CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Julio Peña
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Vera Carmi



Date et Lieu de naissance : 23 novembre 1914 (Turin, Italie)
Date et Lieu de décès : 6 septembre 1969 (Rome, Italie)
Nom Réel : Virginia Doglioli

ACTRICE
Image
1945 Les ennuis de Monsieur Travet (la miserie del signor Travet) de Mario Soldati avec Gino Cervi & Luigi Pavese
Image
1945 O sole mio – de Giacomo Gentilomo avec Tito Gobbi, Adriana Benetti, Arnoldo Foà & Carlo Ninchi
Image
1952 Prisonnière des ténèbres (la cieca di Sorento) de Giacomo Gentilomo avec Paul Campbell & Antonella Lualdi
Image
1955 Amis pour la vie (amici per la pelle) de Franco Rossi avec Geronimo Meynier, Andrea Sciré & Luigi Tosi

Vera Carmi est née le 23 novembre 1914, à Turin en Italie, sous le nom de Virginia Doglioli. Après avoir débuté au théâtre dans les salles de Turin, elle déménage à Rome. Lors d’un concours de beauté, le réalisateur Ferdinando Maria Poggioli la choisit pour jouer une jeune fiancée dans «Adieu jeunesse» (1940). D’une beauté raffinée, la chevelure ondulée d’un blond cendré, la belle piémontaise au yeux verts émeraude ne tarde pas être sollicité dans des romances à l’italienne, dans un courant artistique appelé «Les Téléphones Blancs».

Avec son visage tamisé de mélancolie, Vera Carmi pose sur ses partenaires son regard fascinant. Elle peut malgré tout être glaciale, comme cette femme émancipée dans le drame judiciaire «Les lèvres serrées» (1942) de Mario Mattoli. Malheureusement, la guerre vient d’éclater en Europe. Dans ce contexte difficile, les quelques films qu’elle tourne passent inaperçus. Et dans l’immédiat après-guerre, en raison des difficultés économiques du pays, elle se tourne vers le théâtre et rejoint la compagnie de Eduardo De Filippo, où elle apparaît dans les comédies les plus célèbres de l’auteur et du réalisateur napolitain.

En 1945, Mario Soldati lui donne une nouvelle chance au cinéma, avec «Les ennuis de M. Travet», où elle campe la belle et ambitieuse Rosa Travet, une bourgeoise courtisée par un arrogant Gino Cervi. Mario Bonnard, la met dans les bras du beau Fosco Giachetti dans la romance à l’italienne «Adieu ma belle Naples» (1946) ou il est un compositeur qui vit une histoire d’amour avec une touriste américaine, incarnée par Vera Carmi, et lui dédie l’une de ses plus belles chansons lors de son départ. Dans un univers plus sombre, on la découvre en espionne allemande à Naples durant la Seconde Guerre mondiale, dans «O sole mio» (1946) de Giacomo Gentilomo, dans lequel elle finit abattue par la résistance. En 1949, dans «Dimanche d’août» de Luciano Emmer. l’un des premiers films du courant néoréalisme italien, on assiste par un dimanche ensoleillé à la ruée des habitants de Rome vers la plage d’Ostie, elle joue la douce veuve qui fascine Alberto, Emilio Cigoli; Massimo Serato et Marcello Mastroianni complètent la distribution. Dans le drame romantique «Les deux sœurs» (1952) de Mario Volpe, Vera Carmi, alias Franca, se retrouve enceinte après avoir été séduite par un jeune marquis qui fini par l’abandonner pour sa sœur (Jole Paoli). Dans le mélodrame «Prisonnière des ténèbres» (1952), une petite fille devient aveugle lorsqu’elle voit sa mère se faire assassiner par un voleur, devenue adulte (Vera Carmi), elle retrouve la vue grâce à Paul Campbell en jeune médecin, et va découvrir qu’il est le fils de celui qui a tué sa mère. Elle est aussi la Sœur Anna dans «Marquée par le destin » (1953) de Mario Costa, avec Amedeo Nazzari et Jacques Sernas. Dans «Amis pour la vie» (1955) de Franco Rossi, une belle histoire d’amitié entre deux enfants interprétés par Geronimo Meynier (Mario) et Andrea Sciré (Franco), elle joue la mère de Mario. On la voit encore dans «Les anges aux mains noires» (1955) de Mario Bonnard, «Les prisonniers du mal» (1955) de Mario Costa et dans «Les milliardaires» (1956) de Guido Malatesta, son dernière rôle.

Vera Carmi a menée toute sa carrière en Italie, laissant un bilan mitigé malgré la justesse de son jeu et sa sensibilité mélancolique. Elle est décédée subitement à Rome, le 6 septembre 1969, à seulement 54 ans. L’actrice était la première épouse du footballeur Aldo Giuseppe Borel.

