Noé avec Pierrette Caillol
Les deux « monsieur » de Madame – de Abel Jacquin & Georges Pallu avec Gaby Basset
    Seulement scénario
1934La cinquième empreinte – de Karl Anton avec Alice Field
1936La flamme – de André Berthomieu avec Line Noro
Les amants terribles – de Marc Allégret avec Charles Granval
Courrier sud – de Pierre Billon avec Charles Vanel
L’homme du jour – de Julien Duvivier avec Maurice Chevalier
Nuits de feu – de Marcel L’Herbier avec Madeleine Robinson
CM Transigeons – de Hubert de Rouvres avec René Blancard
1937Hercule / L’incorruptible – de Alexander Esway avec Jules Berry
Les perles de la couronne – de Sacha Guitry & Christian-Jaque avec Jacqueline Delubac
Un déjeuner de soleil – de Marcel Cravenne avec Jacques Baumer
À Venise, une nuit – de Christian-Jaque avec Marcel Mouloudji
1938Nord-Atlantique – de Maurice Cloche avec Marie Déa
Gibraltar – de Fédor Ozep avec Erich von Stroheim
Pièges – de Robert Siodmak avec Pierre Renoir
1939Ils étaient neuf célibataires – de Sacha Guitry avec Elvire Popesco
Narcisse – de Ayres d’Aguiar avec Georges Grey
Sixième étage – de Maurice Cloche avec Janine Darcey
Courrier d’Asie – de Oscar Paul Gilbert avec Lucien Coëdel
    Seulement commentaires
1940Remorques – de Jean Grémillon avec Michèle Morgan
1945L’extravagante mission – de Henri Calef avec Jean Tissier
La tentation de Barbizon – de Jean Stelli avec Simone Renant
François Villon – de André Zwoboda avec Renée Faure
Jeux de femmes – de Maurice Cloche avec Hélène Perdrière
Au petit bonheur – de Marcel L’Herbier avec Danielle Darrieux
1946Miroir – de Raymond Lamy avec Renée Blanchard
Amour, délices et orgues / Collège Swing – de André Berthomieu avec Giselle Pascal
Les requins de Gibraltar – de Emil Edwin Reinert avec Annie Ducaux
1947Croisière pour l’inconnu – de Pierre Montazel avec Claude Dauphin
Le capitaine Blomet – de Andrée Feix avec Gaby Sylvia
Le bal des pompiers – de André Berthomieu avec Claude Dauphin
Bal Cupidon – de Marc-Gilbert Sauvajon avec Pierre Blanchar
1948Tous les deux – de Louis Cuny avec Annette Poivre
Les casse-pieds / Parade du temps perdu – de Jean Dréville avec Noël-Noël
Le droit de l’enfant – de Jacques Daroy avec Renée Devillers
L’homme qui revient de loin – de Jean Castanier avec Annabella
1949La petite chocolatière – de André Berthomieu avec Paulette Dubost
Au P’tit Zouave – de Gilles Grangier avec Marie Daëms
Lady Paname – de Henri Jeanson avec Suzy Delair
Orphée – de Jean Cocteau avec Jean Marais
1950Trois télégrammes – de Henri Decoin avec Gérard Gervais
L’homme de joie – de Gilles Grangier avec Simone Renant
Méfiez-vous des blondes – de André Hunebelle avec Martine Carol
Le passe muraille / Garou-Garou – de Jean Boyer avec Joan Greenwood
1951La plus belle fille du monde – de Christian Stengel avec Françoise Arnoul
Deux sous de violettes – de Jean Anouilh avec Michel Bouquet
Le plaisir – de Max Ophüls avec Madeleine Renaud
    Segment « La maison Tellier »
1952Ouvert contre X / L’enquête est ouverte – de Richard Pottier avec Robert Dalban
La dame aux camélias – de Raymond Bernard avec Micheline Presle
La fête à Henriette – de Julien Duvivier avec Dany Robin
