CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Carlos López Moctezuma
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Kieron Moore



Date et Lieu de naissance : 5 octobre 1924 (Skibbereen, Irlande)
Date et Lieu de décès : 15 juillet 2007 (Jonzac, France)
Nom Réel : Kieron O’Hanrahan

ACTEUR

Kieron Moore, de son vrai nom Kieron O’Hanrahan dans sa version anglaise, ou plus exactement Ciarán Ó Hannracháin en gaélique, voit le jour le 5 octobre 1924 à Skibbereen (An Sciobairín) dans le comté de Cork, dans le tout jeune «État Libre Irlandais». Son père Peadar Ó Hannracháin, est un fervent indépendantiste, journaliste mais aussi écrivain et poète de langue gaélique, qui a connu la prison sous l’occupation britannique. La famille qui comprend encore un garçon, Fachtna, et deux filles Neasa et Bláithín, s’installe ensuite à Dublin. Kieron va commencer des études de médecine mais s’orienter très vite vers le théâtre. À dix-neuf ans il se rend en Grande-Bretagne.

Le premier rôle cinématographique de Kieron O’Hanrahan est celui d’un combattant de l’Armée Républicaine Irlandaise dans «The voice within» (1945) de Maurice J. Wilson. Il a pour partenaire Barbara White qu’il retrouve en 1947 dans un nouveau drame «Mine own executioner» de Anthony Kimmins, film dans lequel il provoque la mort de l’actrice. Mais c’est tout le contraire à la ville puisque la même année il épouse la jeune fille originaire du Kent. L’acteur irlandais a, entre temps, signé sous le nom plus facile à prononcer pour les Britanniques de Kieron Moore, un contrat de sept ans avec la société cinématographique «London Film Productions». Et il est notamment excellent lorsqu’il succède à Fredric March, en comte Vronsky, tandis que Vivien Leigh remplace Greta Garbo pour une nouvelle adaptation de «Anna Karénine» par Julien Duvivier en 1948.

En 1950, Kieron Moore tourne sous la direction de Mario Camerini «Due mogli sono troppo» puis il donne la réplique à Michèle Morgan dans «Maria Chapdelaine» mise en scène par Marc Allégret. Durant la même décennie l’acteur travaille des deux côtés de l’Atlantique apparaissant dans un péplum très hollywoodien, des récits de guerre, des films policiers et d’espionnage et même un Walt Disney. Citons en particulier «Le foulard vert» (1954) de George More O’Ferrall, avec Ann Todd et Michael Redgrave, où il joue un écrivain sourd, muet et aveugle, dans la première adaptation du roman de Guy des Cars «La brute», dans le rôle que reprendra Xavier Deluc en 1987. Mais il est aussi le grand costaud, le bellâtre rival de Sean Connery dans «Darby O’Gill et les farfadets» (1959). Dans les années soixante, Kieron Moore travaille pour le petit et le grand écran mais se voit confier des rôles plus secondaires manquant d’intérêt. Il décide alors de changer complètement d’orientation et propose ses services à une filiale anglaise de la confédération caritative catholique «Caritas internationalis», réalisant des reportages notamment au Pérou, se déplaçant en Inde et au Moyen-Orient et faisant paraître de nombreux éditoriaux. À l’occasion il commente en gaélique et en anglais des émissions pour la télévision irlandaise. En 1994, il se retire en France dans la petite ville charentaise de Saint-Georges-Antignac près de Jonzac. Catholique fervent il participe activement à la vie paroissiale et devient visiteur de prison.

Ciarán Ó Hannracháin, connu pendant une vingtaine d’années et une quarantaine de films sous le nom de Kieron Moore, décède dans sa quatre vingt-troisième année le 15 juillet 2007, regretté de son épouse Barbara, sa fille Thérèse (Sœur Myriam-Thérèse en religion), ses trois garçons Casey, Colm et Seán, ses petits enfants, sa famille et ses nombreux amis.