© Gary RICHARDSON

copyright
1939Adieu jeunesse ( addio giovinezza ! ) de Ferdinando Maria Poggioli avec Carlo Campanini
1940Un marito per il mese di aprile – de Giorgio Simonelli avec Carlo Romano
Le chevalier sans nom ( il cavaliere senza nome ) de Ferruccio Cerio & Ladislao Vajda avec Amedeo Nazzari
1941Villa da vendere – de Ferruccio Cerio avec Carlo Duse
L’amour chante ( l’amore canta ) de Ferdinando Maria Poggioli avec Massimo Serato
1942La fortune vient du ciel ( la fortuna viene dal cielo ) de Ákos Ráthonyi avec Sandro Ruffini
Una volta alla settimana – de Ákos Ráthonyi avec Roberto Villa
Lèvres closes / Lèvres serrées ( labbra serrate ) de Mario Mattoli avec Fosco Giachetti
La folle journée / Les jours heureux ( giorni felici ) de Gianni Franciolini avec Leonardo Cortese
Redenzione – de Marcello Albani avec Carlo Tamberlani
1943Deux cœurs parmi les fauves ( due cuori fra le belve / Totò nella fossa dei leoni ) de Giorgio Simonelli avec Totò
La vispa Teresa – de Mario Mattoli avec Cesare Fantoni
Le fiancé de ma femme ( il fidanzato di mia moglie ) de Carlo Ludovico Bragaglia avec Eduardo De Filippo
La signora in nero – de Nunzio Malasomma avec Carlo Ninchi
Tout pour une chanson ( ho tanta voglia di cantare ) de Mario Mattoli avec Ferruccio Tagliavini
1944Circo equestre za-bum – de Mario Mattoli avec Luigi Pavese
    Segment « Galop finale al circo »
Finalmente sì – de Ladislao Kish avec Enzo Fiermonte
07… Taxi – de Albert d’Aversa avec Tito Gobbi
1945I dieci comandamenti – de Giorgio Walter Chili avec Ugo Sasso
    Segment « Onora il padre e la madre»
Les ennuis de Monsieur Travet ( la miserie del signor Travet ) de Mario Soldati avec Gino Cervi
Trepidazione – de Toni Frenguelli avec Claudio Gora
Tempesta d’anime – de Giacomo Gentilomo avec Ernesto Almirante
O sole mio – de Giacomo Gentilomo avec Tito Gobbi
1946Adieu ma belle Naples ( addio, mia bella Napoli ! ) de Mario Bonnard avec Fosco Giachetti
Le modelle di via Margutta – de Giuseppe Maria Scotese avec Carlo Campanini
Fiacre 13 / Le fiacre n° 13 ( il fiacre N. 13 ) de Raoul André & Mario Mattoli avec Marcel Herrand
    Segments « Delitto » & « Castigo »
1947Sept ans de malheurs !.. / Comment j’ai perdu la guerre ( come persi la guerra ) de Carlo Borghesio avec Erminio Macario
L’île de Monte-Cristo ( l’isola di Montecristo ) de Mario Sequi avec Carlo Ninchi
Je suis l’assassin ( sono io l’assassino / l’ultimo rifugio ) de Roberto Bianchi Montero avec Amedeo Trilli
Noël au camp 119 ( Natale al campo 119 ) de Pietro Francisci avec Vittorio De Sica
1949Dimanche d’août ( domenica d’agosto ) de Luciano Emmer avec Marcello Mastroianni
1950Les deux sœurs ( le due sorelle ) de Mario Volpe avec Checco Durante
1951Milano miliardaria – de Marcello Marchesi, Marino Girolami & Vittorio Metz avec Mario Carotenuto
Buon viaggio pover’uomo – de Giorgio Pastina avec Nando Bruno
Anema e core – de Mario Mattoli avec Nino Manfredi
1952Prisonnière des ténèbres ( la cieca di Sorento ) de Giacomo Gentilomo avec Paul Campbell
Plume noire / Les chasseurs alpons / Plumes noires ( penne nere ) de Oreste Blancoli avec Marcello Mastroianni
Agence matrimoniale ( agenzia matrimoniale ) de Giorgio Pastina avec Erminio Macario
1953Passione – de Max Calandri avec Alberto Sorrentino
La fille du régiment ( die tochter der kompanie ) de Géza von Bolváry avec Hannelore Schroth
La fille du régiment ( la figlia del reggimento ) de Tullio Covaz & Géza von Bolváry avec Antonella Lualdi
    Version italienne de « Die tochter der kompanie »
Marquée par le destin / Je l’ai toujours aimé ( ti ho sempre amato! ) de Mario Costa avec Jacques Sernas
Ho pianto per te – de Gino Rippo avec Guido Celano
En amour on pèche à deux ( in amore si pecca in due ) de Vittorio Cottafavi avec Giorgio De Lullo
1954Trieste cantico d’amore – de Max Calandri avec Vasito Bastino
L’amour viendra ( appassionatamente ) de Giacomo Gentilomo avec Andrea Checchi
Haine, amour et trahison ( tradita ) de Mario Bonnard avec Pierre Cressoy
1955Amis pour la vie ( amici per la pelle ) de Franco Rossi avec Luigi Tosi
Les anges aux mains noires / Les anges aux mains sales ( la ladra ) de Mario Bonnard avec Henri Vilbert
Les prisonniers du mal ( revelación / prigioneri del male / prigionieri del male / revelation ) de Mario Costa avec Bernard Blier
1956Mai ti scorderò – de Giuseppe Guarino avec Paolo Carlini
I miliardari – de Guido Malatesta avec Mike Bongiorno
Fiche créée le 13 avril 2010 | Modifiée le 3 janvier 2019 | Cette fiche a été vue 4531 fois
PREVIOUSJean Carmet || Vera Carmi || Ian CarmichaelNEXT