CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Gerda Maurus
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Albert Duvaleix



Date et Lieu de naissance : 7 juin 1893 (Bordeaux, France)►
Date et Lieu de décès : 21 décembre 1962 (Paris, France)►
Nom Réel : Jean Albert Devalet

ACTEUR
Image
1928 Les rigolos – de Jacques Séverac avec Serjeanne, Albert Tiluze, Raymond Girard & Anna Lefeuvrier
Image
1938 Métropolitain – de Maurice Cam avec Ginette Leclerc, Albert Préjean, André Brulé & Paul Faivre
Image
1949 Branquignol – de Robert Dhéry avec Julien Carette, Christian Duvaleix, Colette Brosset & Annette Poivre
Image
1953 Les enfants de l’amour – de Léonide Moguy avec Etchika Choureau, Jean-Claude Pascal & Valentine Tessier

Jean Albert Devalet naît bordelais le 7 juin 1893, mais son nom change sur l’état-civil dès 1894 et il devient Jean Albert Duvaleix. Erreur de l’officier d’état civil peut-être comme cela arrivait souvent alors... Albert Duvaleix est un second rôle incontournable de notre 7ème Art dans toute la première partie du XXe siècle, puisque sa dernière apparition sur nos grands écrans date de 1955, où il apparaît dans trois opus, «Les indiscrètes» de Raoul André, «Toute la ville accuse» de Claude Boissol et «Si Paris nous était conté» de Sacha Guitry, où il est le chanteur Béranger qui fredonne «Grand-Mère, parlez-nous de lui», un air nostalgique sur l’Empereur. Presque 65 apparitions sont à son crédit, sans compter les nombreux courts-métrages où il se sera illustré.

Revenons à ses débuts! Il suit des études secondaires à Bordeaux et en même temps se produit sur les scènes provinciales de sa région natale. Il décide de gagner la capitale et c’est tout d’abord le registre de l’opérette, comme les fameux «Mousquetaires au couvent» qui l’attire. Il chante fort bien et a du succès. 1931, le cinéma français est encore muet, plus pour longtemps certes, mais il est sur le générique de «Grains de beauté» de Pierre Caron. Un an après c’est «Le crime du Chemin Rouge» où il a comme partenaire Germaine Dermoz qu’il retrouvera tout au long de sa carrière. Il a un physique classique, rassurant, malicieux et on va donc fort souvent lui confier un emploi de notaire, de curé, de maire, de notable. Notons qu’il adopte pour le public son deuxième prénom, Albert, jusqu’en 1941, puis il devient Jean Duvaleix. En 1950, il est à nouveau Albert Duvaleix. Il va croiser sur son chemin les plus grands de l’époque; Pierre Blanchar dans «Les bateliers de la Volga» (1935) de Vladimir Strijewski, Jean-Pierre Aumont dans «Les beaux jours» (1935) de Marc Allégret, Tino Rossi à trois reprises: «Marinella» (1936), «Sérénade aux nuages» (1945), «Le chanteur inconnu» (1946). Il est le partenaire de Fernandel dans «Les cinq sous de Lavarède» (1939). Il le retrouve dans les deux opus signés Fernandel lui-même: «Adrien» (1943) et dans «Adhémar ou le jouet de la fatalité» (1951). Bourvil ? Il partage l’affiche avec lui à de nombreuses reprises! Comme dans «Pas si bête» (1946) de André Berthomieu, où il campe son oncle aristocrate, avant d’être le curé dans «Le rosier de Mme Husson» (1950) de Jean Boyer, avec qui il tourne aussi «Le trou normand» (1952) où il est le notaire qui gère la succession de la fameuse auberge.

Quant à Sacha Guitry, il le prévoit sur tous ses grands films, 7 en tout: «Ils étaient 9 célibataires», (1939), «Le destin fabuleux de Désirée Clary» (1941), «Debureau» (1950), «La poison» (1951), «Si Versailles m’était conté» (1953), «Napoléon» (1954) (même si les scènes où il apparaît ont dû être coupées au montage) et «Si Paris nous était conté» (1955), déjà cité. Entre temps, il participe à de jolies histoires: citons sans être exhaustifs «Aux yeux du souvenir» (1948) de Jean Delannoy, qui fait appel à lui à nouveau en 1951 pour «Le garçon sauvage», la délicieuse comédie «Nous irons à Paris» (1949) de Jean Boyer, «Les enfants de l’amour» (1953) de Léonide Moguy.

Albert Duvaleix épouse Raymonde Borde en 1912, puis Eveline Galina en 1920, dont en 1923, il aura un fils, Christian, qui deviendra l’un des piliers de la joyeuse troupe des Branquignols. Albert Duvaleix laisse le souvenir d’un sympathique second rôle, dans des histoires plaisantes.

