CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Dulcie Gray
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Lucas Gridoux



Date et Lieu de naissance : 16 avril 1896 (Herţa, Roumanie)
Date et Lieu de décès : 19 avril 1952 (Paris, France)►
Nom Réel : Lucas Grimberg

ACTEUR
Image
1937 Forfaiture – de Marcel L’Herbier avec Sessue Hayakawa, Victor Francen & Louis Jouvet
Image
1938 Feux de joie – de Jacques Houssin avec Ray Ventura, René Lefèvre, Raymond Cordy & Micheline Cheirel
Image
1945 Les gosses mènent l’enquête – de Maurice Labro avec Constant Rémy, Lise Topart & Léonce Corne
Image
1951 Porte d’Orient – de Jacques Daroy avec Tilda Thamar, Yves Vincent & Nathalie Nattier

Lucas Grimberg naît le 16 avril 1896 à Hertza, en Roumanie. Au début des années 30, ses origines juives l’obligent à fuir son pays natal et à venir s’installer en France. C’est au théâtre que Lucas Gridoux débute sa carrière de comédien travaillant plus particulièrement au Vieux-Colombier et chez Gaston Baty. Son physique le prédestine à jouer des rôles de compositions, des fourbes, des traîtres, une panoplie de personnages antipathiques, des escrocs, des bandits, des espions, qu’il interprète avec un jeu naturel qui donne l’authenticité psychologique à son personnage.

Lucas Gridoux commence sa carrière cinématographique, en 1931, dans le rôle d’un fakir dans «Amour à l’américaine» et c’est avec «Rapt» (1931) de Dimitri Kirsanoff qu’il se fait remarquer pour son interprétation de Manu, l’idiot du village qui tombe amoureux de Elsi, Dita Parlo, qui va se servir de lui pour réaliser sa vengeance. Julien Duvivier lui offre le rôle de Judas dans «Golgotha» (1935), un des douze apôtres qui facilita l’arrestation de Jésus incarné par Robert Le Vigan, avec aussi Jean Gabin en Ponce Pilate. Il retrouve Julien Duvivier et Jean Gabin dans «Pépé le Moko» (1936), il y campe l’inspecteur Slimane, l’ennemi juré de Pépé le Moko, un caïd du milieu parisien réfugié dans la Casbah d’Alger avec sa bande, Pépé sera victime de l’amour de Gaby une parisienne sophistiquée incarnée par Mireille Balin. Il campe le général chinois Tasï dans «Les pirates du rail» (1937) de Christian-Jaque, il doit empêcher les attaques trains par une bande de pillards mené par le terrible chef, Tchou-King: Erich von Stroheim. Dans «Bar du Sud» (1938), il est Malou-Kahim Pacha impliqué dans trafic d’armes dirigé par Jean Galland. Charles d’Espinay l’habille en Musulman dans «Yamilé sous les cèdres» (1939); il est Aboud aux cotés de Rachid, Charles Vanel, qui veut que sa fille Yamilé, Denise Bosc, épouse un chrétien alors que Yamilé aime le séduisant Osman-bay, Jacques Dumesnil, un musulman, son refus lui coûtera la vie.

Comme beaucoup de juifs, Lucas Gridoux disparaît des écrans pendant l’Occupation. Il revient en 1946, mais il ne retrouve plus le succès qui était le sien avant-guerre. Dans le film historique «L’affaire du collier de la reine» de Marcel L’Herbier, on le voit tenir le rôle d’un membre du Parlement qui doit jugé Viviane Romance, alias la comtesse de La Motte. Pour «Les gosses mènent l’enquête» (1945) de Maurice Labro, il campe un commissaire de police; dans ce thriller où un professeur et un élève sont retrouvés pendus dans une salle de classe, les collégiens décident de mener eux-mêmes l’enquête devant l’incompétence de la police.

