CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Margaret Dumont
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Jeanne Valérie



Date et Lieu de naissance : 19 août 1941 (Paris, France)
Date et Lieu de décès : 25 septembre 2020 (?, Italie)
Nom Réel : Micheline Yvette Bellec

ACTRICE
Image
1959 Les liaisons dangereuses – de Roger Vadim avec Gérard Philipe, Jeanne Moreau & Annette Stroyberg
Image
1960 Salammbô (Salambò) de Sergio Grieco avec Jacques Sernas, Edmund Purdom & Raf Baldassarre
Image
1962 Adorable Julia (Julia, du bist zauberhaft) de Alfred Weidenmann avec Lilli Palmer, Charles Boyer & Jean Sorel
Image
1965 Nick Carter et le trèfle rouge – de Jean-Paul Savignac avec Eddie Constantine, Jo Dassin & Nicole Courcel

La demoiselle, une jeune parisienne née dans sa bonne ville, le 19 août 1941 sous le patronyme complet de Micheline Yvette Bellec, est adoptée huit ans plus tard par le mari de sa mère, Christian Voituriez est s’appelle désormais Micheline Voituriez. Elle fait ses débuts au cinéma dans «Les Liaisons Dangereuses» de Roger Vadim, le film le plus attendu de l’année, entre Jeanne Moreau et Gérard Philipe. Elle n’a auparavant fait que deux figurations parce que «ça s’est trouvé comme ça», dans des films dont les vedettes étaient Dario Moreno ou Annie Cordy. Ses gaucheries de novice dans le métier d’actrice ajoutant encore à sa grâce touchante et juvénile. Avec son phrasé très particulier et sa mine éternellement boudeuse, Jeanne Valérie est une magnifique Cécile de Volanges. Et ceux qui la trouvent exaspérante, oublient que c’est bien là le propre de toutes les jeunes filles de son âge, et celui de mademoiselle de Volanges en particulier! Mais qui de plus est, Jeanne Valérie correspond à la jeune fille 1960, encore empreinte de bonnes manières très «vieille France» et patinée par une éducation rigide mais avide de libertés, dévorée par une soif de vivre et d’être enfin une femme. Envie de porter de jolies robes, de danser, de bronzer, de boire du scotch, de connaître les garçons et de dire enfin «zut» à papa et maman.

Le film terminé, Jeanne Valérie devient «Salammbô» (1960) en Allemagne, entre Jacques Sernas, le plus adorable des partenaires et Edmund Purdom. Elle glisse ensuite au plateau de «Adorable Julia» (1962), détournant le beau Jean Sorel du lit de la star Lilli Palmer. La jolie Jeanne continue une forte intéressante carrière au cinéma et à la télévision. C’est l’Italie qui fait le plus souvent appel à ses services. Durant toutes les années 60, elle est une actrice aussi présente sur les écrans qu’absente des colonnes de la presse à scandales. Tournant entre autres pour Alberto Lattuada, Mauro Bolognini ou Maurice Cloche, elle donne la réplique à quelques monstres sacrés comme Anouk Aimée, Eddie Constantine, Suzanne Flon, Nino Manfredi, Ginette Leclerc, Vittorio De Sica, Philippe Noiret, Francis Blanche, Gérard Blain, Jean Rochefort, Julian Sands ou Tchéky Karyo.

En 1969, Jeanne Valérie est de la triste aventure de «Joe Caligula» avec Gérard Blain et Ginette Leclerc qui fait là sa grande rentrée et compte bien sur le film pour se remettre en selle. Film qui malheureusement met des éternités pour trouver un distributeur. Qualifié de film «Erotico-intello», il fait une carrière très confidentielle avant de connaître avec le temps un certain succès de curiosité à défaut d’estime. C’est le moment que choisit Jeanne Valérie pour disparaître littéralement de la scène publique. On ne la reverra que peu, deux ou trois fois en…Quarante ans. C’est presque impossible à croire et pourtant, elle plaque tout a 27 ans! La femme qu’elle est dans la vie est déjà si loin de l’image qu’elle donne encore à l’écran. Au cinéma Jeanne est, reste et demeure une séduisante jeune fille. Dans la vie elle est la maman de quatre enfants.