© Donatienne ROBY

copyright
1928Les rigolos – de Jacques Séverac avec Serjeanne
1931Grains de beauté – de Pierre Caron avec Simone Cerdan
1932La pouponnière – de Jean Boyer avec Françoise Rosay
Le crime du chemin rouge / Mort d’homme – de Jacques Séverac avec Germaine Dermoz
CM Les tutti-frutti – de Jean Gourguet avec Renée Passeur
CM Attendez.. chauffeur ! – de ? avec Raymond Cordy
1933L’amour en six jours – de Emile G. de Meyst avec Eliane de Creus
CM Le bien-aimé Lanouille – de E.G. de Meyst avec Jean-Louis Allibert
CM Un drôle de numéro – de Jean Gourguet avec Monette Dinay
1934L’affaire Coquelet – de Jean Gourguet avec Alice Tissot
Le mystère Imberger – de Jacques Séverac avec Simone Deguyse
1935Juanita – de Pierre Caron avec Mireille Perrey
Les beaux jours – de Marc Allégret avec Simone Simon
Les bateliers de la Volga – de Vladimir Strijewski avec Véra Korène
Marinella – de Pierre Caron avec Tino Rossi
CM Ernest a le filon – de Andrew F. Brunelle avec Nane Germon
1936Passé à vendre – de René Pujol avec Jeanne Aubert
Le roi – de Pierre Colombier avec Raimu
1938Le monsieur de cinq heures – de Pierre Caron avec Meg Lemonnier
Les femmes collantes – de Pierre Caron avec Betty Stockfeld
Métropolitain – de Maurice Cam avec Ginette Leclerc
1939Les cinq sous de Lavarède – de Maurice Cammage avec Fernandel
Ils étaient neuf célibataires – de Sacha Guitry avec Elvire Popesco
Le chasseur de chez Maxim’s – de Maurice Cammage avec Bach
1941Montmartre sur Seine – de Georges Lacombe avec Edith Piaf
Patrouille blanche / Le mystérieux monsieur Way – de Christian Chamborant avec Sessue Hayakawa
Signé illisible – de Christian Chamborant avec Gaby Sylvia
1942Le destin fabuleux de Désirée Clary – de Sacha Guitry avec Gaby Morlay
À vos ordres, madame – de Jean Boyer avec Suzanne Dehelly
La grande marnière – de Jean de Marguenat avec Fernand Ledoux
Port d’attache – de Jean Choux avec Michèle Alfa
1943Adrien – de Fernandel avec Paulette Dubost
Premier de cordée – de Louis Daquin avec Irène Corday
Service de nuit – de Jean Faurez avec Jacques Dumesnil
CM Défense passive – de Jean Perdrix avec Germaine Reuver
1945Sérénade aux nuages – de André Cayatte avec Jacqueline Gauthier
1946Pas si bête – de André Berthomieu avec Bourvil
Les aventures de Casanova – de Jean Boyer avec Georges Guétary
    Film en 2 parties
    1 : Le chevalier de l’aventure
    2 : Les mirages de l’enfer
Le chanteur inconnu – de André Cayatte avec Maria Mauban
La femme en rouge – de Louis Cuny avec Louis Seigner
1948Aux yeux du souvenir / Souvenir – de Jean Delannoy avec Michèle Morgan
La bataille de feu / Les joyeux conscrits – de Maurice de Canonge avec Pierre Larquey
Ainsi finit la nuit / L’affaire – de Emil Edwin Reinert avec Anne Vernon
La veuve et l’innocent – de André Cerf avec Jean Desailly
1949Vient de paraître – de Jacques Houssin avec Pierre Fresnay
Branquignol / Les Branquignols – de Robert Dhéry avec Julien Carette
Nous irons à Paris – de Jean Boyer avec Françoise Arnoul
1950Le rosier de madame Husson – de Jean Boyer avec Jacqueline Pagnol
Le gang des tractions arrière – de Jean Loubignac avec Jules Berry
Deburau – de Sacha Guitry avec Lana Marconi
1951Le plus joli péché du monde – de Gilles Grangier avec Dany Robin
Adhémar ou le jouet de la fatalité / Adhémar – de Fernandel avec Marguerite Pierry
Le garçon sauvage – de Jean Delannoy avec Madeleine Robinson
Pas de vacances pour monsieur le Maire – de Maurice Labro avec Louis de Funès
La poison – de Sacha Guitry avec Michel Simon
1952Monsieur Leguignon Lampiste – de Maurice Labro avec Yves Deniaud
Piédalu fait des miracles – de Jean Loubignac avec Ded Rysel
Le trou normand – de Jean Boyer avec Brigitte Bardot
La jungle en folie / Le sorcier blanc – de Claude Lalande avec Jean-Marc Tennberg
Tambour battant – de Georges Combret avec Jimmy Gaillard
Koenigsmark – de Solange Térac avec Silvana Pampanini
La pocharde – de Georges Combret avec Monique Mélinand
1953Les enfants de l’amour – de Léonide Moguy avec Etchika Choureau
Si Versailles m’était conté – de Sacha Guitry avec Claudette Colbert
1954Secrets d’alcôve ( il letto / the bed ) de Henri Decoin, Gianni Franciolini, Jean Delannoy & Ralph Habib avec François Périer
    Segment « Le lit de la Pompadour » de Jean Delannoy
Napoléon – de Sacha Guitry avec Orson Welles
Obsession – de Jean Delannoy avec Raf Vallone
1955Si Paris nous était conté – de Sacha Guitry avec Gérard Philipe
Les indiscrètes – de Raoul André avec Nicole Berger
Toute la ville accuse – de Claude Boissol avec Jean Marais
Fiche créée le 16 mai 2019 | Modifiée le 26 juin 2019 | Cette fiche a été vue 453 fois
PREVIOUSDaniel Duval || Albert Duvaleix || Christian DuvaleixNEXT