CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Keiji Sada
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Viviane Romance



Date et Lieu de naissance : 4 juillet 1912 (Roubaix, France)►
Date et Lieu de décès : 25 septembre 1991 (Nice, France)►
Nom Réel : Pauline Arlette Charpiot

ACTRICE
Image
1938 Gibraltar – de Fédor Ozep avec Erich von Stroheim, Roger Duchesne, Abel Jacquin & Yvette Lebon
Image
1939 L’esclave blanche – de Marc Sorkin avec John Lodge, Marcel Dalio, Louise Sylvie, Roger Blin & Mila Parély
Image
1942 Carmen – de Christian-Jaque avec Jean Marais, Lucien Coëdel, Julien Bertheau & Jean Brochard
Image
1949 Maya – de Raymond Bernard avec Marcel Dalio, Jacques Castelot, Georges Douking & Valéry Inkijinoff

Viviane Romance naît le 4 juillet 1912, à Roubaix, grande ville manufacturière du Nord de la France. Elle commence très jeune à travailler en usine. Puis à peine sortie de l’adolescente, mais déjà très belle femme, elle se retrouve comme danseuse au Moulin Rouge où elle aurait, exaspérée, tiré les cheveux de la meneuse de revue, une certaine Mistinguett. Ce qui est sûr, c’est que Viviane perd son travail. Elle fait alors de la figuration dans un film muet «Paris-girls» (1929), réalisé par Henry Roussell.

Mère célibataire, Viviane Romance donne naissance à une petite fille puis reprend le chemin des studios. Elle est sur le plateau de «Il est charmant» (1931) avec Henri Garat. Elle est figurante avec Ginette Leclerc dans «La dame de chez Maxim’s» (1932) de Alexander Korda. Elle côtoie, mais de loin, Pierre Richard-Willm dans «L’épervier» (1933)de Marcel L’Herbier. Ses talents de danseuse lui sont fort utiles face à Josephine Baker dans «Zouzou» (1934). Elle joue une Catalane qui encourage de quelques mots, Jean Gabin, traîne-misère sur les Ramblas de Barcelone, avant qu’il ne s’engage dans la légion étrangère espagnole et rallie «La Bandera» (1935) de Julien Duvivier. Ce réalisateur lui donne de nouveau sa chance et lui fait jouer Gina, celle qui désunit «La belle équipe» (1936) avec Charles Vanel, Jean Gabin et Raymond Aimos. Ce film la catalogue dans le registre des femmes fatales mais elle accède à la position de deuxième vedette féminine. Elle donne ainsi la réplique à Dita Parlo, l’espionne de «Mademoiselle Docteur» (1936), et à Tino Rossi et Mireille Balin pour «Naples au baiser de feu» (1937). Elle s’amourache alors d’un certain Georges Flamant, qui semble venir plus ou moins du «milieu», mais qu’elle impose dans ses films comme comédien pendant cinq ans. En 1938, elle tourne l’un des titres qui ont fait sa légende «La maison du Maltais» aux côtés de Louis Jouvet, Pierre Renoir et Marcel Dalio. Pendant la guerre Viviane «incarne le mal» comme sud-Américaine ou d’Espagnole: «Angélica» (1940) d’après un roman de Pierre Benoît, la gitane «Cartacalha» (1942) dans le film homonyme de Léon Mathot, et «Carmen» (1942) de Christian-Jaque, auprès de Jean Marais. Elle est adorée par les uns et honnis par les autres. En 1943, elle se fait aussi scénariste pour «La boîte aux rêves» tourné à Nice par Yves Allégret, avec Gérard Philipe et Simone Signoret, débutants.

Pour avoir été trop vue avec les Allemands, Viviane Romance est incarcérée à la libération. Puis elle reprend le chemin des studios mais le succès n’est plus le même. Elle tourne avec Clément Duhour devenu son mari dans «La maison sous la mer» (1947) réalisé dans le Cotentin. Elle travaille un peu en Italie: «Le carrefour des passions» (1951) avec Fosco Giachetti. Elle produit et joue dans les films de son nouvel époux Jean Josipovici comme «L’inspecteur connaît la musique» (1954) avec Sidney Bechet. Elle fait aussi un peu de théâtre et de la télévision. Dans les années soixante, elle disparaît quasiment du grand écran. Elle fait une apparition dans un film de l’Espagnol Javier Setó et Claude Chabrol lui demande de participer à «Nada» (1973) qui sera son soixante-huitième et dernier film.

Puis l’actrice se retire dans le sud de la France, dans une immense maison qu’elle essaie de restaurer. Femme toute de passions, indépendante et courageuse, Viviane Romance s’éteint à l’hôpital de Nice, après avoir longtemps lutté contre le cancer, le 25 septembre 1991.

