CINEMA ACTUEL
PRIX & RECOMPENSES
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Alfred Hitchcock
Recherche Rapide :

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Nino Costantini



Date et Lieu de naissance : 3 juillet 1904 (Venise, Italie)
Date et Lieu de décès : 11 novembre 1970 (Paris, France)►
Nom Réel : Antonio Angelo Paolino Costantini

ACTEUR
Image
1926 Mauprat – de Jean Epstein avec Sandra Milovanoff, Maurice Schutz, René Ferté & Luis Buñuel
Image
1936 La madone de l’Atlantique – de Pierre Weill avec Josseline Gaël, Pierre Mingand, Alice Tissot & Georges Péclet
Image
1937 Ramuntcho – de René Barberis avec Paul Cambo, Louis Jouvet, Line Noro & Madeleine Ozeray
Image
1938 Champions de France – de Willy Rozier avec Georgius, Pierre Etchepare, André Fouché & Milly Mathis

Fils de Virgilio Costantini et de Giuditta (née Belli), Nino Costantini, de son véritable nom Antonio Angelo Paolino Costantini, est né le 3 juillet 1904, à Venise en Italie. Son père n’est pas encore le peintre reconnu qu’il va devenir dès 1905, en exposant ses œuvre à Turin, Florence, aux Indépendants à Paris et à la Société Nationale française des Beaux-Arts. Il sera plus tard professeur à la Royal Academy de Londres où il travaille quelques temps.

En 1925, en France, Nino Costantini se fait d’abord connaitre comme jeune premier dans «Les aventures de Robert Macaire», le premier des quatre films qu’il tourne sous la direction de Jean Epstein. Vont suivre le mélodrame «Le double amour» (1925) avec Nathalie Lissenko en mère et femme éplorée; «Mauprat» (1926), adaptation du roman de George Sand où il incarne Bernard de Mauprat, orphelin issu d’une famille de seigneurs cruels, qui échappe peu à peu à son lourd héritage familial grâce à l’amour qu’il éprouve pour sa cousine interprétée par Sandra Milovanoff; «Six et demi onze» (1927) où il incarne le frère d’un médecin, incarné par Edmond Van Daële, qui se suicide par amour pour la belle chanteuse Marie, jouée par Suzy Pierson, qui l’a abandonné, plus tard elle deviendra la maitresse du médecin. En 1927, il assistant-réalisateur pour son ami Jean Epstein sur le tournage de «La glace à trois faces» et fait une apparition dans «Le chapeau de paille d’Italie» signé de René Clair. Avec l’arrivée du cinéma parlant, il joue des rôles plus secondaires dans une vingtaine de films, parmi lesquels: «Rive gauche» (1931) de Alexander Korda, «Mam’zelle Spahi» (1934) de Max de Vaucorbeil, «La madone de l’Atlantique» (1936) de Pierre Weill, «Ramuntcho» (1937) de René Barberis, ou «Ultimatum» (1938) de Robert Wiene. Il est une dernière fois comédiens dans «Le capitaine Fracasse» un adaptation du roman de Théophile Gautier par Abel Gance. Tourné en 1941, le film sort en 1943, en pleine occupation Allemande.

En 1943, Nino Costantini, en compagnie de Abel Gance, quitte Paris occupé, passe la frontière espagnole au prix d’un périlleux voyage et s’installe à Madrid. Après la Guerre, il se lance dans une carrière de producteur au sein de la société «Le Trident» dont il est le responsable avec Bluette Christin-Falaize. Avec «La bataille de l’eau lourde» (1947) de Titus Vibe-Müller, suivi du film attachant sur le personnage du célèbre clown Grock dans «Au revoir Monsieur Grock» (1949) de Pierre Billon, il rencontre le succès. Il permet aussi à son fidèle ami Jean Epstein de réaliser un dernier court-métrage en 1947. Il se lance ensuite, en 1950, dans le projet d’une Encyclopédie filmée qui ne comporte qu’une douzaine de titres. Par la suite, il finance des œuvres comme «La meilleure part» (1955) de Yves Allégret, où Gérard Philipe est un jeune ingénieur, dirige la construction d’un barrage dans les Alpes; la coproduction franco-tchécoslovaque «Liberté surveillée» (1959) de Henri Aisner et Vladimir Volchek, avec le couple Robert Hossein - Marina Vlady; «Cyrano et d’Artagnan» (1963) de Abel Gance.