Nous sommes tous des assassins – de André Cayatte avec Raymond Pellegrin
1953L’étrange désir de monsieur Bard – de Géza von Radványi avec Geneviève Page
Quai des blondes – de Paul Cadéac avec Robert Hossein
Interdit de séjour – de Maurice de Canonge avec Yoko Tani
1954Cadet-Rousselle – de André Hunebelle avec François Périer
Les lettres de mon moulin – de Marcel Pagnol avec Henri Vilbert
Le fil à la patte – de Guy Lefranc avec Geneviève Kervine
1955 La bande à papa – de Guy Lefranc avec Fernand Raynaud
Gas-oil – de Gilles Grangier avec Jeanne Moreau
Le dossier noir – de André Cayatte avec Bernard Blier
1956Le sang à la tête – de Gilles Grangier avec Jean Gabin
Les suspects / Quand le soleil montera – de Jean Dréville avec Anne Vernon
Honoré de Marseille – de Maurice Regamey avec Fernandel
1957Le gorille vous salue bien – de Bernard Borderie avec Bella Darvi
Donnez-moi ma chance / Piège à filles – de Léonide Moguy avec Michèle Mercier
Le chômeur de Clochemerle – de Jean Boyer avec Ginette Leclerc
Le naïf aux quarante enfants – de Philippe Agostini avec Sylva Koscina
1958La moucharde – de Guy Lefranc avec Dany Carrel
Toi le venin – de Robert Hossein avec Marina Vlady
La loi c’est la loi ( la legge è legge ) de Christian-Jaque avec Totò
1959La corde raide – de Jean-Charles Dudrumet avec Annie Girardot
125 rue Montmartre – de Gilles Grangier avec Lino Ventura
Le testament d’Orphée / Le testament d’Orphée, ou ne me demandez pas pourquoi ! – de Jean Cocteau avec Yul Brynner
1960Le président – de Henri Verneuil avec Jean Gabin
1961 L’assassin est dans l’annuaire / Cet imbécile de Rimoldi – de Léo Joannon avec Noël Roquevert
Le septième juré – de Georges Lautner avec Danièle Delorme
1962Cyrano et d’Artagnan – de Abel Gance avec José Ferrer
Mathias Sandorf – de Georges Lampin avec Louis Jourdan
1963Le glaive et la balance – de André Cayatte avec Anthony Perkins
La vie conjugale : Françoise / Françoise ou la vie conjugale – de André Cayatte avec Marie-José Nat
La vie conjugale : Jean-Marc / Jean-Marc ou la vie conjugale – de André Cayatte avec Jacques Charrier
1964Monsieur – de Jean-Paul Le Chanois avec Liselotte Pulver
1966Carré de dames pour un as – de Jacques Poitrenaud avec Roger Hanin
1967Les demoiselles de Rochefort – de Jacques Demy avec Gene Kelly
1969Le temps des loups / Carbon copy / Dillinger 70 – de Sergio Gobbi avec Virna Lisi
Les caprices de Marie – de Philippe de Broca avec Marthe Keller
1970Ils – de Jean-Daniel Simon avec Alexandra Stewart
Peau d’Âne – de Jacques Demy avec Catherine Deneuve
1971Un beau monstre – de Sergio Gobbi avec Helmut Berger
1973Na ! – de Jacques Martin avec Danièle Evenou
1975 DA La flûte à six schtroumpfs – de Eddie Lateste & Peyo
    Seulement voix
1976Le pays bleu – de Jean-Charles Tacchella avec Brigitte Fossey
1977La barricade du point du jour – de René Richon avec Philippe Noiret
1978Confidences pour confidences – de Pascal Thomas avec Jacques François
Au bout du bout du banc – de Peter Kassovitz avec Jane Birkin
1979Rien ne va plus – de Jean-Michel Ribes avec Jacques Villeret
Fiche créée le 12 septembre 2009 | Modifiée le 6 février 2019 | Cette fiche a été vue 5340 fois
PREVIOUSBruno Cremer || Henri Crémieux || Richard CrennaNEXT