© Caroline HANOTTE

copyright
1929 Paris-girls – de Henry Roussell avec Fernand Fabre
1931Il est charmant – de Louis Mercanton avec Henri Garat
Mam’zelle Nitouche – de Marc Allégret avec Raimu
La chienne – de Jean Renoir avec Michel Simon
1932La dame de chez Maxim’s – de Alexander Korda avec Florelle
1933L’épervier – de Marcel L’Herbier avec Pierre Richard-Willm
Ciboulette – de Claude Autant-Lara avec Thérèse Dorny
Justin de Marseille – de Maurice Tourneur avec Antonin Berval
1934N’aimer que toi – de André Berthomieu avec Josette Day
Liliom – de Fritz Lang avec Charles Boyer
Retour au paradis – de Serge de Poligny avec Claude Dauphin
Mam’zelle Spahi – de Max de Vaucorbeil avec Saturnin Fabre
Zouzou – de Marc Allégret avec Josephine Baker
L’auberge du petit dragon – de Jean de Limur avec Albert Préjean
Dédé – de René Guissart avec Pierre Piérade
1935Les deux favoris – de André Hornez & Georg Jacoby avec Thomy Bourdelle
Les yeux noirs – de Victor Tourjansky avec Harry Baur
La Bandera / La grande relève – de Julien Duvivier avec Annabella
Marchand d’amour – de Edmond T. Greville avec Jean Galland
Princesse Tam-Tam – de Edmond T. Greville avec Robert Arnoux
Deuxième bureau – de Pierre Billon avec Véra Korène
La rosière des halles – de Jean de Limur avec Pierre Larquey
CM Monsieur Prosper – de Robert Péguy avec Félix Oudart
1936Une gueule en or – de Pierre Colombier avec Lucien Baroux
L’ange du foyer – de Léon Mathot avec Roger Duchesne
La belle équipe – de Julien Duvivier avec Charles Vanel
Mademoiselle Docteur / Salonique, nid d’espions – de Georg Wilhelm Pabst avec Pierre Fresnay
L’homme à abattre – de Léon Mathot avec Bernard Lancrais
1937Le puritain – de Jeff Musso avec Jean-Louis Barrault
Le club des aristocrates – de Pierre Colombier avec André Lefaur
Naples au baiser de feu – de Augusto Genina avec Tino Rossi
1938L’étrange monsieur Victor – de Jean Grémillon avec Raimu
Prison de femmes – de Roger Richebé avec Renée Saint-Cyr
Le joueur – de Gerhard Lamprecht & Louis Daquin avec Pierre Blanchar
Gibraltar – de Fédor Ozep avec Erich von Stroheim
La maison du Maltais – de Pierre Chenal avec Pierre Renoir
Angélica ( rosa di sangue ) de Jean Choux avec Georges Flamant
1939L’esclave blanche – de Marc Sorkin avec John Lodge
La tradition de minuit – de Roger Richebé avec Jean Brochard
1940La vénus aveugle – de Abel Gance avec Henri Guisol
1941Cartacalha / Cartacalha, reine des gitans – de Léon Mathot avec Georges Grey
Une femme dans la nuit – de Edmond T. Gréville avec Yves Deniaud
1942 Feu sacré – de Maurice Cloche avec Edouard Delmont
Carmen – de Christian-Jaque avec Jean Marais
1944La boîte aux rêves – de Yves Allégret avec Franck Villard
    + scénario
1945La route du bagne – de Léon Mathot avec Lucien Coëdel
L’affaire du collier de la reine – de Marcel L’Herbier avec Jacques Dacqmine
1946La colère des dieux – de Carl Lamac avec Louis Salou
Panique – de Julien Duvivier avec Paul Bernard
La maison sous la mer – de Henri Calef avec René Génin
1947Le carrefour des passions ( gli uomini sono nemici ) de Ettore Giannini avec Fosco Giachetti
1949Maya – de Raymond Bernard avec Marcel Dalio
1950Passion – de Georges Lampin avec Paul Frankeur
    + production
1951Au cœur de la casbah – de Pierre Cardinal avec Peter van Eyck
Les sept péchés capitaux – de Yves Allégret, Eduardo De Filippo, Claude Autant-Lara, Jean Dréville, Roberto Rossellini, Georges Lacombe & Carlo Rim avec Franck Villard
    Segment « La luxure » de Yves Allégret
1952Les femmes sont des anges – de Marcel Aboulker avec Jacques Fabbri
L’homme, la bête et la vertu ( l’uomo, la bestia e la virtù ) de Steno avec Totò
1953La chair et le diable – de Jean Josipovici avec Rossano Brazzi
    + production
Légion étrangère / L’entraîneuse de la légion ( legione straniera ) de Basilio Franchina avec Marc Lawrence
1954Gueule d’ange – de Marcel Blistène avec Maurice Ronet
L’inspecteur connaît la musique / Blues – de Jean Josipovici avec Sidney Bechet
    + production
1955L’affaire des poisons – de Henri Decoin avec Danielle Darrieux
Le tournant dangereux – de Robert Bibal avec Philippe Lemaire
1956Pitié pour les vamps – de Jean Josipovici avec Félix Marten
    + production
Les secrets de la nuit ( i segretti della notte ) de Mario Mattoli avec Massimo Serato
1960Pelusa ( la cenicienta del circo ) de Javier Setó avec Marujita Díaz
1961Mélodie en sous-sol – de Henri Verneuil avec Jean Gabin
1973Nada – de Claude Chabrol avec Fabio Testi
Fiche créée le 21 mai 2006 | Modifiée le 31 mai 2018 | Cette fiche a été vue 12943 fois
PREVIOUSRuth Roman || Viviane Romance || Colonna RomanoNEXT