Par la suite, ses rôles n’apportent plus rien a sa prestigieuse carrière, dans «La kermesse rouge» (1946), il joue un antiquaire, puis dans «L’impasse des deux anges» (1948), il est l’impresario de Marianne, Simone Signoret, une vedette de music-hall. Il est aussi un guérisseur dans «Le cas du docteur Galloy» (1949). Jacques Daroy lui offre un dernier grand rôle dans «Porte d’Orient» (1951) où il est le Malais, une crapule, homme main du frauduleux Zarapoulos, Marcel Dalio. Il décède à l’age de 56 ans, le 19 avril 1952, à l’Hôpital Pitié Salpêtrière de Paris. Lucas Gridoux était un mémorable acteur de composition, il n’hésitait pas se métamorphoser pour endosser ses personnages, il laisse son empreinte dans une quarantaine de films dont certains sont de petits chef-d’œuvres.

© Gary RICHARDSON

copyright
1931Amour à l’américaine – de Claude Heymann avec Suzet Maïs
Criminel / Le code criminel – de Jack Forrester avec Hélène Perdrière
1932Rapt / La séparation des races – de Dimitri Kirsanoff avec Dita Parlo
1933Un tour de cochon – de Joseph Tzipine avec Mona Goya
1934Cartouche – de Jacques Daroy avec Mila Parély
1935Golgotha / Ecce Homo – de Julien Duvivier avec Edwige Feuillère
1936Un grand amour de Beethoven / Beethoven – de Abel Gance avec Harry Baur
Les mutinés de l’Elseneur – de Pierre Chenal avec Winna Winifried
Pépé-le-Moko – de Julien Duvivier avec Jean Gabin
1937Les hommes sans nom – de Jean Vallée avec Thomy Bourdelle
Tamara la complaisante – de Jean Delannoy & Félix Gandéra avec Colette Darfeuil
Les pirates du rail – de Christian-Jaque avec Valéry Inkijinoff
Forfaiture – de Marcel L’Herbier avec Sessue Hayakawa
La citadelle du silence – de Marcel L’Herbier avec Annabella
Balthazar – de Pierre Colombier avec Danièle Parola
Franco de port – de Dimitri Kirsanoff avec Janine Darcey
1938Tempête sur l’Asie – de Richard Oswald avec Conrad Veidt
Le paradis de Satan – de Félix Gandéra avec Jany Holt
Feux de joie – de Jacques Houssin avec René Lefèvre
Bar du Sud – de Henri Fescourt avec Dolly Davis
1939Yamilé sous les cèdres – de Charles d’Espinay avec Eve Francis
Le château des quatre obèses – de Yvan Noé avec Pierre Alcover
L’étrange nuit de Noël – de Yvan Noé avec Sylvia Bataille
Nadia la femme traquée / L’ombre du deuxième bureau – de Claude Orval avec Mireille Perrey
Le chemin de l’honneur – de Jean-Paul Paulin avec Marcelle Géniat
L’intrigante – de Emile Couzinet avec Germaine Aussey
1944Rouletabille joue et gagne – de Christian Chamborant avec Suzanne Dehelly
Rouletabille contre la dame de pique – de Christian Chamborant avec Marie Déa
L’affaire du collier de la reine – de Marcel L’Herbier & Jean Dréville avec Viviane Romance
1945Le capitan – de Robert Vernay avec Jean Renoir
    Film en 2 parties
    1 : Flamberge au vent
    2 : Le chevalier du roi
Les gosses mènent l’enquête – de Maurice Labro avec Léonce Corne
1946Panique – de Julien Duvivier avec Michel Simon
La nuit sans fin – de Jacques Séverac avec Ginette Leclerc
La kermesse rouge – de Paul Mesnier avec Albert Préjean
1947Si jeunesse savait – de André Cerf avec Jules Berry
Cargaison clandestine – de Alfred Rode avec Käthe von Nagy
1948L’impasse des deux anges – de Maurice Tourneur avec Simone Signoret
La route inconnue – de Léon Poirier avec Lisette Lanvin
1949La cas du docteur Galloy – de Maurice Boutel avec Suzy Prim
Trafic sur les dunes – de Jean Gourguet avec Edouard Delmont
1950Bibi Fricotin – de Marcel Blistène avec Maurice Baquet
Le clochard milliardaire – de Léopold Gomez avec Jeanne Fusier-Gir
1951Porte d’Orient – de Jacques Daroy avec Tilda Thamar
Fiche créée le 26 novembre 2009 | Modifiée le 18 août 2018 | Cette fiche a été vue 3540 fois
PREVIOUSVirginia Grey || Lucas Gridoux || Helmut GriemNEXT