CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Gene Tierney
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Renaud Mary



Date et Lieu de naissance : 31 juillet 1918 (Caudéran, France)
Date et Lieu de décès : 5 mai 1977 (Saint-Maur-des-Fossés, France)
Nom Réel : Adrien Victor Renaud Mary

ACTEUR
Image
1954 Interdit de séjour – de Maurice de Canonge avec Claude Laydu, Joëlle Bernard & Liliane Bert
Image
1957 Charmants garçons – de Henri Decoin avec Zizi Jeanmaire, François Périer, Daniel Gélin & Henri Vidal
Image
1961 Madame Sans-Gêne – de Christian-Jaque avec Sophia Loren, Robert Hossein, Marina Berti & Carlo Giuffrè
Image
1962 Mathias Sandorf – de Georges Lampin avec Louis Jourdan, Francisco Rabal & Serena Vergano

Adrien Victor Renaud Mary naît à la fin de la Grande Guerre à Caudéran, petite cité dans le Bordelais. Mais c’est à Paris qu’il suit ses études lycéennes. Devenu jeune adulte, attiré par le théâtre, il décide de s’inscrire au Conservatoire d’Art Dramatique. C’est donc sur les planches qu’il débute sa carrière dans «Sainte Jeanne», une pièce de George-Bernard Shaw. Et il choisit de garder son dernier prénom pour se faire connaître du public. Il sert ensuite avec talent des auteurs aussi différents qu’Alexandre Dumas, Jean Giono, Henry de Montherlant, Armand Salacrou, sans oublier André Roussin et Françoise Dorin. Davantage attiré par la scène, il vient pourtant aussi au cinéma.

Sacha Guitry lui confie le rôle d’Antonmarchi, le médecin de Napoléon à Sainte-Hélène, dans «Le fabuleux destin de Désirée Clary» (1942). Mais curieusement, il ne participe pas aux grandes fresques historiques d’après guerre, réalisées par le Maître. Suivront une quarantaine de rôles. Renaud Mary est alors un comédien racé, distingué, capable de camper de la même façon des personnages costumés et des contemporains. Il se glisse avec aisance aussi bien dans la peau d’un escroc, d’un traitre que dans celle d’un policier, d’un magistrat ou d’un aristocrate. Ainsi incarne-t-il en toute simplicité Richelieu dans «Les trois mousquetaires» de André Hunebelle (1953). Puis il campe l’époux infortuné de Madame de Montespan dans «L’affaire des poisons» (1955) de Henri Decoin. Dans «La Tour prend Garde» (1957) de Georges Lampin, il est le traître Pérouge. Le voilà évêque dans l’évocation de Bernadette Soubirous «Il suffit d’aimer» de Robert Darène, en 1960. La même année, il change de costume pour être Fouquier-Tinville dans «Le dialogue des Carmélites» de Philippe Agostini. Christian-Jaque le dirige dans «Madame Sans-Gêne» (1961) alias Sophia Loren en lui confiant le rôle de Fouché. Il reprend d’ailleurs ce rôle deux ans plus tard, pour la télévision, dans cette même pièce, mais aux côtés cette fois de la malicieuse Sophie Desmarets et une autre fois pour un épisode de la fameuse «Caméra explore le temps».

Mais Renaud Mary ne s’est pas contenté de rôles plus ou moins inspirés de notre histoire de France. Signalons sa participation dans «Le destin exécrable de Guillemette Babin» (1947), une œuvre réussie et dérangeante signée Guillaume Radot, avec Héléna Bossis dans le rôle-titre. Prêtre qui a quitté les Ordres, dans «Le défroqué» (1953) de Léo Joannon, il passe au grade d’inspecteur de police dans «Identité judiciaire» (1950) de Hervé Bromberger, policier toujours en 1955, dans « Le secret de sœur Angèle» de Léo Joannon, il est un traître vis-à-vis de Jean Gabin dans «La vierge du Rhin» (1953) de Gilles Grangier et un vrai voyou dans «Interdit de séjour» (1954) de Maurice de Canonge. La télévision aussi fait appel à Renaud Mary pour des séries populaires de qualité comme «Les cinq dernières minutes», «Aux frontières du possible» ou «En votre âme et conscience». Il y incarne à l’occasion un personnage célèbre tel Voltaire dans «Talleyrand ou le sphinx incompris» en 1972. Par ailleurs, il participe à des émissions culturelles à la radio et se plaît à écrire des poésies.

