CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Luis Arroyo
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Jeff Musso



Date et Lieu de naissance : 21 octobre 1907 (La Ciotat, France)
Date et Lieu de décès : 13 mars 2007 (Sarcelles, France)
Nom Réel : Joseph César Musso

REALISATEUR
Image
1937 Le puritain – de Jeff Musso avec Viviane Romance, Pierre Fresnay, Jean-Louis Barrault & Mady Berry
Image
1939 Dernière jeunesse – de Jeff Musso avec Raimu, Jacqueline Delubac, Félicien Tramel & Pierre Brasseur
Image
1944 Vive la liberté! – de Jeff Musso avec Raymond Bussières, Jean Darcante & Charles Moulin
Image
1950 Robinson Crusoë (il naufrago del Pacifico) de Jeff Musso avec Georges Marchal & Nadia Marlowa

Jeff Musso naît Joseph César Musso le 21 octobre 1907 à la Ciotat, près de Marseille. C’est là que les frères Lumière en projetant le 21 septembre 1895 «L’arrivée d’un train en gare de La Ciotat», font d’un théâtre de la ville, la plus ancienne salle de cinéma du monde. Après avoir obtenu un premier prix de violon au conservatoire de Toulon, le jeune Ciotadin devient concertiste mais doit abandonner cette profession pour des raisons de santé. Jeff Musso se tourne alors vers le cinéma et fait un premier documentaire, «Âme antillaise», en 1935.

À trente ans, il réalise un long métrage «Le puritain» tiré de l’œuvre éponyme (1931) du nationaliste irlandais Liam O’Flaherty (1896-1984), parue dans son édition française en 1937. Cette première fiction de Jeff Musso est un coup de maître. Il a également écrit le scénario et composé la musique de ce film dans lequel Jean-Louis Barrault incarne un journaliste irlandais qui prend prétexte d’un rigorisme religieux exacerbé et d’une morale détournée de sa véritable signification, pour justifier sa folie meurtrière. L’inspecteur joué par Pierre Fresnay attendra patiemment que justice soit faite. Dans cette oeuvre puissante à l’atmosphère oppressante des bas quartiers dublinois, l’on découvre Viviane Romance, mais aussi la chanteuse Fréhel; Geneviève Sorya et en contre-emploi le célèbre comique espagnol du temps du muet Pedro Elviro dit Pitouto. Le film est interdit aux Etats-Unis dans sa version d’origine mais reçoit le Prix Louis-Delluc (du nom du premier journaliste français spécialisé dans le cinéma et fondateur des ciné-clubs). Jeff Musso est le deuxième réalisateur à recevoir cette distinction créée en 1937 par Maurice Bessy et Marcel Idzkowski pour récompenser, chaque deuxième jeudi de décembre, le meilleur film français sorti dans l’année. Il succède à Jean Renoir («Les bas-fonds») et précède Marcel Carné («Quai des brumes»). Fort de cet encouragement, le cinéaste transpose le roman «Mr. Gilhooley» (1926), toujours de Liam O’Flaherty, paru en français dès 1929. Il en tire une double version française et italienne «Dernière jeunesse» avec dans les rôles principaux Raimu, Jacqueline Delubac et Pierre Brasseur. À partir de l’histoire d’une jeune femme qui se donne à un homme par reconnaissance, les thèmes de la lutte du bien et du mal, de l’amour, du sexe, de la mort et de la violence, sont encore évoqués avec force.

Pendant la seconde guerre mondiale, Jeff Musso est inscrit sur la liste noire de la Gestapo. Il reprend sa caméra fin décembre 1944, pour tourner «Vive la liberté», premier film français sur la résistance et les maquisards, et dont il a écrit les dialogues, avec Raymond Bussières dans le rôle d’un traître. Le film ne sort que début 1946 et connaît un succès mitigé. Puis, Jeff décide de partir en Indochine encore française pour réaliser un film sur les derniers empereurs vietnamiens (1948). En 1950, il dirige Georges Marchal qui interprète Robinson Crusoë, dans «Le naufragé du Pacifique», une coproduction franco-italienne tournée en Guadeloupe et à Rome. Mais le film n’est pas distribué en France. Jeff se tourne alors vers les documentaires. Dans les années quatre-vingts, il réussit encore à produire deux films au Pérou où il est également apprécié pour ses talents de musicien. Puis Jeff Musso, ce cinéaste atypique, particulièrement talentueux et attachant, est complètement oublié de la profession. À quelques mois de fêter son centenaire, il décède dans une maison de retraite de la ville de Sarcelles, en région parisienne.

© Caroline HANOTTE - Remerciements à Alberta MUSSO, pour ses informations et ses photos personnelles.

copyright
1935 DO Âme antillaise – de Jeff Musso
DO La guitare à Versailles – de Jeff Musso
1936 DO Le golf enchanté – de Jeff Musso
DO Miranda à Paris – de Jeff Musso
1937Le puritain – de Jeff Musso avec Viviane Romance
    + scénario & musique
    Prix Louis Delluc, France
1938Feux de joie – de Jacques Houssin avec René Lefèvre
    Seulement supervision de la production
1939Dernière jeunesse – de Jeff Musso avec Raimu
    + adaptation & scénario
1944Vive la liberté ! / On a tué un homme – de Jeff Musso avec Raymond Bussières
    + adaptation, dialogues & scénario
1948 DO La dynastie des N’Guyen – de Jeff Musso
    + adaptation & scénario
1950Robinson Crusoë / Le naufragé du Pacifique ( il naufrago del Pacifico ) de Jeff Musso avec Georges Marchal
    + scénario
1965 CM Le golf enchanté – de Jeff Musso avec Isabelle Picard
    + scénario
1970 DO Le soleil d’Ayacucho – de Jeff Musso
DO Le Pérou – de Jeff Musso
1971 DO La science et la santé – de Jeff Musso
1972 DO Les Incas – de Jeff Musso
1974 DO Le musée de l’or – de Jeff Musso
    + scénario
1975 DO El caballo de Paso – de Jeff Musso
1980 DO La brigade blanche – de Jeff Musso
    + adaptation & scénario
1986 DO Le soleil des morts – de Jeff Musso
    + adaptation, scénario, musique & production
Fiche créée le 23 janvier 2007 | Modifiée le 5 mai 2015 | Cette fiche a été vue 7410 fois
PREVIOUSXavier Mussel || Jeff Musso || Bernard MussonNEXT