© Caroline HANOTTE

copyright
1945The voice within – de Maurice J. Wilson avec Barbara White
1947Un homme dans la maison ( a man about the house ) de Leslie Arliss avec Felix Aylmer
Mon propre bourreau ( mine own executioner ) de Anthony Kimmins avec Burgess Meredith
Anna Karénine ( Anna Karenina / Tolstoy’s Anna Karenina ) de Julien Duvivier avec Vivien Leigh
1949Saints and sinners – de Leslie Arliss avec Christine Norden
1950Maria Chapdelaine – de Marc Allégret avec Michèle Morgan
Due mogli sono troppo – de Mario Camerini avec Lea Padovani
1951David et Bethsabée ( David and Bathsheba ) de Henry King avec Susan Hayward
La demoiselle et son revenant – de Marc Allégret avec Jacqueline Huet
1952Dix de la légion ( ten tall men ) de Willis Goldbeck avec Mari Blanchard
1953Man trap / Man in hiding / Woman in hiding – de Terence Fisher avec Lois Maxwell
Le crime ne paie pas ( recoil ) de John Gilling avec Elizabeth Sellars
1954Conflict of wings / Fuss over feathers – de John Eldridge avec John Gregson
Le foulard vert ( the green scarf ) de George More O’Ferrall avec Ann Todd
The blue Peter / Navy heroes – de Wolf Rilla avec Anthony Newley
1956Les premiers passagers du satellite / Satellite dans le ciel ( satellite in the sky ) de Paul Dixon avec Lois Maxwell
1957Le commando sacrifié ( the steel bayonet ) de Michael Carreras avec Leo Genn
Three Sundays to live – de Ernest Morris avec Jane Griffiths
1958La clé ( the key ) de Carol Reed avec Sophia Loren
1959Trahison à Athènes ( the angry hills ) de Robert Aldrich avec Robert Mitchum
Darby O’Gill et les farfadets ( Darby O’Gill and the little people ) de Robert Stevenson avec Sean Connery
Hold-up à Londres / Colonel Hyde contre Scotland Yard ( the league of gentlemen ) de Basil Dearden avec Nigel Patrick
1960Le jour ou l’on dévalisa la banque d’Angleterre ( the day they robbed the bank of England ) de John Guillermin avec Peter O’Toole
L’affaire Sidney Street ( the siege of Sidney Street / the siege of Hell Street ) de Robert S. Baker & Monty Berman avec Nicole Berger
Le cadavre qui tue ( doctor Blood’s coffin ) de Sidney J. Furie avec Hazel Court
1961La bataille des Thermopyles / Les 300 spartiates ( the 300 spartans / lion of Sparta ) de Rudolph Maté avec Ralph Richardson
1962Choc en retour ( I thank a fool ) de Robert Stevens avec Susan Hayward
Guitares et bagarres / La grande attraction ( the main attraction ) de Daniel Petrie avec Mai Zetterling
L’invasion des Triffids ( the day of the Triffids / invasion of the Triffids / revolt of the Triffids ) de Steve Sekely avec Nicole Maurey
1963L’étrange mort de Miss Gray ( girl in the headlines / the model girl murder case / the model murder case ) de Michael Truyman avec Ronald Fraser
L’attaque dura sept jours ( the thin red line ) de Andrew Marton avec Keir Dullea
1964Quand la terre s’entrouvrira / Et la terre éclata ( crack in the world ) de Andrew Marton avec Janet Scott
Au septième coup / Le septième coup ( hide and seek ) de Cy Enfield avec Ian Carmichael
Fils d’un hors-la-loi ( el hijo del pistolero / son of a gunfighter ) de Paul Landres avec Russ Tamblyn
1965Arabesque – de Stanley Donen avec Gregory Peck
1966Custer, l’homme de l’Ouest / Général Custer de l’Ouest ( Custer of the West / a good day for fighting ) de Robert Siodmak avec Robert Shaw
1967Bikini paradise / Mission to paradise / White savage – de Gregg C. Tallas avec Kay Walsh
Run like a thief / Robo de diamantes – de Bernard Glaeser & Harry Spalding avec Keenan Wynn
Fiche créée le 25 juillet 2007 | Modifiée le 5 août 2017 | Cette fiche a été vue 7052 fois
PREVIOUSJuanita Moore || Kieron Moore || Matt MooreNEXT