L’espoir reste longtemps vivace de la revoir encore briller sur les écrans. Elle préfère la peinture où elle se révèle d’une sensibilité rare. Jeanne Valérie n’est plus une actrice, elle est un peintre qui vit de son art. Malheureusement, le crabe ignoble a fait son implacable travail. Jeanne s’en est allée entourée de ses enfants adorés le 25 septembre 2020.

© Céline COLASSIN – http://cinevedette3.unblog.fr/jeanne-valerie/

copyright
1958Cigarettes, whisky et p’tites pépées / Cigarettes, whisky et petites pépées – de Maurice Régamey avec Pierre Mondy
Oh ! Qué mambo ! – de John Berry avec Dario Moreno
1959À double tour – de Claude Chabrol avec Jean-Paul Belmondo
Les liaisons dangereuses / Les liaisons dangereuses 1960 – de Roger Vadim avec Gérard Philipe
Ça c’est passé à Rome ( la giornata balorda ) de Mauro Bolognini avec Jean Sorel
Siega verde – de Rafael Gil avec Rafel Bardem
1960Fausses ingénues ( labbra rosse ) de Giuseppe Bennati avec Gabriele Ferzetti
Les plaisirs du samedi soir ( i piaceri del sabato notte ) de Daniele d’Anza avec Jean Murat
Les pilules d’hercule ( le pillole di Ercole ) de Luciano Salce avec Francis Blanche
Salammbô ( Salambò / the loves of Salammbo ) de Sergio Grieco avec Jacques Sernas
1961Cadavres en vacances / Pas si folles les guêpes – de Jacqueline Audry avec Gérard Séty
L’imprévu ( l’imprevisto ) de Alberto Lattuada avec Tomas Milian
Le jeu de la vérité – de Robert Hossein avec Jean Servais
Un sauvage, deux femmes / Un sauvage et deux femmes ( el último verano ) de Juan Bosch avec Georges Rigaud
1962Mandrin / Mandrin, bandit gentilhomme – de Jean-Paul Le Chanois avec Georges Rivière
Adorable Julia ( Julia, du bist zauberhaft ) de Alfred Weidenmann avec Charles Boyer
1963La porteuse de pain – de Maurice Cloche avec Philippe Noiret
Le sexe des anges ( le voci bianche / i castrati ) de Pasquale Festa Campanile & Massimo Franciosa avec Paolo Ferrari
1964Parlons femmes ( se permette parliamo di donne ) de Ettore Scola avec Vittorio Gassman
1965Nick Carter et le trèfle rouge – de Jean-Paul Savignac avec Nicole Courcel
077 intrigue à Lisbonne ( misión Lisboa / da 077 : Intriguo a Lisbona ) de Tulio Demicheli avec Fernando Rey
1966Joe Caligula, du suif chez les dabes / Joe Caligula – de José Bénazéraff avec Gérard Blain
Technique d’un meurtre ( tecnica di un omicidio / hired killer / professional killer / no tears for a killer ) de Franco Prosperi avec Robert Webber
1967Les chiens verts du désert ( attento ai tre grandi / desert commandos/ fünf gegen Casablanca ) de Umberto Lenzi avec Ken Clark
L’amore è come il sole – de Carlo Lombardi avec Franco Ressel
I diamanti che nessuno voleva rubare – de Gino Magini avec Salvo Randone
1980La peau ( la pelle ) de Liliana Cavani avec Burt Lancaster
1990La villa del venerdì – de Mauro Bolognini avec Julian Sands
Fiche créée le 29 septembre 2020 | Modifiée le 29 septembre 2020 | Cette fiche a été vue 281 fois
PREVIOUSFranca Valeri || Jeanne Valérie || Tonino ValeriiNEXT