Un pénible cancer met fin à la carrière de ce comédien provoquant son grand départ alors qu’il n’a pas 60 ans. Renaud Mary avait été l’époux pendant 7 ans de Renée Faure sociétaire à la Comédie Française, et était père d’une fille, Emmanuelle. Il repose au cimetière de Médan dans les Yvelines.

© Donatienne ROBY

copyright
1942Le destin fabuleux de Désirée Clary – de Sacha Guitry avec Gaby Morlay
1944Coup de tête – de René Le Hénaff avec Gisèle Casadesus
1945Les malheurs de Sophie – de Jacqueline Audry avec Marguerite Moreno
1946Tombé du ciel – de Emil Edwin Reinert avec Jacqueline Gauthier
1947Les jeux sont faits – de Jean Delannoy avec Micheline Presle
Fantômas – de Jean Sacha avec Simone Signoret
Croisière pour l’inconnu – de Pierre Montazel avec Sophie Desmarets
Le destin exécrable de Guillemette Babin – de Guillaume Radot avec Héléna Bossis
1948Sombre dimanche – de Jacqueline Audry avec Michèle Alfa
La louve – de Guillaume Radot avec Claude Génia
1949Au p’tit zouave – de Gilles Grangier avec Dany Robin
DO Ce siècle a cinquante ans – de Roland Tual avec Jean Cocteau
    Seulement apparition
1950Identité judiciaire – de Hervé Bromberger avec Dora Doll
1951La plus belle fille du monde – de Christian Stengel avec Françoise Arnoul
Les mousquetaires du roi – de Marcel Aboulker & Michel Ferry avec Jacqueline Delubac
    Inachevé
1953Les trois mousquetaires – de André Hunebelle avec Danielle Godet
La vierge du Rhin – de Gilles Grangier avec Jean Gabin
Le défroqué – de Léo Joannon avec Pierre Fresnay
1954Huis clos – de Jacqueline Audry avec Arletty
Interdit de séjour – de Maurice de Canonge avec Liliane Bert
Pas de souris dans le business – de Henri Lepage avec Geneviève Kervine
Le secret de sœur Angèle – de Léo Joannon avec Raf Vallone
1955L’affaire des poisons – de Henri Decoin avec Viviane Romance
Milord l’arsouille – de André Haguet avec Jean-Claude Pascal
1956Elena et les hommes – de Jean Renoir avec Ingrid Bergman
Les aventures d’Arsène Lupin – de Jacques Becker avec Robert Lamoureux
1957Charmants garçons – de Henri Decoin avec Zizi Jeanmaire
La Tour, prends garde ! – de Georges Lampin avec Jean Marais
1959Le sergent X – de Bernard Borderie avec Christian Marquand
Recours en grâce – de Laszlo Benedek avec Annie Girardot
Le dialogue des carmélites – de Raymond Leopold Bruckberger & Philippe Agostini avec Jeanne Moreau
1960Comment qu’elle est ? – de Bernard Borderie avec Eddie Constantine
Il suffit d’aimer – de Robert Darène avec Madeleine Sologne
Les vierges de Rome ( le vergini di Roma ) de Carlo Ludovico Bragaglia & Vittorio Cottafavi avec Sylvia Syms
1961Madame Sans-Gêne – de Christian-Jaque avec Sophia Loren
Le crime ne paie pas – de Gérard Oury avec Danielle Darrieux
1962Mathias Sandorf – de Georges Lampin avec Louis Jourdan
1965À nous deux Paris – de Jean-Jacques Vierne avec Michel Subor
1971L’œuf – de Jean Herman avec Marie Dubois
Fiche créée le 6 novembre 2018 | Modifiée le 14 novembre 2018 | Cette fiche a été vue 173 fois
PREVIOUSZeppo Marx || Renaud Mary || Franca MarziNEXT