CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Maria Perschy
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Warren Oates



Date et Lieu de naissance : 5 juillet 1928 (Depoy, Kentucky, USA)
Date et Lieu de décès : 3 avril 1982 (Los Angeles, Californie, USA)
Nom Réel : Warren Mercer Oates

ACTEUR
Image
1970 Le reptile (there was a croocked man) de Joseph L. Mankiewicz avec Kirk Douglas & Henry Fonda
Image
1973 Dillinger – de John Milius avec Ben Johnson, Harry Dean Stanton, Geoffrey Lewis & Cloris Leachman
Image
1974 Apportez-moi la tête d’Alfredo Garcia (bring me the head of Alfredo Garcia) de Sam Peckinpah
Image
1976 L’enfer des Mandingos (drum) de Steve Carver avec Pam Grier, Isela Vega, Yaphet Kotto & Ken Norton

Fils d’un modeste épicier, Warren Oates voit le jour, à Depoy dans le Kentucky, le 5 juillet 1928. Il doit travailler très jeune pour aider sa famille. C’est ainsi que, pendant la grande dépression, il devient cueilleur de fraises, puis employé dans une sablière. Il s’engage pendant deux ans dans les Marines comme mécanicien dans la branche aéronautique. Démobilisé, il s’inscrit à l’Université de Louisville et se prend de passion pour le théâtre. Dès lors, il part à New York où après avoir gommé son accent, il tente de percer à Broadway. Parallèlement, il apparaît dans des séries télévisées, mais déçu par la piètre qualité des rôles qu’on lui propose, il décide de partir pour Hollywood.

Le cinéma vient en 1959, avec le rôle d’un matelot dans «La mission secrète du sous-marin X16» de Gordon Douglas. Puis, il est le frère de Jack Diamond, Ray Danton, un petit gangster qui connaît une fulgurante mais brève ascension dans le monde du crime, dans «La chute d’un caïd» (1959), de Budd Boetticher. Avec sa calvitie naissante, sa dentition anarchique et ses tics nerveux dans les yeux, Warren Oates n’a rien d’un super héros, et très vite il est cantonné à jouer des personnages marginaux. On peux citer, entre-autres, le mercenaire taiseux dans «La mort tragique de Leland Drum» (1966), de Monte Hellman; le shérif-adjoint voyeur dans «Dans la chaleur de la nuit» (1967), de Norman Jewison; le dangereux tueur Colbee dans «Le retour des sept» (1966), de Burt Kennedy.

Pour Joseph L. Mankiewicz, dans «Le reptile» (1970), Warren Oates campe un forçat demeuré, et dans «Barquero» (1970) de Gordon Douglas, il interprète un bandit au cerveau ravagé par la drogue qui s’oppose à Lee Van Cleef. Sam Peckinpah lui offre aussi quelques beaux rôles: celui du plus brutal des frères Hammond dans «Coup de feu dans la Sierra» (1962), un soldat confédéré dans «Major Dundee» (1964), un hors-la-loi dans «La horde sauvage» (1969). Il est John Dillinger, l’ennemi public numéro un, la cible du FBI pour avoir participé au meurtre de cinq agents, dans «Dillinger» (1973), de John Milius. En 1974, Sam Peckinpah le rappelle pour «Apportez-moi la tête d’Alfredo Garcia» où il est Benny, un minable pianiste de bar qui, pour toucher une prime, fait tout pour retrouver Alfredo Garcia, un type qui a mis enceinte la fille d’un riche propriétaire terrien. Il lui arrive de changer de registre et de jouer un personnage moins révolté, en témoigne «Le voleur qui vient dîner» (1972), de Bud Yorkin, il y est un flic des assurances qui démasque un voleur de bijoux, Ryan O’Neal, ou un chasseur de baleines dans «The white dawn» (1974), de Philip Kaufman. Dans un film au dénouement violent, «L’enfer des Mandingos» (1976) de Steve Carver, où pour protéger son fils métisse, Ken Norton, contre le courroux d’un comte raciste, sa mère est contrainte de le vendre comme étalon à Sir Hammond Maxwell, Warren Oates, mais ce dernier est père d’une gamine de quinze ans, perverse et allumeuse, qui sera l’origine du drame.

Warren Oates est mort dans son sommeil d’une crise cardiaque, le 3 avril 1982, à l’age de 53 ans. Ses deux derniers films, «Tonnerre de feu» (1981) et «La force de vaincre» (1981), sont sortis plus d’un an après son décès et ont été consacrés à sa mémoire. Bien qu’il ne fut pas vraiment un acteur de premier plan, il est resté l’un des acteurs les plus appréciés d’Hollywood, pour le grand et le petit écran, pour lequel il faut ajouter à sa filmographie plus de 70 séries ou téléfilms.