Retiré depuis la fin des années 60, c’est dans le plus total anonymat que Nino Costantini s’éteint le 11 novembre 1970, dans son appartement parisien du septième arrondissement, au 56 de la rue de Bourgogne. Cet homme discret a su mener un parcours d’acteur non négligeable, puis une carrière de producteur indépendant qui a malgré tout fait naitre quelques films de qualité.

© Pascal DONALD

copyright
1925Les aventures de Robert Macaire – de Jean Epstein avec Jean Angelo
    Film en 5 épisodes
    1 : Une étrange nuit à la ferme de Sermèze
    2 : Le bal tragique
    3 : Le rendez-vous fatal
    4 : La fille du bandit
    5 : Le châtiment de Cassignol
Le double amour – de Jean Epstein avec Pierre Batcheff
1926Mauprat – de Jean Epstein avec Sandra Milovanoff
1927Six et demi onze / 6 1/2 x 11 – de Jean Epstein avec Suzy Pierson
Le prince Jean – de René Hervil avec Lucien Dalsace
La glace à trois faces – de Jean Epstein avec Jeanne Helbling
    Seulement assistant réalisateur
Le chapeau de paille d’Italie – de René Clair avec Olga Tschechowa
1928Le meurtre de la vedette – de Joseph Meleotti avec Kitty Barling
La rencontre dans la rue ( Strassenbekanntschaften ) de Alwin Neuss avec Hilde Maroff
1929 CM Sa tête – de Jean Epstein avec France Dhélia
1931Rive gauche – de Alexander Korda avec Meg Lemonnier
1933Judex 34 – de Maurice Champreux avec René Ferté
1934Mam’zelle Spahi – de Max de Vaucorbeil avec Noël-Noël
1935Le train d’amour – de Pierre Weill avec Nane Germon
L’école des vierges – de Pierre Weill avec Dolly Davis
CM Le roi des gangsters – de Maurice Gleize avec Nita Raya
1936Bach détective – de René Pujol avec Bach
Tout va très bien madame la marquise – de Henry Wulschleger avec Colette Darfeuil
La madone de l’Atlantique – de Pierre Weill avec Josseline Gaël
Trois dans un moulin – de Pierre Weill avec Paul Azaïs
1937Franco de port – de Dimitri Kirsanoff avec Janine Darcey
Ramuntcho – de René Barberis avec Madeleine Ozeray
La plus belle fille du monde – de Dimitri Kirsanoff avec Véra Flory
    + production
1938L’avion de minuit – de Dimitri Kirsanoff avec Jules Berry
Champions de France – de Willy Rozier avec Milly Mathis
Ultimatum – de Robert Wiene avec Dita Parlo
1939Campement treize – de Jacques Constant avec Sylvia Bataille
1941Le capitaine Fracasse – de Abel Gance avec Assia Noris
1947La bataille de l’eau lourde ( kampen om tungtvannet ) de Titus Vibe-Müller avec Jens A. Poulsson
    Seulement directeur de production & production
CM Le tempestaire – de Jean Epstein
    Seulement directeur de production
Au revoir Monsieur Grock – de Pierre Billon avec Suzy Prim
    Seulement dialogues, scénario & production
1953 CM Rencontres sur le Rhin / Le Rhin – de Henry Bonnière avec Jean Febry
    Seulement production
1955La meilleure part – de Yves Allégret avec Gérard Philipe
    Seulement production
1957Liberté surveillée – de Henri Aisner & Vladimir Volchek avec Marina Vlady
    Seulement production
1959La bête à l’affût – de Pierre Chenal avec Françoise Arnoul
    Seulement production
Vingt mille lieues sur la terre ( Leon Garros ishchet duga ) de Marcello Pagliero avec Tatiana Samoïlova
    Seulement production
1962La vendetta – de Jean Chérasse avec Francis Blanche
    Seulement production
1963Cyrano et d’Artagnan – de Abel Gance avec José Ferrer
    Seulement production
    Remerciements à Jean-Pascal Constantin pour ses recherches d’état-civil
Fiche créée le 5 décembre 2021 | Modifiée le 7 décembre 2021 | Cette fiche a été vue 1325 fois
PREVIOUSRenée Cosima || Nino Costantini || Dolores CostelloNEXT