CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Maria Callas
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Jean-François Poron



Date et Lieu de naissance : 6 mai 1936 (Paris, France)►
Date et Lieu de décès : 3 septembre 2020 (Bastia, France)►
Nom Réel : Jean Georges Poron

ACTEUR
Image
1960 La princesse de Clèves – de Jean Delannoy avec Marina Vlady, Jean Marais & Raymond Gérôme
Image
1962 Le masque de fer – de Henri Decoin avec Jean Marais, Sylva Koscina, Jean Davy & Claudine Auger
Image
1963 Le fils de Tarass Boulba (Taras Bulba, il cosacco) de Henri Zaphiratos avec Lorella De Luca & Vladimir Medar
Image
1966 Jerk à Istanbul – de Francis Rigaud avec Michel Constantin, Anny Duperey & Florence Giorgetti

Jean-François Poron naît le 6 mai 1936 à Paris. Alors qu’il se forme au Cours Simon, il apparaît, sans être crédité au générique, dans «L’air de Paris» (1954) et «Les tricheurs» (1958) de Marcel Carné. Au théâtre, il fait ses premiers pas dans «Périclès, prince de Tyr» (1957) de William Shakespeare avec Bruno Cremer dans le rôle-titre. Il est dirigé à deux reprises par Jean-Louis Barrault qui assure la direction de L’Odéon-Théâtre de France. Il est le partenaire de Michel Piccoli dans «Les cailloux» (1962) de Félicien Marceau au Théâtre de l’Atelier. Il participe à des dramatiques télévisées diffusées en direct dans le cadre des émissions «En votre âme et conscience» ou «La caméra explore le temps» en 1959.

Au cinéma, Jean-François Poron obtient un rôle conséquent dans «Les loups dans la bergerie» (1959) de Hervé Bromberger, avec Jean Babilée et Pierre Mondy, où il compose un dangereux névrosé de la mitraillette. Interprétation qui tranche avec les rôles d’aristocrates dans lesquels il va être, par la suite, cantonné. Sous la direction de Jean Delannoy, il incarne Jacques de Savoie-Nemours dans «La Princesse de Clèves» (1960) avec Marina Vlady et intègre la distribution du film policier «Le rendez-vous» (1961) avec Annie Girardot. Il décroche son rôle le plus important, celui de Louis XIV, dans «Le masque de fer» (1962) de Henri Decoin avec Jean Marais et Sylva Koscina. Par la suite, il se compromet dans des films de série B comme «Jerk à Istanbul» (1966) de Francis Rigaud avec Michel Constantin. Parallèlement, il mène une carrière fructueuse à la télévision où il se spécialise dans les fresques historiques ou des épisodes de la série policière «Les cinq dernières minutes».

Après un grave accident de voiture en 1968, Jean-François Poron s’éloigne des plateaux. Il effectue un retour remarqué dans «Raphaël le débauché» (1970) de Michel Deville avec Maurice Ronet dont il incarne l’un de ses amis. En dépit du succès critique du film, il est peu sollicité par les cinéastes. Il obtient des seconds rôles dans le policier «Quand la ville s’éveille» (1975) avec Raymond Pellegrin, le film de guerre «Charlie Bravo» (1980) avec Bruno Pradal ou dans le drame «L’honneur d’un capitaine» (1982) avec Jacques Perrin. Il apparaît également dans une comédie franchouillarde «Les filles du régiment» (1978) de Claude Bernard-Aubert ou «L’enquête» (1986) de Damiano Damiani. Au théâtre, il est le partenaire de Silvia Monfort dans «La P... respectueuse» (1970), Emmanuelle Riva dans «Vêtir ceux qui sont nus» (1971) ou Micheline Presle dans «Turcaret» (1973). Il devient une figure familière du petit écran en participant au feuilleton familial «Tendresse et passion» (1989). Il interprète Joseph Kessel dans «Antoine de Saint-Exupéry, la dernière mission» (1994) de Robert Enrico, avec Bernard Giraudeau dans le rôle du célèbre écrivain-aviateur. Il est distribué dans des épisodes de séries à succès comme «Une femme d’honneur» avec Corinne Touzet, «Maigret» avec Bruno Cremer ou «Navarro» avec Roger Hanin.

À partir des années deux mille, Jean-François Poron ralentit ses activités professionnelles. Sur la scène, il est le partenaire de Jacqueline Bœuf dans «Vacances de rêve!» (2006) de Francis Joffo au Théâtre de la Tête d’Or à Lyon. Au cinéma, il est dirigé une dernière fois par Alexandre Arcady dans «Ce que le jour doit à la nuit» (2012) où il joue le personnage principal, Younès âgé. Jean-François Poron décède des suites d’une infection pulmonaire, le 3 septembre 2020 en Corse.

© Olivier SINQSOUS

copyright
1954L’air de Paris – de Marcel Carné avec Jean Gabin
1956Pardonnez nos offenses – de Robert Hossein avec Marina Vlady
1958Les tricheurs – de Marcel Carné avec Pascale Petit
Le miroir à deux faces – de André Cayatte avec Michèle Morgan
Les jeux dangereux – de Pierre Chenal avec Pascale Audret
Asphalte – de Hervé Bromberger avec Françoise Arnoul
1959Les loups dans la bergerie – de Hervé Bromberger avec Françoise Dorléac
1960La princesse de Clèves – de Jean Delannoy avec Jean Marais
1961Le rendez-vous / Le rendez-vous de Noël – de Jean Delannoy avec Annie Girardot
1962Le masque de fer – de Henri Decoin avec Claudine Auger
1963Le fils de Tarass Boulba ( Taras Bulba, il cosacco ) de Henri Zaphiratos avec Lorella De Luca
1966Jerk à Istanbul – de Francis Rigaud avec Anny Duperey
1971Raphaël ou le débauché – de Michel Deville avec Françoise Fabian
1974Quand la ville s’éveille / Le gang des fourgons blindés – de Pierre Grasset avec Marc Porel
1978Les filles du régiment – de Claude Bernard-Aubert avec Dora Doll
1979Charlie Bravo – de Claude Bernard-Aubert avec Bruno Pradal
1982L’honneur d’un capitaine – de Pierre Schoendoerffer avec Nicole Garcia
1986L’enquête ( l’inchiesta / la gran incognita ) de Damiano Damiani avec Harvey Keitel
2012Ce que le jour doit à la nuit – de Alexandre Arcady avec Anne Parillaud
Fiche créée le 4 septembre 2020 | Modifiée le 14 octobre 2020 | Cette fiche a été vue 702 fois
PREVIOUSMarc Porel || Jean-François Poron || Henny PortenNEXT