© Gary RICHARDSON

copyright
1959La mission secrète du sous-marin X16 ( up periscope ) de Gordon Douglas avec James Garner
Le géant du grand nord ( Yellowstone Kelly ) de Gordon Douglas avec Clint Walker
La chute d’un caïd / Les tueurs crèvent à l’aube ( the rise and fall of Legs Diamond ) de Budd Boetticher avec Ray Danton
1960Propriété privée ( private property ) de Leslie Stevens avec Kate Manx
1961L’île de la violence ( Hero’s Island / the land we love ) de Leslie Stevens avec James Mason
1962Coups de feu dans la Sierra ( ride the high country /guns in the afternoon ) de Sam Peckinpah avec Joel McCrea
1963À l’ouest du Montana ( maid order bride / West of Montana ) de Burt Kennedy avec Lois Nettleton
1964Le mors aux dents ( the rounders ) de Burt Kennedy avec Henry Fonda
Major Dundee – de Sam Peckinpah avec Charlton Heston
1966Le retour des sept ( return of the seven / return of the magnifient seven ) de Burt Kennedy avec Yul Brynner
La mort tragique de Leland Drum ( the shooting ) de Monte Hellman avec Millie Perkins
Frontière en flammes ( welcome to Hard Times / killer on a horse ) de Burt Kennedy avec Janice Rule
1967Dans la chaleur de la nuit ( in the heat of the night ) de Norman Jewison avec Sidney Poitier
1968Le crime c’est notre business ( the split ) de Gordon Flemyng avec Jim Brown
Smith ! – de Michael O’Herlihy avec Glenn Ford
1969La châtelaine et ses truands ( crooks and coronets / Sophie’s Place ) de Jim O’Connolly avec Telly Savalas
La horde sauvage ( the wild bunch ) de Sam Peckinpah avec William Holden
CM Lanton Mills – de Terrence Malick avec Harry Dean Stanton
1970Barquero – de Gordon Douglas avec Lee Van Cleef
Le reptile ( there was a croocked man ) de Joseph L. Mankiewicz avec Kirk Douglas
Macadam à deux voies ( two-lane blacktop ) de Monte Hellman avec James Taylor
1971L’homme sans frontière ( the hired hand ) de Peter Fonda avec Verna Bloom
Chandler – de Paul Magwood avec Leslie Caron
1972Le voleur qui vient dîner ( the thief who came to dinner ) de Bud Yorkin avec Jacqueline Bisset
Tom Sawyer ( a musical adaptation of Mark Twain’s Tom Sawyer ) de Don Taylor avec Jodie Foster
1973Kid Blue – de James Frawley avec Dennis Hopper
Dillinger – de John Milius avec Ben Johnson
La balade sauvage ( badlands ) de Terrence Malick avec Sissy Spacek
1974The white dawn – de Philip Kaufman avec Timothy Bottoms
Cockfighter / Born to kill / Wild drifter / Gamblin’man – de Monte Hellman avec Troy Donahue
Apportez-moi la tête d’Alfredo Garcia ( bring me the head of Alfredo Garcia ) de Sam Peckinpah avec Gig Young
Rancho DeLuxe – de Frank Perry avec Elizabeth Ashley
1975Course contre l’enfer ( race with the devil ) de Jack Starrett avec Peter Fonda
92 in the shade – de Thomas McGuane avec Margot Kidder
1976Dynamite Express / J’en ai plein les bastos ( Dixie Dynamite ) de Lee Frost avec Christopher George
L’enfer des Mandingos ( drum ) de Steve Carver avec Pam Grier
1977American raspberry / Prime time – de Bradley S. Swirnoff avec Joanna Cassidy
Sleeping dogs – de Roger Donaldson avec Sam Neill
1978Clayton & Catherine ( China 9, Liberty 37 / amore, piombo e furore / Clayton Drumm / gunfire / love, bullets and frenzy ) de Monte Hellman avec Jenny Agutter
Têtes vides cherchent coffre plein ( the Brink’s job / big stickup at Brink’s ) de William Friedkin avec Peter Falk
19791941 – de Steven Spielberg avec Toshiro Mifune
DO Brave New Cowboy – de Mike McElreath avec Blanche Sweet
    Seulement apparition
1981Les bleus ( stripes ) de Ivan Reitman avec Sean Young
Police frontière ( the border ) de Tony Richardson avec Jack Nicholson
1982Tonnerre de feu ( blue thunder ) de John Badham avec Roy Scheider
La force de vaincre ( tough enough ) de Richard Fleischer avec Dennis Quaid
Fiche créée le 21 mars 2014 | Modifiée le 22 août 2018 | Cette fiche a été vue 2240 fois
PREVIOUSSimon Oakland || Warren Oates || Dan O’BannonNEXT