CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Reiko Sato
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Georges Cusin



Date et Lieu de naissance : 31 mars 1902 (Luneville, France)►
Date et Lieu de décès : 15 février 1964 (Paris, France)►
Nom Réel : Georges Cusin

ACTEUR
Image
1946 Copie conforme – de Jean Dréville avec Louis Jouvet, Suzy Delair, Jane Marken & Annette Poivre
Image
1956 Sous le ciel de Provence (era di venerdi 17) de Mario Soldati avec Fernandel, Giulia Rubini & Fosco Giachetti
Image
1957 Pot-Bouille – de Julien Duvivier avec Danielle Darrieux, Gérard Philipe, Dany Carrel & Jacques Duby
Image
1960 La mort de Belle – de Edouard Molinaro avec Alexandra Stewart, Jean Desailly & Marc Cassot

Georges Cusin voit le jour le 31 mars 1902, à Lunéville devenue ville frontière avec l’Empire Germanique depuis la défaite de 1870 et l’annexion de l’Alsace-Lorraine. Durant la Grande Guerre, Georges se retrouve à Paris où il a comme condisciples de classe André Malraux. Après son baccalauréat il entre au conservatoire d’art dramatique de Paris où il côtoie Madeleine Renaud. Il est ensuite engagé au Théâtre de l’Odéon où il y interprète des rôles du répertoire classique français dont celui de Trissotin, le pédant poète des «Femmes savantes» (1672) imaginé par Molière.

À la même époque, Georges Cusin fait sa première mais brève apparition au cinéma dans le film de Jacques de Baroncelli, «Cessez le feu!» (1934), qui raconte les désillusions du héros d’une escadrille d’aéroplanes de la guerre de 14-18, joué par Jean Galland, et de sa difficile réinsertion dans le monde du travail de l’après-guerre. Le rôle qui est confié à Georges Cusin, s’il est pathétique (il joue un cul-de-jatte), n’est est pas moins peu important. Le comédien, poursuit alors sans regret sa carrière à l’Odéon. Il épouse en 1938 Paulette Barratier, la sœur d’un collègue de théâtre. Le comédien est mobilisé en 1939 et il se retrouve en mai quarante à la bataille de Dunkerque où il est grièvement blessé d’un éclat d’obus. Il réussit à être évacué en Grande-Bretagne (Hôpital de Wimbledon). Il est démobilisé cinq mois plus tard mais ne reprend véritablement son métier de comédien que dans l’immédiate après guerre avec une tournée de six mois en Amérique Latine puis devient pour un an pensionnaire de la Comédie-Française. Il alterne ensuite des engagements dans des théâtres parisiens et des tournées à l’étranger.

Georges Cusin refait de nouveaux débuts au cinéma en 1946 dans «La foire aux chimères» de Pierre Chenal. Le rôle est insignifiant mais il permet au comédien d’approcher Erich von Stroheim. L’histoire, et c’est presque banal dans l’univers du réalisateur, se termine par un suicide. Puis le comédien, devenu joaillier, est confronté à Louis Jouvet, un voleur qui attire bien des ennuis à sa «Copie conforme». En 1947, Georges Cusin, bien que le cinéma ne soit pas sa préoccupation première, continue ses incursions sur les plateaux en retrouvant Pierre Chenal pour l’adaptation de «Clochemerle», chronique villageoise grinçante écrite en 1934 par Gabriel Chevalier. Il côtoie la même année aux côtés de Habib Benglia, l’univers maritime de Christian Stengel: Georges Marchal y incarne un matelot qui, obsédé par une «Figure de proue», délaisse la pauvre Mony Dalmès, pour rechercher la femme idéale, Madeleine Sologne. Mais Georges, trop pris par ses obligations théâtrales, il va bientôt rejoindre définitivement la compagnie de Madeleine Renaud et Jean-Louis Barrault, ne reprend des rôles au cinéma qu’au milieu des années cinquante et pour seulement huit films. L’âge venant, il y est souvent investi de l’autorité! Il est ainsi contrôleur de train «Sous le ciel de Provence» (1956) de Mario Soldati avec Fernandel, Fosco Giachetti et Alberto Sordi; juge d’instruction dans «Prisons de femmes» (1958); officier supérieur dans «Les affreux» (1959) de Marc Allégret avec Darry Cowl et «Les ennemis» (1961) avec Jacques Monod.

Georges Cusin tourne un dernier téléfilm en 1962 mais il continue à se produite sur les planches l’année suivante. Il décède dans sa soixante-deuxième année, à son domicile parisien le 15 février 1964.

© Caroline HANOTTE

Remerciements à son petit-fils, http://glim.montmartin.free.fr/GeorgesCusin.htm

copyright
1934Cessez le feu ! / Amis comme autrefois – de Jacques de Baroncelli avec Annie Ducaux
1946La foire aux chimères – de Pierre Chenal avec Madeleine Sologne
Copie conforme – de Jean Dréville avec Louis Jouvet
1947La figure de proue – de Christian Stengel avec Georges Marchal
Clochemerle – de Pierre Chenal avec Maximilienne
1955Si Paris nous était conté – de Sacha Guitry avec Jean Marais
1956Sous le ciel de Provence / Quatre pas dans les nuages ( era di venerdi 17 ) de Mario Soldati avec Fernandel
1957Le dos au mur – de Edouard Molinaro avec Jeanne Moreau
Pot-Bouille – de Julien Duvivier avec Danielle Darrieux
1958Prisons de femmes – de Maurice Cloche avec Danièle Delorme
1959Les affreux – de Marc Allégret avec Darry Cowl
1960La mort de Belle – de Edouard Molinaro avec Alexandra Stewart
1961Les ennemis – de Edouard Molinaro avec Dany Carrel
Fiche créée le 28 février 2007 | Modifiée le 31 mars 2018 | Cette fiche a été vue 5365 fois
PREVIOUSPeter Cushing || Georges Cusin || Marcel CuvelierNEXT